Cette mère diabolique laisse son bébé de trois mois geler sur le balcon pour se venger

Les histoires de divorce ne sont pas toujours simples, elles peuvent même être très complexes, notamment lorsque les deux personnes ne se quittent pas en bons termes et que la séparation s’accompagne de règlements de comptes pouvant aller assez loin. Et lorsque la relation donne lieu à des enfants, ces derniers ne font qu’en souffrir, comme en témoigne cette histoire relayée par nos confrères du Sun.

Des enfants qui subissent les conséquences de la séparation des parents

Il est faux de croire qu’un enfant ne pourra jamais se remettre de la rupture entre ses parents. Toutefois, lorsqu’il n’y a pas d’autres solutions, la séparation demeure la seule condition pour mettre un terme à des troubles et des tensions qui n’avaient rien de positif.

Toutes les séparations ne se passent pas bien, et la plupart finissent mal mais lorsque les enfants font partie de l’équation, il arrive souvent qu’ils se retrouvent au centre du conflit. Et comme il y a des situations où les règlements de comptes peuvent durer même au-delà du divorce, les enfants se voient pris entre deux feux, voire utilisés commedes armes dans ce qui ressemble plus à un champ de bataille permanent qu’à un milieu familial accueillant où est censé régner la paix, l’amour et le respect.

De telles dissensions sont en effet capables d’affecter profondément la psychologie de l’enfant et par conséquent la personne adulte qu’il est censé devenir plus tard. Il peut aussi perdre facilement ses repères, notamment en ce qui concerne l’éducation et les principes moraux de base. Il en souffre alors profondément car son âge ne lui permet aucunement de faire l’arbitre ni de juger de qui a raison ou qui a tort. Il a juste besoin d’avoir deux parents aimants qui lui prouvent que son bonheur et bien-être sont ce qui compte le plus à leurs yeux.

 Des photos consternantes prises par « une mère »

Il est question de photos ayant été prises par une mère russe dans la vingtaine, s’appelant Elizaveta Klimova et mettant en évidence une petite fille de seulement 3 mois laissée nue dans un balcon en train de geler et de mourir de froid.

Les faits se sont déroulés dans une ville au sud-ouest de la Russie appelée Balakovo. La première personne à avoir découvert ces photos choquantes a été le père de la petite, Aleksandr Potryasov, âgé de 28 ans. Elle lui avait en effet intentionnellement envoyé ces images accompagnées de ce message :

« Regarde-la pour la dernière fois ! Je l’ai jetée dans le balcon afin qu’elle puisse avoir bien froid ! Elle m’a clairement mise hors de moi ! »

Il a par conséquent décidé de divulguer ces photos sur les réseaux sociaux en expliquant qu’il avait fait cela dans l’unique but de défaire son ex-femme du droit de garde parentale dont elle disposait jusqu’à présent. Après ce qu’elle m’a montré, je suis très inquiet de ce que ma fille pourrait risquer en sa compagnie.

« Je suis pris d’angoisse rien qu’à l’idée qu’elle puisse la laisser mourir de froid ou encore la mettre à la rue. », raconte Aleksandr.

Le bébé qui paie le prix d’un divorce

Comme certains se demandent pourquoi le père ne prend pas sa fille sous son aile, ce dernier n’a pas omis de préciser que s’il n’était pas capable de s’occuper d’elle, c’est bien parce qu’il passait énormément de temps au travail.

Elisaveta, en publiant ces preuves effarantes qui l’incriminaient, n’a tout de même pas avoué ses torts mais a plutôt prétendu que son ex-mari lui avait laissé la garde du bébé sans aucune aide financière. Mais la vérité, d’après plusieurs témoignages est qu’elle a plutôt voulu se servir de sa fille pour infliger une souffrance psychologique à son ex-partenaire.

Des voisins de la jeune femme ont fourni des informations selon lesquelles la séparation du couple est survenue peu après la naissance du bébé et que la relation entre les deux partenaires n’a pas cessé d’empirer depuis.

Une enquête policière a été d’ailleurs été lancée et a permis de confirmer l’authenticité et la pertinence des photos publiées, ces dernières auraient été prises en mois d’Octobre 2018, sachant qu’à Balakovo en cette période de l’année, les températures peuvent baisser jusqu’à atteindre -20°C. Une vérification de l’état de la petite fille a pu être faite et a révélé qu’elle était dans un état stable. Klimova a, quant à elle, été accusée de manquement à ses devoirs parentaux et a écopé d’une amende. Difficile de croire qu’une mère puisse être capable d’un tel acte de cruauté et d’égoïsme.

Contenus sponsorisés

Loading...

Plus d'articles

Close
Close