Un groupe de papas s’attaquent à un délinquant sexuel qui guettait une adolescente dans les toilettes d’un restaurant

C’est en Caroline du sud aux Etats-Unis, qu’un groupe de papas n’a pas hésité à en venir aux mains pour protéger une jeune fille d’un délinquant sexuel. L’homme qui s’était introduit dans les toilettes pour femmes d’un restaurant observait l’adolescente par la fente inférieure de la cabine, avant d’être expulsé par un employé. Cette histoire sordide a été relayée par WSPA-TV.

La scène se serait déroulée dans un restaurant nommé le Cracker Barrel. Après avoir tenté de quitter les lieux, le délinquant sexuel a été intercepté par un groupe d’hommes prêts à tout pour le retenir en attendant l’arrivée des autorités.

L’adolescente a vu la tête d’un homme dépasser de la cabine

L’accusé s’appelle Douglas Lane et est âgé de 53 ans. Après être entrée dans la cabine, la jeune fille aurait remarqué que quelque chose bougeait à ses pieds. En regardant plus bas, elle s’est rendue compte qu’il s’agissait d’un homme dans la cabine voisine. Ce dernier aurait placé sa tête au niveau de l’espace ouvert en dessous de la porte pour l’observer. Des témoins interrogés par WSPA-TV ont révélé que la fille n’était pas seule lors de l’incident. L’un d’entre eux a déclaré, “Je n’oublierai jamais leur tête après cela. Elles étaient traumatisées”.

L’homme a tenté de prendre la fuite

En quittant les lieux, la fille s’est précipitée vers son père pour lui raconter l’incident. Ce dernier a alors demandé à une employée de faire sortir Douglas des toilettes afin qu’il puisse le confronter. Selon Carl Long, chef de la police en charge de l’affaire, une altercation aurait eu lieu entre les deux hommes avant que le délinquant ne prenne la fuite, le nez ensanglanté.

Douglas-lane

Douglas Lane, entouré d’un groupe d’hommes en attendant la police – Source : The Sun

Voyant qu’il tentait de s’échapper, d’autres clients du restaurant, eux-même papas, sont alors intervenus pour aider le père à l’attraper. Ils se seraient attaqués à Douglas Lane dans le parking de l’établissement jusqu’à ce que les forces de l’ordre arrivent sur les lieux. Les photos de l’incident, le montrent assis par terre, le visage et les vêtements ensanglantés.

Douglas-lane1

Douglas Lane, le visage et les vêtements en sang après l’altercation – Source : The Sun

Douglas Lane n’en était pas à sa première accusation

D’après les rapports établis, l’homme était reconnu et enregistré comme délinquant sexuel depuis 2004 et avait été accusé de voyeurisme au moins huit fois avant cet incident.

Douglas-lane2

Douglas Brown, 53 ans, accusé de voyeurisme – Source : Fox 11

Cette fois-ci, l’homme est à nouveau accusé de voyeurisme mais aussi de possession de marijuana ainsi que d’accessoires liés aux drogues. Sa caution a été fixée à 2000 dollars, soit 1700 euros et il s’est vu assigner un traqueur GPS pour suivre ses déplacements. L’enquête suit actuellement son cours d’après les autorités. Malheureusement, il arrive également que certains délinquants sexuels  soient acquittés.

Le voyeurisme peut être un trouble de la sexualité

Si le voyeurisme est le lot de plusieurs personnes, il faut savoir que ce dernier peut désigner un comportement mais aussi un trouble de la sexualité. Pour qu’il soit considéré en tant que tel, l’Association Américaine de Psychiatrie révèle qu’il “doit comprendre l’observation de personnes qui ne se doutent de rien, généralement des étrangers, alors qu’ils sont nus ou qu’ils se livrent à quelque activité sexuelle, et d’en éprouver une excitation érotique”. Selon un sondage mené  par le psychologue Justin Lehmiller, le voyeurisme ferait d’ailleurs partie des 3 plus grands fantasmes sexuels qui existent.

Dans un article du MSD Manual, le Dr George R. Brown explique que bien que le voyeurisme soit une forme de paraphilie, à l’instar de l’exhibitionnisme qui consiste à pratiquer une activité sexuelle dans un lieu public, la majorité des personnes qui en expriment l’intérêt ne répondent tout de même pas aux critères cliniques d’un trouble paraphilique.

En effet, ce dernier exige que les envies, le comportement ou les fantasmes du voyeur entraînent une détresse clinique cliniquement significative, un fonctionnement altéré ou nuisent à autrui. Cela concerne particulièrement les cas où la pulsion se manifeste avec une personne non consentante, comme cela a pu être le cas de cette jeune fille de 15 ans. En outre, le voyeurisme doit se manifester pendant plus de six mois.

En soi, le désir de regarder les autres dans des situations sexuelles est fréquent et n’est pas nécessairement considéré anormal, précise le Dr Brown. Néanmoins, cela peut parfois pousser des individus à rechercher activement des opportunités de voyeurisme. Cette condition devient alors pathologique car elle empiète sur la vie quotidienne du voyeur, sans oublier les répercussions que cela peut entraîner d’un point de vue légal.

Lire aussi « J’ai 46 ans, on me prend pour la sœur de ma fille adolescente – les gens pensent que j’ai seulement 20 ans »

Contenus sponsorisés