Pourquoi dit-on « Allô » lorsque l’on répond au téléphone ?

C’est un mot si répandu que, paradoxalement, peu de gens connaissent la signification de ce terme que l’on emploie très souvent. Voici pourquoi nous disons tous « Allô » au début d’une conversation téléphonique.

Expliquée par nos confrères d’Europe 1, la signification du mot « allô » est enfin révélée. Ce mot qui entame une conversation téléphonique tient son origine d’un pays européen. Une expression dont peu de gens connaissent l’histoire.

Une expression élucidée par l’animateur Stéphane Bern

C’est Stéphane Bern, un spécialiste d’histoire qui intervient dans l’émission radiophonique d’Europe 1 « Historiquement vôtre » et qui lève le voile sur ce mot que nous prononçons tous. Ce terme prononcé avant de parler à son interlocuteur au téléphone est encore méconnu du grand public. Pour y remédier, le célèbre expert de la royauté révèle d’où viennent ces deux syllabes qui n’ont pas une consonance française. Alors que le mot « allô » est très ancien, des termes voient le jour constamment. C’est le cas d’écosexuels, qui définit un groupe de personnes particuliers.

hello

Hello – Source : Appolo Answering Service

Une expression tout droit venue de Hongrie

Pour éclairer les auditeurs au sujet de ce terme employé très couramment, l’homme qui co-anime l’émission aux côtés de Matthieu Noël, révèle les racines de ce mot que l’on prononce lorsque l’on décroche ou que l’on passe un appel. Cette expression utilisée par les francophones vient pourtant de Hongrie ! Contrairement à ce que l’on imagine « allô » n’est pas l’interjection que l’on utilise dans le monde entier. Et pour cause, les Italiens répondent avec l’expression « pronto ». Quant aux Espagnols, c’est « diga » qui leur permet d’interpeller l’autre personne au bout du fil. Pour autant, ce terme utilisé par ceux qui parlent la langue de Molière est inscrit dans le dictionnaire Larousse.

« Allô » ou « allo » ?

Sur le livre qui donne les définitions de tous les mots et néologismes de la langue française, cette expression est bien inscrite et reconnue. Un seul mystère persiste quant à ce terme incontournable. Un débat a eu lieu à l’Académie Française qui recommandait d’apposer un accent circonflexe sur le « o » de « allô ». Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’un terme français, l’orthographe, qui a été l’objet d’une étude polémique, a été tranchée. Pour autant, cette interjection est issue de Hongrie pour une raison particulière qui donnera sens à ces quatre lettres.

Un mot inventé par Tivadar Puskas

Alors que beaucoup croient que « allô » est la version française du mot anglais « hello », qui signifie « bonjour », cela est loin d’être le cas. En réalité, cette expression dont on ne peut se passer ressemble au mot hongrois « hallo », qui a pour traduction « j’écoute ». Et ce mot est loin d’être issu d’un consensus de ce pays d’Europe puisqu’il a été inventé par Tivadar Puskas, qui n’est rien d’autre que l’inventeur du central téléphonique. Une anecdote qui enrichit la culture générale à l’heure où ce mot populaire suscite encore des interrogations.

Un mot ressemblant est utilisé par les bergers normands

Lorsque l’inventeur hongrois a testé cette machine qui a révolutionné le monde en avril 1877, il a interpellé son interlocuteur avec le terme « hallod ». Ce dernier a confirmé en répondant « hallom » [ndlr : je t’entends ou j’écoute en hongrois ». Ce mot a été réapproprié par les Français avec le mot que nous utilisons tous. Cette interjection n’a pas seulement été utilisée par ces derniers. Au XIème siècle, les bergers normands installés en Angleterre après l’invasion de Guillaume le conquérant, réunissaient leurs troupeaux en criant « hallo ! » Au Québec, le mot sur lequel s’est penché l’Académie Française est également utilisé mais pour un autre message. Les habitants de ce pays francophone ne l’utilisent pas au téléphone mais plutôt lorsqu’ils se retrouvent ou alors pour se dire au revoir. Si le téléphone a réussi à réunir des personnes à des milliers de kilomètres, il est important d’être prudent lorsqu’il s’agit de dormir à côté d’un portable.

Lire aussi « Non, je n’ai pas une vie facile » une mère sans emploi perçoit 22 500 € par an d’allocations

Contenus sponsorisés