Les enfants qui ont reçu des fessées sont susceptibles d’être violents à l’âge adulte

Les enfants qui ont reçu des fessées sont susceptibles d’être violents à l’âge adulte


Les enfants qui ont reçus des fessées sont susceptibles d’être violents à l’âge adulte

La majorité des parents qui pratiquent la fessée pensent bien faire en éduquant leur enfant. Pourtant, cette punition ne serait pas constructive car elle aurait l’effet de rendre les enfants plus violents en grandissant. Alors que la fessée a été interdite dans plusieurs pays, elle reste ancrée dans le comportement de certains parents.

La fessée, une punition aux lourdes conséquences

Beaucoup de parents emploient l’excuse : «  Une petite fessée de temps en temps ne fait jamais de mal » Cette pratique punitive reste tout de même un châtiment physique qui reste gravée dans l’inconscient de l’enfant. Certains parents frappent leurs enfants sans même vouloir enseigner une quelconque leçon. La fessée devient alors une libération émotionnelle pour le parent. Il est indispensable de penser à des solutions plus viables pour les générations futures. Pourtant, de nombreux parents continuent à faire perdurer cette pratique. En Suède, ce châtiment corporel a été aboli en 1979. Résultat : les prisons sont vides et il y a une baisse de la délinquance et des comportements agressifs.

Des enfants qui risquent de se transformer en adultes violents et agressifs  ayant des problèmes émotionnels. C’est le résultat que prédisent des études si les parents continuent à faire subir ce châtiment corporel à leur progéniture.

Une étude menée par l’Université du Texas Medical Branch a interrogé environ 800 adultes et a remarqué que la plupart de ceux qui se comportent violemment dans leurs relations ont été frappés par leurs parents quand ils étaient enfants.

Le principal auteur de l’étude, le professeur en psychiatrie de l’université du Texas Jeff Temple a déclaré à CNN : «  Peu importe si quelqu’un a été victime d’abus ou non, la fessée seule était prédictive de la violence dans les fréquentations »

Autre conclusion de l’étude : la fessée apprend à l’enfant que la violence physique est la seule façon de résoudre un conflit, une leçon qui accompagne les individus dans leur manière d’agir tout au long de la vie.

Les risques pour ce geste à long terme seraient même pires. Selon une analyse de la psychologue Elizabeth T Gershauff de l’université d’Austin au Texas il y a un lien  entre les châtiments corporels administrés par les parents et des comportements tels que la violence à l’égard de son conjoint, la délinquance et la maltraitance de ses propres enfants. 

Quand vous vous sentez fatigué, que vos nerfs sont à bout, il existe d’autres solutions pour éviter de se laisser tenter par la fessée.  Voici quelques idées pour éviter de s’emporter et de commettre un geste qui pourrait être irréversible pour la personnalité de votre enfant.

Solutions pour éviter la fessée

Le dialogue : Relativisez et essayez d’être rationnel. Essayez de mettre des mots sur vos exigences afin que votre enfant comprenne pour quelles raisons vous lui demandez d’agir ou de ne pas agir de telle manière.

La prévention : Pour éviter une potentielle crise, expliquez le déroulement des évènements à votre enfant, il est en train de jouer mais dans 30 minutes il devra être au lit par exemple. Cela permet de donner à votre enfant une responsabilité et une meilleure gestion de ses activités.

L’analyse : Il faut sentir et pouvoir repérer les situations où vous pouvez céder à la colère. Identifiez vos réactions physiques. Est-ce que votre voix devient plus aigüe ?  Est-ce que vos mains tremblent ou transpirent ? Il est essentiel de pouvoir remarquer ces signes afin d’éviter de se laisser aller à cette pratique.

La punition : D’autres solutions sont possibles sans pour autant faire usage de la fessée. Il est possible d’isoler votre enfant dans sa chambre ou de le priver de son dessert préféré ou de la sortie dont il rêve depuis plusieurs jours.


Loading...