Confinement : « Laissez les enfants tranquilles ! », alerte un psychopédagogue

Depuis le début de la propagation du coronavirus en décembre dernier, la maladie a infecté près de 2 600 000 personnes et en a tué 184 000. Le bilan s’est rapidement alourdi, forçant les gouvernements à prendre des mesures drastiques afin de ralentir la propagation du virus. La plupart des pays du monde ont imposé un confinement à leurs populations. En France, tous les établissements scolaires et universitaires ont été fermés. Cela a créé une situation assez inédite où, malgré les cours à distance, les parents se retrouvent à être les professeurs de leurs enfants. Interrogé sur Franceinter, le psychopédagogue Bruno Humbeeck supplie les parents de « laisser leurs enfants tranquilles ».

Le confinement imposé par le gouvernement pour ralentir la propagation du coronavirus a du jour au lendemain bousculé la vie de millions de français. Les écoliers sont aujourd’hui forcés de suivre des cours à distance avec comme seule présence adulte leurs parents qui se retrouvent à être des professeurs en herbe. Le psychopédagogue Bruno Humbeeck tient à conseiller les parents qui se retrouvent dans cette position qui leur est inconnue, et qui peut parfois devenir frustrante.

enfants

Les apprentis professeurs

Confinement oblige, les cours des enfants se passent à la maison sur tout le territoire français. Cela crée une proximité assez inédite entre les parents et les enfants durant leurs cours. Interrogé dans l’émission ‘’Grand bien vous fasse’’, le psychopédagogue Bruno Humbeeck a tenu un discours assez particulier. Pour le chercheur en pédagogie familiale et scolaire à l’université de Mons, il s’agit surtout de « les laisser tranquilles (ndlr en parlant des enfants) ». Il explique : « Comment motiver ses enfants pour étudier en étant confiner ? Enseigner est un acte de transmission et dans cette situation, c’est l’adulte que l’on doit motiver. Pour l’enseignant, la motivation de transmettre vient de son statut. Pour les parents confinés à la maison, c’est plus compliqué : c’est pourquoi certains peuvent être poussés à bousculer leurs enfants. »

La « classe à la maison »

Pour le psychopédagogue, une salle de classe et la maison sont deux endroits aux rôles bien distincts. Confondre les deux est donc une erreur pour Bruno Humbeeck. Il développe : « Il faut que les parents cessent d’aller sur le terrain de la performance. Cela risque d’être contre-pédagogique. Ils ne doivent pas non plus aller sur l’étude de nouveaux contenus parce que cela peut mal se passer. Ils ne savent pas faire ». Mais alors que doivent faire les parents ? Le chercheur répond qu’il faut d’abord et surtout « s’occuper de nos enfants » en ce temps de confinement, mais aussi faire confiance à la « communauté éducative qui met des choses formidables en place ».

Une période de « vacances »

enfants 1

Pour celles et ceux qui s’inquiètent que leurs enfants ne passent trop de temps devant l’écran, Bruno Humbeeck tient à rappeler que cette période reste une « mise en parenthèse » et en quelque sorte des « vacances » pour nos enfants. Dans ce contexte et pour le chercheur en pédagogie familiale : « la continuité pédagogique n’est pas la priorité. Là, il faut se ficher la paix entre nous parce que l’on vit les uns sur les autres. Il faut respecter les territoires de tous, dont ceux des enfants » avant de continuer : « Et si votre enfant est accro aux écrans, fichez-lui la paix ! ». En effet en cette période de crise, l’écran constitue ce qui pourrait être une échappatoire pour les enfants.

Le retour progressif à l’école

Le 11 mai, voilà la date du début du déconfinement annoncée par Emmanuel Macron. La réouverture des écoles se fera progressivement avec une priorité donnée aux « plus jeunes » selon un communiqué de l’Élysée cité par le Parisien. Il est à rappeler que le retour à l’école ne sera en aucun cas obligatoire et se fera sur la base du « volontariat des parents ».

Contenus sponsorisés
Loading...
Close