CBD, chanvre à part

Tisane, fleurs séchés, huiles… Les produits à base de CBD connaissent un succès grandissant. À juste titre ?

L’experience du CBD

Magali, 45 ans, était très anxieuse durant le premier confinement : « Le fait de travailler à la maison avec les enfants a augmenté mes angoisses. Une amie m’a parlé d’un site qui vendait des huiles à base de CBD (cannabidiol).

J’ai tenté et cela m’a réussi. » Comme Magali, bon nombre d’entre nous se sont adonnés aux huiles, tisanes, et fleurs de thé au CBD. « Lors des confinements, beaucoup de gens étaient stressés, insomniaques ou déprimés, confie Patrick Bédué, créateur de CBD Expo France, le premier salon français dédié aux professionnels du secteur, qui s’est tenu à Paris en octobre dernier. Comme toutes les boutiques étaient fermées, ils ont commandé des produits sur Internet ». Si les sites ont essaimé, les magasins leur ont vite emboîté le pas.

Des effets bénéfiques

On prête au CBD, issu des fleurs de chanvre, de nombreux effets bénéfiques : il permet de combattre le stress et l’insomnie, il soulage les douleurs, apaise les nausées… D’où proviennent ces vertus ? Les connaissances sur le cannabidiol sont assez récentes. Si on a isolé la molécule dans les années 1940, la découverte du système endo-cannabinoïde date, quant à elle, des années 1990.

Or, quand nous consommons du CBD, celui-ci interagit avec ces récepteurs. D’où la survenue d’effets bénéfiques : il a en effet des actions anti-inflammatoires, anxiolytiques, antalgiques et anticonvulsivantes. Petit bémol : on ne dispose pas pour l’heure d’études scientifiques assez solides pour valider ces différents bénéfices. » Et donc, le CBD, ça marche pour tout le monde ? Pas toujours. Car chaque système endo-cannabinoïde est unique. Jérôme, 52 ans, a souvent des maux de tête. Il a essayé de prendre une huile à base de CBD. « J’ai avalé trois gouttes d’une huile dosée à 10 % pendant une quinzaine de jours. Mais je n’ai vu aucun changement. Alors que ma cousine, qui souffre aussi de maux de tête, en a retiré de vrais bénéfices ». La question de la “bonne dose” est légitime.

Quelle quantité consommer ?

Les huiles affichent un pourcentage de CBD oscillant entre 5 et 25 %. Certaines marques, livrent une grille pour évaluer le nombre de gouttes à consommer selon le type de trouble (stress, douleur…) et le poids. De son côté, le Dr Douek conseille de démarrer par des faibles doses (1 à 2 gouttes d’une huile de 5 à 10 %) et d’observer ce qui se passe. « Si l’on n’a aucun effet, on augmente progressivement les doses. Tous les trois jours, on ajoute une goutte jusqu’à obtention des bénéfices.

Et l’on garde cette posologie. » Y a-t-il une dose de CBD à ne pas dépasser ? « Il n’existe pas de consensus sur ce point, mais on admet que pour une indication bien-être, il faut se limiter à 150 mg de CBD par jour », précise Pascal Douek.

Comme tout principe actif issu d’une plante, il peut induire des interactions médicamenteuses (avec des anticoagulants, antidépresseurs…). Demandez conseil à votre médecin avant de consommer ces produits si vous suivez un traitement au long cours ou si vous souffrez d’une maladie chronique.

Et les applications locales ?

Le CBD ayant des vertus anti-inflammatoires, les crèmes et baumes qui en recèlent peuvent être intéressants pour soulager les muscles des sportifs lors de la récupération. Idem pour les cosmétiques ciblant l’acné.

Lire aussi Comment l’huile de CBD est-elle fabriquée ?

Contenus sponsorisés