Ce petit bébé prouve que les médecins ont tort – il survit assez longtemps pour sauver la vie de deux autres enfants

Certains parents en attendant un enfant, font parfois face à des situations tragiques, comme perdre le bébé alors qu’il se trouve dans le ventre de la mère ou bien se rendre compte que le bébé a une malformation et qu’il a de faibles chances de survivre. Krysta Davis et Dereck Lovett ont vécu ce drame, relayé par Western Journal. Ils ont dû prendre la décision la plus dure de leur vie, à la naissance de leur fille.

Krysta et Dereck ont appris que leur bébé aurait un grave problème à sa naissance et qu’il ne survivrait pas. Selon les médecins, le bébé souffrait d’une malformation congénitale appelée anencéphalie, qui se traduit par le non développement d’une partie du crâne et du cerveau. La nouvelle avait anéanti les parents.

Le voyage terminé de la petite Reylei

Krysta avait le choix entre mettre fin à sa grossesse ou bien la mener à terme et faire don des organes du bébé. Cette dernière n’a pas hésité une seconde  et a choisi la deuxième option en gardant son bébé pour sauver d’autres vies.
Puis la petite Rylei est arrivée au monde, la veille de Noël, et contrairement à ce qui était prévu, elle a survécu pendant une semaine, au lieu de 30 minutes. Elle a permis ainsi à sa mère de la porter dans ses bras pendant quelques jours pour l’aimer et la chérir.

Après une semaine, Reylei est finalement décédée et sa maman a pu faire don de ses organes  à deux enfants qui avaient besoin de valves cardiaques.

L’acte de gentillesse des parents qui n’est pas très courant a été remarquable, sans oublier l’acte héroïque de la petite Reylei qui a permis de sauver des petites vies et qui restera à jamais, gravée dans la mémoire de ses parents.

Qu’est-ce que l’anencéphalie ?

Selon CDC, Centers for Disease Contrôle and Prevention, c’est une maladie congénitale grave et mortelle à la naissance ; le bébé est  privé d’une partie du cerveau et du crâne, autrement dit, c’est une anomalie du tube neural qui joue un rôle dans la formation du cerveau et du crâne. Aussi, le bébé nait sans la partie antérieure du cerveau et la partie chargée de la réflexion. De plus, l’autre partie n’est protégée ni par les os ni par la peau.

Les causes de l’anencéphalie

Les causes de l’anencéphalie ne sont pas très connues. Toutefois, nous pouvons citer :

  • Modification des gènes ou des chromosomes de certains bébés.
  • Certains médicaments pris pendant la grossesse.
  • Interaction de multiples gènes avec des agents environnementaux ou d’évènement fortuits.

Il est possible de prévenir l’apparition de cette malformation en consommant de l’acide folique avant et pendant le début de la grossesse. En effet et selon Medscape, l’exposition à des agents qui changent le métabolisme du folate, durant le développement du tube neural, accroit le risque d’anencéphalie.
Pendant la grossesse, l’anencéphalie peut être diagnostiquée grâce à des tests de dépistage prénatals par le biais de prélèvement sanguin ou d’échographie.
Par ailleurs, cette maladie ne bénéficie d’aucun traitement car c’est une maladie mortelle et la famille doit d’ores et déjà être préparée au décès du bébé à la naissance.

Impact émotionnel après la naissance

Les familles, qu’elles soient au courant ou non du diagnostic de la maladie, auront certainement besoin d’un soutien psychologique de la part de professionnels et de  la famille afin de pouvoir faire le deuil. Ce n’est toujours pas facile pour une mère de perdre son bébé qu’elle a porté pendant 9 mois.
De plus, le soutien psychologique par des conseillers en génétique est d’autant plus important lorsque certaines familles ressentent de  la culpabilité vis-à-vis de la maladie de leur bébé.
Par ailleurs, lorsqu’un diagnostic prénatal est établi, une interruption de la grossesse doit être proposé au couple qui prendra la décision de l’interrompre ou de poursuivre la grossesse à terme et réfléchir ainsi à un éventuel don d’organes.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close