Paralysie du sommeil : se réveiller la nuit sans être capable de bouger

Le sommeil joue un rôle crucial dans la vie de tout un chacun. Ce phénomène biologique est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de l’ensemble des cellules de l’organisme. De ce fait, on considère que l’être humain passe le tiers de sa vie à dormir. En outre, chacun possède une horloge interne qui détermine ses phases de veille et de sommeil. Mais comment se fait-il que 73% de la population française déclare se réveiller au moins une fois par nuit ? Et surtout, pourquoi certains se lèvent au beau milieu de la nuit avec l’incapacité de bouger leurs membres ? Explications.

Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de bénéficier d’un sommeil réparateur pour faire face au rythme de vie effréné auquel nous sommes confrontés. Cependant, certaines personnes subissent un phénomène très perturbant durant la nuit. En effet, elles se réveillent en pleine nuit dans l’incapacité d’effectuer le moindre mouvement, de parler ou de manifester leur présence à ce moment précis. Ainsi, elles se sentent prisonnières de leur propre corps qui semble ne plus répondre à ses fonctions. Ce phénomène, qui surviendrait le plus souvent au début de l’âge adulte, représente ce que l’on appelle une paralysie du sommeil. 

Qu’est-ce que la paralysie du sommeil ? 

Selon le docteur Bertrand De La Giclais cité par Le Figaro, ce processus peut survenir durant la phase d’endormissement ou lorsque la personne se réveille en plein rêve, pendant la phase du sommeil paradoxal. En réalité, la « paralysie du sommeil » se manifeste lorsque le cerveau est en éveil mais qu’il ne peut pas assurer la coordination motrice du corps. En effet, la communication cerveau-muscles se bloque et empêche la personne de bouger son corps. Généralement, ce phénomène touche les adolescents ou les jeunes adultes. Mais on estime qu’environ 30% de la population connaît au moins une fois dans sa vie un épisode de paralysie du sommeil. Mais comme l’indique la psychiatre et spécialiste du sommeil Dr Sylvie Royant-Parola, ce trouble, qui dure quelques secondes, voire quelques minutes tout au plus, engendre une anxiété chez la personne qui le vit. De plus, elle peut avoir l’impression de s’étouffer ou d’être accompagnée d’une tierce personne.  

Pourquoi ce phénomène survient-t-il ? 

Pendant la phase d’endormissement ou de sommeil paradoxal, le corps se détend naturellement pour favoriser la relaxation. Mais le cerveau, lui, travaille toujours puisque c’est à ce moment que les rêves se manifestent. De ce fait, la personne qui vit l’expérience d’une paralysie du sommeil peut avoir l’impression d’être présente durant son rêve, mais de le subir sans pouvoir bouger le moindre muscle. Néanmoins, sa respiration reste régulière. D’après le docteur Royant-Parola, certains facteurs peuvent engendrer ce phénomène tels que des troubles du rythme circadien, un événement qui survient soudainement ou encore un stress et une anxiété persistante. Aussi, les personnes qui présentent une narcolepsie ont plus de chances de vivre le phénomène de façon chronique. 

La paralysie du sommeil : plus de peur que de mal 

Bien que les personnes qui subissent ce phénomène ressentent une véritable frayeur pendant ce bref instant, il reste souvent sans conséquences. En effet, après ces quelques minutes de peur et de « paralysie », le corps retrouve naturellement toutes ses fonctions. Néanmoins, si ce phénomène se présente de façon chronique il est nécessaire de consulter un professionnel de la santé. En réalité, des réveils nocturnes qui se répètent avec la sensation que le corps est paralysé peuvent signaler un trouble sous-jacent : la narcolepsie. Cette dernière, aussi appelée maladie de Gélineau, entraîne une somnolence pendant la journée avec parfois une perte brusque du tonus musculaire. Elle peut également s’accompagner d’épisodes récurrents de paralysies du sommeil et d’hallucinations nocturnes.  

Lire aussi Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller paralysé et de ne pouvoir ni bouger ni crier ? Voici ce que cela signifie

Contenus sponsorisés