x

Une fillette de 13 ans est violée et tuée après que sa mère soit partie faire des courses pendant le confinement

Alors que la pandémie de coronavirus ravage le monde entier et force de nombreuses populations à respecter des règles de confinement afin de limiter sa propagation, les plus vulnérables se retrouvent malheureusement en proie à la violence. Ana Paola, une fillette de 13 ans, a été violée, violentée puis assassinée pendant que sa maman était sortie faire les courses. Cette histoire tragique nous est relayée par le média britannique The Sun.

Lorsque la maman d’Ana Paola a quitté leur domicile au Mexique, en plein confinement, pour s’approvisionner en produits essentiels, elle n’aurait jamais pensé retrouver le corps sans vie de sa petite fille de 13 ans. Une enquête est en cours pour élucider ce crime sans nom et retrouver son auteur.

Des conditions de confinement strictes

Alors que le pays a imposé des conditions de confinement strictes à ses citoyens afin de limiter la propagation du coronavirus, les différents commerces non essentiels ont fermé leurs portes et les habitants ne sont plus autorisés à quitter leur domicile sauf pour s’approvisionner en nourriture, produits essentiels, ou médicaments.
La maman d’Ana Paola, dont l’identité n’a pas été révélée, s’est rendue au supermarché le plus proche afin de faire ses courses, laissant sa fille de 13 ans à la maison.

Un coup de fil suspect

Alors qu’elle était dans le magasin, la maman d’Ana Paola a reçu un appel téléphonique inattendu de la part de son ex-partenaire qui était inquiet car il n’arrivait pas à joindre leur fille.

Alertée par son coup de fil, la maman s’est immédiatement ruée vers son domicile pour vérifier que rien n’était arrivé à leur fille. Seulement, lorsqu’elle est arrivée, la police était déjà sur les lieux et avait sécurisé le périmètre, indiquant que quelque chose de terrible venait de se passer.

Une découverte glaçante

En arrivant chez elle, la maman d’Ana Paola a découvert une scène des plus horrifiantes : le corps sans vie de sa petite fille gisait dans une chambre avec des signes évidents de violence au niveau de son visage.

“La victime a été retrouvée dans l’une des chambres à coucher avec des signes de violence au niveau de son visage, apparemment résultat de coups de poing”, a indiqué un porte-parole de la police municipale.

Il a ensuite été révélé que la pauvre petite avait été violée par son assaillant avant qu’il ne l’assassine sauvagement. Selon les médias locaux, rien n’a été subtilisé de la maison, ce qui exclut le vol des potentielles raisons derrière cette attaque.

Justice pour Ana Paola

En l’absence de tout rapport indiquant une arrestation, l’enquête relative à l’effroyable viol et meurtre de la petite Ana Paola est toujours en cours.

justicepouranapaola

Face à la violence inouïe du crime commis à l’encontre de la fillette de 13 ans, une campagne de solidarité a été lancée sous le nom de Justicia Para Ana Paola (Justice pour Ana Paola).

justicepouranapaola 1

Une affiche qui circule présente un dessin représentant Ana Paola accompagné du texte “Pas une de plus”.

justicepouranapaola 2

La maman de la fille de 13 ans a d’ailleurs exprimé sa peine inconsolable sur les réseaux sociaux : “Il n’y a pas de mots qui puissent expliquer mes sentiments”, a-t-elle écrit. Elle a également rendu hommage à la joie de vivre de sa petite fille sur les réseaux : “Je veux juste être reconnaissante que ma fille ait vécu et brillé sur terre pendant 13 ans et continuera maintenant à briller dans le ciel en dansant pour l’éternité”, a-t-elle poursuivi.
Un membre de la famille d’Ana Paola s’est également exprimé sur la disparition de la petite : “Quelqu’un s’est introduit par effraction dans le domicile de ma cousine à Nogales. Cette personne a violé et tué ma nièce, qui avait 13 ans. Toute pensée, solidarité, citoyenneté ou économie sont inutiles. Aujourd’hui, le Mexique, le gouvernement et le monde ne peuvent plus compter sur moi”.

Le deuil d’un enfant

Être confronté à la perte d’un être cher est une épreuve dévastatrice, et encore plus lorsqu’il s’agit d’un enfant innocent. En effet, le jeune âge des victimes prend de court les parents qui ne sont pas préparés à cette perte, pouvant rendre le processus du deuil encore plus complexe.

Ainsi, face à cette douloureuse expérience, Ambre Pelletier, coach maternelle et thérapeute familial recommande aux parents de profiter de l’aide de leurs amis, de leur famille ou encore de groupes de parole pour des parents ayant traversé des épreuves similaires.

Un soutien thérapeutique pourra également être envisagé mais ce qu’il faut retenir selon la coach, c’est que “la façon de surmonter la mort d’un enfant est personnelle à chacun des membres de la famille. Et ce dont ils ont le plus besoin, ce ne sont pas des conseils, mais d’une écoute attentive et empathique”.

Contenus sponsorisés
Loading...