«Le Père Noël existe-t-il ?» Que faut-il répondre aux enfants pour ne pas les décevoir ?

Votre petit bout de chou grandit, mais il reste convaincu que le Père Noël existe, jusqu’au jour où il rentre à la maison et vous dit : « Maman, papa, dites-moi, le Père Noël est-il réel ? », « Et si oui, comment fait-il pour pénétrer dans toutes les maisons ? ». Si vous faites partie des parents qui sont terrifiés à l’idée de devoir répondre à cette fameuse question. Voici quelques conseils des experts de l’enfance pour traiter ce sujet avec délicatesse.

Noël approche à grands pas et les enfants ne font que parler du bonhomme à la barbe blanche et attendent avec impatience qu’il leur offre des cadeaux. Mais comment faut-il réagir lorsque son bambin se met à poser des questions à propos du Père Noël ?

À quel âge un enfant cesse-t-il de croire au Père Noël ?

Selon Stéphane Clerget, pédopsychiatre, un enfant arrête généralement de croire à l’existence du Père Noël lorsqu’il entre à l’école primaire, c’est-à-dire à l’âge de 6 ou 7 ans. En effet, à partir de cet âge-là, les doutes s’installent, car les petits commencent à développer l’aptitude à distinguer entre le monde réel et imaginaire. Ils apprennent de nouvelles choses à l’école et entendent leurs camarades ou d’autres enfants plus âgés parler de différents sujets. Mais que faut-il exactement lui dire dans ce cas ? Faut-il tout avouer ou s’abstenir de répondre à la question pour éviter de le décevoir ? De nombreux parents hésitent sur la réponse à donner face à cette question.

Lire aussi : Pourquoi le Père Noël porte du rouge ? C’est inattendu

Petit garçon content de rencontrer le Père Noël

Petit garçon content de rencontrer le Père Noël. Source : spm

Que faut-il répondre à son enfant qui se pose des questions sur l’existence du Père Noël ?

Répondre à l’illusion du gros bonhomme en rouge constitue un véritable défi pour certains parents, qui se retrouvent face au mur quand leurs enfants posent des questions sur le sujet et ne savent comment réagir. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est d’autant plus important de préciser que d’après la psychanalyste Françoise Dolto, le Père Noël est simplement un mythe et ne constitue en aucun cas un mensonge. Toutefois, en se référant aux conseils de l’auteur du guide « Le pédopsy de poche », le docteur Clerget, la meilleure façon de répondre à la question et de dire à son petit : « Qu’est-ce que tu en penses ? » ou « Le Père Noël existe seulement pour ceux qui y croient ». Ainsi, vous serez en mesure de voir où en est votre enfant dans son processus de réflexion et de lui permettre de tirer ses propres conclusions. En effet, en abordant les choses de cette manière, vous pouvez vous rendre compte qu’il n’y croit pas vraiment au point d’en faire toute une histoire, sinon, vous découvrirez qu’il s’agit d’une sorte de révélation pour lui. À travers cette question, votre enfant cherche soit une confirmation de votre part, soit il souhaite être rassuré, car il refuse de croire à cette rumeur.

Père Noël

Père Noël. Source : spm

Comment réagir face à un enfant qui refuse d’accepter que le Père Noël n’existe pas ?

Étant donné que l’imaginaire prend une place immense dans la vie des enfants, apprendre que le Père Noël n’existe pas provoque chez certains d’entre eux un sentiment de colère, de stress ou de confusion, car ils perçoivent cette vérité comme une sorte de révélation d’un mensonge caché. Résultat, quelques enfants refusent catégoriquement d’accepter cette nouvelle réalité. Cela dit, vous pouvez simplement lui expliquer avec douceur qu’il s’agit d’un conte fictif qui représente l’espoir et que c’est une tradition qui, depuis de nombreuses, se transmet à travers les générations et qui nous apprend à tout un chacun de faire preuve de générosité, d’amour et de joie. Toutefois, même s’il est important de laisser à son enfant le libre arbitre de décider quand est-ce qu’il doit arrêter d’y croire, les experts ont, par contre, défini unanimement un âge limite, à partir de 8 ans et allant jusqu’à la fin de l’école primaire, pour lui révéler toute la vérité, explique Béatrice Copper-Royer, psychologue et auteure de « Enfants anxieux, enfant peureux ».

Lire aussi : L’astuce pour mettre le chapeau du père Noël sur l’icône de WhatsApp

Maman qui rassure sa petite fille

Maman qui rassure sa petite fille. Source : spm

Vos enfants vous font entièrement confiance et comptent sur vous pour les aider à comprendre le monde qui les entoure. S’ils se posent des questions et que vous sentez qu’ils sont prêts à entendre la vérité, n’hésitez pas à vous montrer honnête envers eux. Un lien de confiance est la base pour établir une relation parent-enfant saine.

Lire aussi : Enfant colérique : est-ce la faute des parents ?

Contenus sponsorisés