CBD : Quels bienfaits sur la santé ?

Une plante aux multiples visages

Le cannabidiol et le tétrahydrocannabinol sont deux des multiples substances actives présentes au sein de l’espèce Cannabis sativa. Elle est l’une des premières plantes à avoir été domestiquée par l’homme et utilisée entre autres pour ses propriétés médicinales. Elle renferme plus de 545 composés différents, la majorité étant des cannabinoïdes comme ceux précédemment cités. Leur structure chimique est proche de substances que nous produisons naturellement au niveau du cerveau, les endocannabinoïdes, qui jouent de multiples rôles dans notre organisme, intervenant notamment dans le contrôle des mouvements, nos capacités de réflexion et la gestion des émotions et comportements. Pour ce faire, ils se lient avec des récepteurs présents à la surface des cellules, qui sont de deux types : les CB1, principalement localisés dans le cerveau, et les CB2 présents essentiellement au niveau des cellules immunitaires. Agir sur le système endocannabinoïde pourrait avoir des applications thérapeutiques dans le cadre de pathologies extrêmement variées. Et les cannabinoïdes d’origine végétale sont en mesure de le faire, ce qui explique leurs capacités à exercer des effets sur notre santé. Le THC et leCBD possèdent des modes d’action spécifiques et ainsi des propriétés différentes ; s’il n’est pas possible de les individualiser lorsque la plante est consommée dans son ensemble, les scientifiques sont en mesure de les isoler pour les étudier séparément et déterminer les dosages adaptés pour traiter les patients, et profiter au mieux des bienfaits de chacun en limitant les effets indésirables.

Verser des goutes de CBD dans une tasse

Verser des goutes de CBD dans une tasse – source : spm

Des vertus anti-douleurs

Si le cannabis médical peut jouer un rôle favorable pour les malades souffrant d’épilepsie, il peut être bénéfique dans le cadre de bien d’autres situations pathologiques. Et notamment dans la lutte contre les douleurs chroniques, une indication validée par la prestigieuse Académie Nationale de Science des États-Unis dans un rapport publié en 2017 . Une étude israélienne a par exemple montré son intérêt pour améliorer la qualité de vie des aînés. Les chercheurs ont suivi 901 personnes de plus de 65 ans qui ont bénéficié pendant 6 mois de cannabis médical sous différentes formes (huile infusée, par inhalation ou fumée par vaporisation). Au terme du traitement, 93 % d’entre elles voyaient leur douleur reculer, passant de 8 à 4 sur une échelle de 1 (douleur la plus faible) à 10 (douleur la plus forte). Et, fait très intéressant, cette médication a permis à 18 % des participants de réduire ou d’arrêter les médicaments opiacés, associés à un fort risque d’accoutumance. De plus, le cannabis médical était globalement bien toléré : des effets secondaires se sont manifestés chez 9,7% des patients par des vertiges et étourdissements, et par une sécheresse buccale chez 7,1% des patients. L’un des intérêts du cannabis médical est également de stimuler l’appétit et s’avère donc très utile pour éviter la dénutrition fréquente chez les personnes âgées, ainsi que chez les malades ayant subi une intervention chirurgicale, souffrant d’un cancer ou du SIDA. Chez ces derniers, la plante permet d’atténuer les très invalidantes douleurs neuropathiques, provoquées par une atteinte du système nerveux. Les cannabinoïdes sont également efficaces pour prévenir les crises de migraine. Des chercheurs ont étudié les effets de l’administration de différentes doses d’un mélange de THC et de CBD. D’abord chez 48 patients migraineux, constatant alors que si de faibles doses s’avèrent sans effet, l’administration de 200 mg de principes actifs (81% de CBD, 19 % de THC) parvient à diminuer les douleurs de 55 %. Ensuite, chez 79 patients : la moitié du groupe a reçu un traitement classique à base d’amitriptyline (25 mg par jour) ou de ce mélange de cannabinoïdes, pendant 3 mois. Résultats : les cannabinoïdes sont légèrement plus efficaces que le médicament, réduisant le nombre de crises de 40,4 % (contre 40,1% avec l’amitriptyline) et atténuant leur intensité.

Flacon de CBD

Flacon de CBD – source : spm

Le CBD pour atténuer les addictions

Le cannabidiol possède des vertus apaisantes qui peuvent aider à réduire les niveaux d’anxiété. Pour les personnes souffrant de phobie sociale, prendre la parole en public est un véritable cauchemar ; des chercheurs brésiliens ont montré que la prise de 600 mg de CBD atténue fortement l’anxiété générée par ce type d’exercices. Cette capacité du CBD se révèle particulièrement utile pour les personnes souffrant de trouble panique, une forme sévère de trouble anxieux caractérisée par la survenue de crises imprévisibles et répétitives. D’autre part, des chercheurs ont montré chez l’animal que l’exposition à un stress chronique réduit la production d’endocannabinoïdes au niveau du cerveau, avec une conséquence directe : la dépression. Ainsi, en restaurant des niveaux satisfaisants de cannabinoïdes, un traitement par CBD pourrait avoir des vertus antidépressives. Ce cannabinoïde a ainsi un fort potentiel dans le traitement des affections psychiatriques. À la différence des médicaments classiques, il n’entraîne pas de dépendance, de tolérance ou de symptômes de manque et n’altère pas la qualité du sommeil. Ces vertus du CBD en font également un bon candidat pour lutter contre les dépendances. Une étude menée chez l’animal a montré que l’application d’un gel contenant ce cannabinoïde réduit les niveaux d’anxiété et d’impulsivité des rats dépendants à l’alcool ou à la cocaïne, et ainsi le risques de rechute après sevrage lors de situations stressantes. Il peut aussi aider les fumeurs à se passer de nicotine : inhaler une bouffée de CBD permet de réduire l’envie de fumer, avec au final, un diminution de 40 % de la quantité de cigarettes consommées.

Lire aussi Comment sont produites les tisanes à base de CBD ?

Contenus sponsorisés