Voici quoi faire si vous avez envie de plus de sexe que votre partenaire

Qu’on se le dise, il n y a pas de normalité en terme de fréquence sexuelle, mais trop de sexe tue le sexe. Si vous commencez à éprouver du dégout pour la bête de sexe insatiable qui partage votre vie ou qu’à l’inverse vous ne pensez qu’à assouvir vos pulsions, alors là, il y a problème. En effet, l’addiction au sexe ou l’inverse peut être perçue comme un trouble qui nuit à l’équilibre du couple et à la santé psychique de l’autre. 

Entre accords et désaccords, vivre avec un grand demandeur ou un avare du sexe n’est pas toujours facile. Quand les besoins impériaux de faire l’amour ne sont pas réciproques, la femme ou l’homme, peuvent se sentir limite assaillis, d’où le désir qui s’effrite et se dissipe.

 « Encore ? Qu’est-ce que tu es chaud lapin ! », « Je n’en ai pas envie »… Dans un couple, tôt ou tard, l’un des partenaires est confronté à cette glaçante expérience du refus de l’autre. Envies en décalage ou frigidité passagère, ce refus bafoue toujours l’ego de l’autre. Sans sombrer dans les généralités, les sexologues reconnaissent à l’unanimité que le « pas ce soir» de l’autre sonne différemment chez une femme ou un homme. Que faire quand l’un ou l’autre renâcle la bagatelle ? 

Comment mieux comprendre le refus sexuel pour y remédier ?

La première chose à faire est de déterminer la raison, pour laquelle votre conjoint se refuse à vous. Cette quête s’avère difficile, tant les facteurs sexuels et non sexuels sont nombreux. Il arrive même qu’un facteur ait disparu mais que l’abstinence observée reste la même. Si votre conjoint dit avoir ses raisons,  cela cache souvent un problème de fond bien plus important.

  • Le refus peut s’expliquer par des raisons qui n’ont absolument rien à voir avec les sentiments qu’il éprouve pour vous. C’est à ce moment-là qu’il serait judicieux de consulter un sexo thérapeute.
  • Votre partenaire peut manquer de désir et l’idée de se forcer, le dégoute au point de vous éconduire méchamment, là il faut en parler pour traiter le mal à la source. Ça passe ou ça casse.
  • Il est possible que votre partenaire soit harassé au point de refuser la petite gâterie que vous lui proposez. S’il est mort de fatigue et totalement incapable, ne vous fâchez pas, essayez plutôt de le détendre, en lui faisant couler un bain ou en le massant, qui sait, ça pourrait peut-être débloquer la situation.
  • La dépression et la prise de médicaments peut tout aussi alterner l’appétit sexuel. Le manque de désir peut être aussi attribuable à un niveau de testostérone trop bas chez l’homme, ce trouble survient au cours de l’andropause,  au-delà de 40 ans et peut être traité par un médecin.
  • Il arrive aussi que le partenaire utilise le sexe comme un moyen de contrôle ou de punition pour arriver à certaines de ses fins, si vous refusez de vous plier, il  vous menace de vous laisser sur votre faim. Zéro tolérance face à cette attitude, refusez tout net ce marchandage mesquin. 
  • D’un autre côté, peu faire l’amour devient habituel, à tel point que le temps et l’énergie qui y sont consacrés sont usurpés par d’autres activités. Si d’autre part, le partenaire a des soucis professionnels, demandez-lui si vous pouvez lui être d’une quelconque utilité, mais faites-lui comprendre clairement que cette situation nuit à votre relation.
  • Votre partenaire ne jure que par vous, pourtant au lit, c’est un anorexique sexuel. Il croit prendre le contrôle de sa vie en se refusant tout plaisir charnel et en entérinant tout ce qu’il désire. Aussi stimulé qu’il soit, il peut ne rien ressentir. 
  • Vous venez de vous mettre en couple et ne manquez aucune occasion de lui montrer votre ardente convoitise et bim il vous repousse ! Cela peut parfois vouloir dire qu’il ne se sent pas encore prêt pour sauter le pas. Ralentissez et freinez vos élans. 
  • Votre homme préfère s’abstenir parce qu’il pense ne pas être assez viril à cause de troubles de plomberie, comprenez l’éjaculation précoce, l’impuissance, la taille de son pénis. Il se rebiffe par crainte de vous  décevoir. Abordez ce sujet avec délicatesse et réconfortez-le du mieux que vous pouvez en essayant de lui redonner confiance en lui.

Dur dur d’accorder ses violons dans le couple. La femme n’est pas toujours disposée à céder aux attentes de l’homme quand il la tanne pour des galipettes. Le non est majoritairement l’apanage des femmes. La raison ? Le désir au féminin est plus complexe à faire adhérer et l’excitation plus lente à enclencher.

L’approche pour désamorcer la situation reste la même, elle réside dans l’écoute et la communication pour expliquer ce qu’on ressent. Une fois le contrat posé et ratifié, à chacun d’adapter son rythme. Une étape nécessaire pour que les conjoints harmonisent leur désir et le vivent en symbiose.

Lire aussi Le manque de sexe est-il mauvais pour la santé ?

Contenus sponsorisés