L’Italie a adopté une loi pour offrir les invendus alimentaires des supermarchés à des associations caritatives

La nourriture est l'un des points de repère de la culture italienne, et à ce titre. Les meilleurs chefs du monde viennent sans doute d'Italie. Il est étonnant qu'un pays aussi "passionné de nourriture" compte encore des millions de personnes affamés, dont 5,1 millions vivent dans la pauvreté absolue.

En 2016, le gouvernement italien a adopté un projet de loi visant à encourager les supermarchés, les centres commerciaux, les épiceries et les bars à donner le surplus de nourriture aux personnes dans le besoin plutôt que de le jeter. Le projet de loi est passé sans encombre par la chambre basse du parlement et a été accueilli à bras ouverts par le Sénat. L’idée n’était pas seulement économiquement avantageuse pour l’administration du pays, mais elle était destinée à promouvoir une bonne éthique morale, la bonté et l’unité nationale parmi les citoyens.

Avant l’adoption du projet de loi, l’Italie dépensait en moyenne 11 milliards d’euros par an pour la gestion des déchets. En 2015, le pays a gaspillé un total cumulé de 550 millions de tonnes de nourriture. La législation ne voulait pas seulement réduire les recettes allouées à la gestion des déchets, mais aussi venir en aide aux pauvres de la manière la plus sûre.

Récompenses pour la bonté

Les vendeurs de nourriture qui font des dons aux défavorisés auraient des réductions de taxes, qui varieront en fonction du nombre et de la quantité de leurs dons. Tous les aliments donnés ne doivent pas être périmés, ce qui sera déclaré au moment du don.

Pour que cela fonctionne, il y aura des incitations fiscales. Sans elles, il aurait été plus difficile de convaincre les entreprises locales de s’aligner sur la nouvelle politique et, tôt ou tard, elles auraient trouvé un moyen de la contourner. Cependant, ltout propriétaire d’entreprise sauterait sur l’occasion de  réduire ses impôts. L’Italie a bien tiré son épingle du jeu.

« Nous faisons en sorte qu’il soit plus pratique pour les entreprises de donner plutôt que de gaspiller. Nous récupérons actuellement 550 millions de tonnes de nourriture en excès chaque année, mais nous voulons arriver à un milliard en 2016 « , a déclaré Maurizio Martina, ex-ministre des politiques agricoles, alimentaires et forestières (2014-2017) au Independent.

L’Italie est devenu le deuxième pays européen à adopter un projet de loi visant à réduire le gaspillage alimentaire. En 2016, le gouvernement français a adopté un projet de loi qui empêcherait tout supermarché occupant plus de 400 mètres carrés d’espace de jeter les aliments excédentaires. Donc, ils devaient soit faire des dons à des associations caritatives, soit encourir des amendes. L’Italie a choisi la voie du  » gagnant-gagnant pour tout le monde « , et plutôt que d’imposer une amende pour le gaspillage, elle a mis en place des récompenses pour les dons.

Les invendus alimentaires, pas vraiment des déchets

Certaines personnes ont peut-être eu du mal à se faire à l’idée de donner des « déchets alimentaires » aux pauvres. Au départ, cela peut sembler péjoratif et dégradant, mais ce n’est pas si grave. Selon les normes des supermarchés, les déchets alimentaires sont soit des produits périmés, soit des produits encore en bon état mais présentant quelques imperfections cosmétiques mineures. Ce sont ces derniers qui doivent être récupérés. Par exemple :

  • Si un fruit a une éraflure sur la peau, il est jeté.
  • Si une boîte de soupe a un défaut dans la boîte, elle est jetée.
  • Une boîte de céréales avec une déchirure dans le carton va à la poubelle – jetée.
  • Les carottes de forme bizarre n’ont aucun espoir de rester sur les étagères – jetées.
  • Si l’étiquette est endommagée, le produit n’est pas bon pour la vente… jeté.

Je pense que vous avez compris. Ainsi, la majorité des aliments dits « invendables » sont gaspillés alors qu’ils sont en parfait état et propres à la consommation.

Il est important que les vendeurs d’aliments fassent le point sur les produits alimentaires excédentaires avant leurs dates de péremption. La déclaration de ces produits et leur livraison aux organisations caritatives permettraient de sauver de nombreuses vies et d’améliorer le niveau de vie de millions d’Italiens en difficulté.

Arash Derambarsh, homme politique français et conseiller municipal de Courbevoie (France), est un défenseur connu de la gestion des déchets alimentaires. Avec l’aide de son groupe, il a proposé la loi du Parlement qui a interdit le gaspillage alimentaire dans les supermarchés de son pays. Il n’a cessé de travailler pour suggérer un projet de loi visant à prévenir le gaspillage alimentaire dans tous les pays de l’Union européenne.

Pour faire simple, comme il l’a déclaré au « Independent » :

« Le problème est simple : nous avons de la nourriture gaspillée et des pauvres qui ont faim. »

Lire aussi «Qui a peur du coronavirus? » Un homme lèche des produits dans un supermarché

Contenus sponsorisés