Un docteur en biologie affirme que le cannabis provoquerait "le suicide des cellules cancéreuses"

Un docteur en biologie affirme que le cannabis provoquerait « le suicide des cellules cancéreuses »


canabis

Pendant les dernières décennies, beaucoup de recherches ont montré le potentiel thérapeutique du cannabis, allant parfois au-delà du simple soulagement des nausées ou des douleurs liées à la chimiothérapie. Elle affirme que le Cannabis provoquerait le suicide des cellules tumorales, comme le relaye le journal en ligne chilien El Mostrador. A l’heure ou nous écrivons cet article, de nombreuses études scientifiques contradictoires sont publiés au sujet du Cancer et du Cannabis. La communauté scientifique est divisé à ce sujet, il n’existe pas encore d’étude majeur qui fasse autorité dans ce domaine.

Cristina Sanchez est une biologiste moléculaire et elle étudie depuis plus de 10 ans l’activité moléculaire des cannabinoïdes à l’université Compultense de Madrid. Durant tout ce temps, elle aurait découvert avec ses collègues que le tétrahydrocannabinol ou THC, le principal composant psychoactif du cannabis, induirait le « suicide » des cellules tumorales tout en laissant les cellules saines intactes.

Le cannabis et le cancer

Lors d’une conférence pour la Fondation DAYA à Santiago (Chili), le Dr Sanchez explique cette découverte. Son équipe a étudié ce qui se passait à l’intérieur d’une cellule tumorale lorsqu’elle était exposé aux cannabinoïdes. Ils ont découvert que ces derniers bloquaient la protéine AKT, une protéine qui nourrit et augmente la migration des cellules tumorales. Or, sans ce carburant, les cellules tumorales arrêtent de fonctionner et se laissent mourir, on parle alors d’apoptose ou suicide cellulaire. À noter que cet effet des cannabinoïdes n’intervient que sur les cellules tumorales et n’altère pas les cellules saines.   

Le Dr Sanchez avait déjà abordé le sujet en 1998, en publiant un article sur les effets anticancéreux du THC dans la revue de biochimie européenne FEBS Letters.

Le cannabis et les différentes étapes du cancer

Cristina Sanchez aborde également les autres étapes du cancer après la prolifération incontrôlée des cellules cancéreuses, à savoir l’angiogenèse, c’est-à-dire la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, un processus détourné en cas de cancer afin d’augmenter la croissance tumorale, et la métastase soit la propagation du cancer à d’autres organes. Elle explique que les cannabinoïdes bloquent ce phénomène d’angiogenèse et de métastase. 

Avec son équipe, ils ont découvert ce premier phénomène concernant l’angiogenèse en injectant un liquide bleu dans le sang afin de comparer la création de nouveaux vaisseaux sanguins entre les cellules tumorales et celles traitées avec les cannabinoïdes. Dans le premier cas, les cellules se sont colorées en bleu mais pas dans le second cas car les cellules traitées par les cannabinoïdes n’ont pas eu besoin de créer de nouveaux vaisseaux sanguins et d’être irriguées. Au contraire, elles sont restées quasiment identiques. 

Pour le processus de métastase, ils ont constaté que les cannabinoïdes bloquent la capacité des cellules tumorales à migrer vers d’autres organes et envahir l’organisme, notamment en inhibant les transitions épithélium-mésenchyme cancéreuses. Il s’agit du passage d’un groupe de cellules à travers le sang. 

Le corps humain, conçu pour utiliser des composés de cannabis

Des recherches antérieures pendant les années 1980 ont révélé que le corps humain contient deux cibles spécifiques pour le THC : une structure endogène qui traite le THC et d’autres cannabinoïdes, appelés le système endocannabinoïde, et divers récepteurs cannabinoïdes présents dans l’organisme. Ensemble, ces deux systèmes naturels permettent au corps de bénéficier des cannabinoïdes présents dans le cannabis, dont certains ne se trouvent nulle part ailleurs dans la nature, ce qui pourrait expliquer ces effets positifs.

L’usage du cannabis et ses limites 

Durant cette conférence, Dr Sanchez confirme aussi que les cannabinoïdes peuvent agir positivement contre les effets secondaires de la chimiothérapie en stimulant l’appétit, en améliorant le sommeil et en réduisant les douleurs, les nausées et les vomissements. Il s’agit donc d’une piste prometteuse qui tend à se démocratiser en termes de soins palliatifs pour les patients atteints du cancer. 

Dans un article pour la Fondation CANNA, détaillant les connaissances actuelles concernant le cancer et les cannabinoïdes, Cristina Sanchez explique que malgré ses découvertes, il faut davantage de recherches scientifiques, en particulier sur l’homme. Le but étant notamment de répondre aux questions concernant les interférences entre la prise de cannabis thérapeutique et l’impact spécifique sur le système de détoxification des cytochromes P450 (des hémoprotéines qui interviennent dans la dégradation des toxines, polluants et médicaments) et sur l’organisme en général lorsque des suppléments en antioxydants sont pris durant un cancer.


Loading...