Plantes : quelles sont les tendances pour 2022 ?

Les plantes de demain devront leur succès à leur capacité de répondre à nos aspirations actuelles, et à la grande envie de nature.

Une plante n’est pas une décoration comme une autre ! Vivante, elle nous accompagne durant des mois et, bien souvent, des années. Pour lui assurer ce développement durable, on la choisit aussi selon l’environnement que nous avons à lui offrir : un jardin au soleil, quelques bacs sur un balcon ombragé, une terrasse sur les toits… Et puis, le climat change, notre énergie varie : comme nous, nos plantes peuvent s’adapter. Le simple attrait de la nouveauté ne dure souvent que le temps d’un coup de cœur, parmi les grandes tendances du moment, suivez surtout les vôtres.

Les petites plantes sont à la mode !

Plus petit, plus beau : face aux jardins qui rétrécissent et à l’engouement du jardinage en ville, la tendance à la miniaturisation reste toujours bien vivace. Dans chaque espèce, les pépiniéristes-créateurs sélectionnent des formes toujours plus compactes et qui concentrent, si possible, les effets décoratifs.

Les arbustes à feuillages colorés : plus durable que la plus longue des floraisons, la couleur originale, ou la panachure, d’un feuillage envahit les gammes de nombreux petits arbustes pour bordures et potées. On redécouvre ainsi des berbéris moins épineux comme ‘Limoncello’ d’un vert doré à liseré rouge, les spirées japonaises comme ‘Sparkling Champagne’ déjà très fleuries et dont le feuillage évolue du printemps à l’automne, les abélias dont ‘Hopley’s’ panaché de jaune clair, très lumineux, et toute une collection de véroniques arbustives que l’on peut ainsi protéger du froid.

Nouveaux bambous : tout le charme de leur feuillage léger et persistant sans le caractère envahissant, c’est tout l’intérêt des bambous du genre Fargesia ! Bien résistant au froid, chaque plant formera une touffe de 120 cm de diamètre au maximum. Ils tolèrent bien mieux la culture dans de grands bacs.

Des fleurs plus longtemps : avec une croissance réduite, certaines variétés peuvent consacrer plus d’énergie à fleurir. C’est le cas aujourd’hui de certaines agapanthes comme ‘Charlotte’, ‘Blue Heaven’, ‘Poppin’ Purple’, deux fois moins hautes que les variétés traditionnelles, mais aussi de la lavande ‘Bleu de Gien’ et de la gamme d’azalées japonaises, bien nommée ‘Encore’, dont la diversité des coloris ne fait qu’augmenter.

La résistance s’organise

Le changement climatique se confirme : après des épisodes inhabituels de sécheresse estivale, de canicule mais aussi de pluies diluviennes, nous devons nous préparer à des excès jusque-là réservés à la zone méditerranéenne.

sempervivium

Sempervivum – Source : spm

Contre la chaleur : des arbres du sud “remontent” vers le nord. C’est le cas du chêne vert persistant, du frêne à fleurs ou du savonnier (Koelreuteria paniculata) . Résistantes au froid comme au sec, les joubarbes (Sempervivum) rivalisent de couleurs changeantes et limitent l’arrosage dans nos potées et sur les toits végétaux. D’autant plus fleuri qu’il fait chaud et qu’il pleut en été, le lilas des Indes (Lagerstroemia) inspire les créateurs comme en témoigne la gamme récente à feuillage foncé ‘Black Solitaire’ ou ‘Black Diamond’.

Sans broncher : supportant le chaud, mais aussi le froid dans des terrains très ordinaires, c’est le secret de longévité de nombreuses graminées (miscanthus, molinies) dont le panic érigé ‘Dallas Blues’ à feuillage bleuté, souple et à la floraison vaporeuse de 1,5 m de haut. Dans un autre style, mais tout aussi faciles à cultiver, les potentilles arbustives font un grand retour comme ‘Danny Boy’ haute de 40 cm, au nouveau coloris rose framboise. Parmi les hortensias, Hydrangea paniculata continue sa progression fulgurante, plus tolérant au calcaire, au froid, au soleil et à quelques périodes sèches.

chevrefeuille

Chèvrefeuille – Source : spm

Halte aux parasites : depuis que la pyrale ravage les buis, on cherche des alternatives plus saines et aussi tolérantes. Le chèvrefeuille arbustif (Lonicera nitida) semble se démarquer, offrant de toutes nouvelles formes comme ‘Garden Clouds’ vert ou pourpre, plus rustiques, et qui poussent en boule.

Des fleurs qui donnent des ailes

Qui n’est pas convaincu de l’importance de tous les insectes qui contribuent à polliniser nos plantes, fruits et légumes ? Contribuant à les nourrir, les fleurs dites mellifères (riches en pollen et nectar) ont donc la cote.

Tout l’été : les échinacées, ces grandes marguerites vivaces, de couleur pourpre à l’origine, offrent une gamme de formes et de coloris très élargie au blanc, orangé, jaune pâle parfois avec un très gros cœur. Au jardin comme en pot, le succès des sauges arbustives ne se dément pas, très fleuries dès mai-juin et jusqu’en automne. La tendance est aux fleurs bicolores comme ‘Shell Dancer’ rose et saumon.

Hors saison : les insectes ont besoin de fleurs dès la fin de l’hiver dont ils sortent affamés. Longtemps confidentielles, les euphorbes sont enfin reconnues pour leur grande facilité de culture. Les pollinisateurs adorent leur floraison printanière, et ces plantes vivaces gardent un beau feuillage persistant souvent bleu, parfois panaché (‘Silver Swan’) ou même pourpre (‘Efanthia’). Après l’été, même très sec, tous les bourdons se retrouvent sur le caryoptéris ! Cet arbuste à fleurs bleues existe à présent en version rose à feuillage argenté : ‘Stephi’.

Les rosiers aussi : pour séduire également les abeilles, ils s’habillent de fleurs plus simples dont le cœur reste ainsi accessible aux butineurs. Après le rosier ‘Rêve de Paris’, bicolore rose et jaune, la gamme Nectar Garden propose presque toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ! Tous ces rosiers sont de petite taille, fleuris du printemps à l’automne et parmi les plus résistants aux maladies.

Le cherche comestible

La période actuelle a renforcé, et parfois éveillé, un engouement pour le jardin en général et les plantes nourricières en particulier. Partout on s’est arraché les plants potagers et les pépiniéristes ont vu fondre leur stock d’arbres fruitiers !

Au potager : l’offre en plants et graines bio s’accentue, jusqu’en jardineries. Issues de plantes cultivées sans pesticides chimiques, elles s’adaptent mieux au jardin amateur où l’on ne peut plus en utiliser. Une autre tendance est aux plants greffés (tomates, aubergines, poivrons) pour être plus résistants à des maladies courantes avec environ 75 % de récolte en plus.

Les arbres fruitiers : de dimensions réduites, arbres nains et colonnaires sont mis en avant dans les catalogues. Peu encombrants, ils sont aussi plus faciles à tailler et à protéger. Pommier, poirier, abricotier, cerisier : les variétés sont toujours plus nombreuses ! Dans le même esprit, on propose à la fois des framboisiers (‘Rustica’) ou des mûres (‘Purple Opal’) pour la culture en bac. Face à des maladies très fréquentes, d’anciennes variétés de vigne résistantes sont à nouveau cultivées comme ‘Isabelle’ (vigne fraise) ou ‘Noah’.

menthe

Menthe – Source : spm

Plantes aromatiques : ingrédients incontournables, leurs saveurs permettent d’utiliser moins de sel dans les plats, de sucre dans les boissons. Les cultiver permet de réaliser de sérieuses économies et de mettre de l’originalité dans la cuisine : basilic pourpre, ail des ours, menthe cassis, sauge ananas, plante curry… De plus, leurs fleurs font partie des plus mellifères.

Le prix de la nouveauté

Certaines nouvelles variétés peuvent être découvertes presque par hasard à la suite d’un semis. En revanche, lorsqu’on cherche à obtenir des caractères précis comme la résistance aux maladies, il faut établir des programmes de recherches qui durent des années et engendrent des coûts importants. En compensation, pour toute nouvelle variété créée, il est possible d’obtenir un certificat d’obtention végétale (COV). Il donne le droit à celui qui le possède d’exploiter le végétal en exclusivité pendant 25 ou 30 ans, selon l’espèce. On peut alors ajouter au nom de la plante le symbole des marques déposées. Si d’autres entreprises souhaitent la produire et la commercialiser, elles doivent payer pour acquérir des concessions ou des licences.

Lire aussi Mettez de la levure dans vos pots de vos fleurs : l’astuce qui sauvera vos plantes

Contenus sponsorisés