Avoir une petite sœur augmente vos chances d’être en surpoids – et voici pourquoi

Mesdames, saviez-vous que votre petite sœur pourrait être la raison pour laquelle vous avez ces quelques kilos en trop dont vous ne pouvez pas vous débarrasser ? Croyez-le ou pas, une nouvelle étude a révélé que les filles ainées sont plus susceptibles d'être en surpoids. Eh oui, vous avez le droit d’être en colère, car votre petite sœur adorée est la raison pour laquelle vous ne pouvez pas enfiler cette magnifique robe qui vous hante l’esprit.

L’étude publiée dans le Journal of Epidemiology & Community Health a été menée sur 13 406 paires de sœurs suédoises nées entre 1991 et 2009. Il a été constaté, de ce fait, que les ainées avaient un indice de masse corporelle supérieur, et avaient 29% de risque de prendre du poids et 40% de risque d’être en surpoids.

Des recherches avaient déjà été menées sur des garçons ainés et cadets, qui ont abouti à des résultats similaires. Désolé, messieurs !

Mais comme il s’agissait d’une étude purement observationnelle, les chercheurs eux-mêmes n’étaient pas en mesure de prouver exactement pourquoi cette différence existait.

Les pratiques culturelles à blâmer aussi ?

La Dre Maria Peña, directrice du Centre de gestion du poids du Lenox Hill Hospital à New York, a également formulé une autre théorie qui tend à une explication plus culturelle. Elle a confié à CBS News : « Dans de nombreuses cultures, les mères sont plus méticuleuses avec leurs premiers-nés. A la naissance du premier bébé, tout le monde veut aider et nourrir excessivement le bébé, en s’assurant qu’il ait un « poids santé ». Mais après un deuxième enfant, les parents savent à quoi s’attendre et ils ne sont plus aussi surprotecteurs, alors peut-être qu’ils les nourrissent un peu moins. ».

Ces habitudes alimentaires pourraient être suivies chez les individus tout au long de leur vie, ce qui pourrait conduire à des troubles de l’alimentation et à l’obésité.

Une autre étude, une théorie

Une autre théorie a été proposée par le professeur Wayne Cutfield du Liggins Institute de l’Université d’Auckland. Il affirme que lors de la première grossesse, les vaisseaux sanguins qui transportent les nutriments contenus dans les aliments jusqu’au fœtus sont légèrement plus minces.

Cela entraîne donc une réduction possible de l’apport en nutriments, ce qui peut amener le corps de l’enfant à développer des mécanismes lui permettant de stocker plus de graisse. De plus, l’insuline fonctionne moins efficacement plus tard dans sa vie. Il a eu cette idée après avoir co-rédigé une étude explorant le concept selon lequel les premiers-nés ont une sensibilité réduite à l’insuline et courent un plus grand risque d’hypotension.

Cela peut-il être dû à la rivalité fraternelle ?

Le professeur, Gary Sacks de l’Université Deakin à Melbourne, en Australie considère la rivalité fraternelle comme une raison de ce résultat. « Peut-être que le premier-né rivalise avec le deuxième-né pour la nourriture. Peut-être que plus d’argent sera dépensé pour le premier-né ».

Quoiqu’il en soit mesdames, si vous avez une petite sœur, vous avez de la chance car la relation entre sœurs est assez spéciale. Votre sœur est la meilleure amie que vous ayez eue ou que vous pourriez avoir. Vous passez votre temps à jouer au chat et à la souris, mais à la fin de la journée, vous êtes la personne préférée l’une de l’autre. Avec une sœur, vous faites tout et n’importe quoi, et vous êtes là l’une pour l’autre durant chaque étape de votre vie.

Contenus sponsorisés

Loading...

Plus d'articles

Close
Close