« J’ai eu le bébé de mon violeur à dix ans, je l’ai épousé à 11 ans et j’ai eu six enfants à 17 ans »

Le viol est une triste réalité qui ne semble pas prête de s’arrêter. Qu’importe le sexe ou l’âge, tout le monde est susceptible d’être à la merci de cet acte exécrable. Le cas de Sherry Johnson n’est pas en reste. Seulement, elle fait partie de ces victimes qui refusent de céder au mutisme. Transcender son expérience est sa motivation première, rapporte CNN. Elle s’érige aujourd’hui en icône de la lutte contre le mariage forcé.

Sherry Johnson raconte comment elle a été violée il y a de nombreuses années par des membres de l’église à l’âge de huit ans, aux Etats-Unis. Elle est ensuite tombée enceinte à 9 ans avant d’être forcée à épouser l’un de ses agresseurs à l’âge de 11 ans.

Sherry-Johnson

mirror

Violée à 8 ans par plusieurs hommes

La première agression s’est déroulée après que Sherry se soit rendue chez sa tante pour récupérer de l’argent pour son déjeuner. Le violeur qui résidait dans la même maison en avait profité pour l’emmener dans sa chambre et c’est là que le drame a commencé, rapporte le média américain.

Par la suite, Sherry a été victime de viols répétitifs, avant d’être agressée à nouveau par un homme qui, à l’âge de 20 ans, occupait la fonction de diacre (ndlr: ordre inférieur à la prêtrise) au sein de l’église.  La fille ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il était difficile pour une enfant de cet âge de verbaliser la situation.  Une histoire qui rappelle celle de Dawn Tyree, une victime du mariage précoce.

Ne pouvant pas se tourner vers la communauté religieuse, la seule personne en qui elle avait confiance était sa mère. Elle s’est alors confiée à elle et lui a tout raconté malgré sa difficulté à comprendre ce qui s’était produit. Mais elle ne l’a pas crue. Finalement, la seule personne au monde en qui elle avait confiance remettait sa crédibilité en cause. Pire encore, elle semblait la blâmer.

Sherry-Johnson-1

mirror

Le désespoir de Sherry s’est poursuivi quand sa mère a publiquement déclaré : « Ne croyez pas ma fille ». Au nom de la religion, la mère avait « sacrifié » son enfant pour couvrir le méfait de ses agresseurs. Sherry se sentait plus isolée que jamais.

Enceinte de son violeur à 9 ans

Les choses étaient devenues insoutenables pour la petite le jour où elle a découvert qu’elle était enceinte du diacre. Sa mère craignant ce qu’on pourrait en penser, a décidé de l’envoyer dans une autre ville en compagnie de son agresseur afin de garder l’affaire secrète.

A nouveau, pendant qu’ils se rendaient à Miami, elle a été violée à sept mois de grossesse. Elle a accouché seule, sans que sa mère ne soit présente pour la naissance.

Sherry-Johnson-2

mirror

Mariée à 11 ans pour couvrir le scandale

Dans la même église qu’elle a toute sa vie fréquentée, elle allait être sur le point d’être forcée à se marier avec son violeur. Sa mère lui a même préparé le gâteau de mariage, la robe et le voile, révèle le média britannique Mirror.

Sherry-Johnson-3

mirror

La fille croyait naïvement qu’elle se sentirait légèrement plus en « sécurité » une fois mariée. « L’état de Floride m’a laissée tomber. L’école le savait. L’hôpital le savait. Les médecins le savaient. Les tribunaux le savaient. Personne ne m’a protégée. Pas une seule personne. Pas une seule » a déclaré Sherry avec regret.

Devenue mère de six enfant à 17 ans

Au fur et à mesure que les années passaient, elle a fini par avoir six enfants à seulement 17 ans. Entre temps le diacre a été incarcéré pour ne pas avoir payé de pension alimentaire. Malgré tout, Sherry n’a pas pu divorcer car elle était toujours mineure.

Mais elle a finalement pu échapper au violeur grâce à l’aide d’un avocat. Elle a ensuite entamé ses études et a eu trois autres enfants.

Sherry-Johnson-4

mirror

Aujourd’hui, Sherry Johnson est mère de neuf enfants, grand-mère de 34 petits-enfants et arrière-grand-mère de trois autres. Elle est actuellement reconnaissante de pouvoir parler de son passé.

Causes du mariage précoce et forcé

Une fille sur cinq est mariée de force avant sa majorité dans le monde, selon les données de l’organisation Plan International. Cette réalité s’explique par les causes suivantes :

– L’inégalité des sexes : les femmes ont un statut inférieur dans certaines sociétés
– La pauvreté
– Des pratiques traditionnelles
– Il n’existe pas de certificat de naissance>
– Les lois ne sont pas appliquées par les familles
– Les situations d’urgence (précarité, catastrophes naturelles, crises humanitaires)

Malheureusement, ce fléau peut entraîner des conséquences dévastatrices pour les victimes, trop jeunes pour agir ou se protéger. Les risques de maladies sexuellement transmissibles ou de grossesses précoces sont courants. La déscolarisation est une autre répercussion tragique de ces unions, sans oublier la perpétuation de la pauvreté et d’un statut inférieur de la femme.

Lire aussi Cette mère révèle l’enfer des violences conjugales après que son ex l’ait obligée à se faire tatouer neuf fois son nom

Contenus sponsorisés