L’Ayurveda, une philosophie de vie

L’Ayurveda, ou médecine ayurvédique, est une science holistique et thérapeutique utilisée depuis plus de 5 000 ans, principalement en Inde. En langue sanskrit, Ayur signifie « vie » et Veda signifie « science ou connaissance ».

Elle est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé comme Médecine Traditionnelle. Depuis plus d’une dizaine d’années, elle est de plus en plus pratiquée seule ou en accompagnement de traitements allopathiques, surtout aux États-Unis, au Canada, en Australie et au Royaume-Uni.

À la fois science, médecine et art de vivre, l’Ayurveda nous enseigne de façon simple et naturelle comment restaurer et maintenir l’équilibre entre le corps, le cœur et l’esprit en observant et en respectant la constitution et la personnalité de chacun.

En effet, la médecine ayurvédique va bien au delà du simple bien-être physique et psychologique : travaillant sur le plan des énergies subtiles et s’appuyant sur des connaissances transmises de génération en génération par de grands maîtres, la médecine ayurvédique propose une conception totalement différente du corps humain :

Selon ses préceptes traditionnels, notre corps est animé par cinq éléments fondamentaux (l’espace, l’air, le feu, l’eau et la terre) qui composent les trois types énergétiques qu’on appelle les doshasLa médecine ayurvédique  traite l’individu en mettant davantage l’accent sur la prévention, la purification et la régénération.

C’est aussi un processus participatif et dynamique au sein duquel le patient est l’acteur principal de son bien-être et équilibre : en Ayurveda, nous ne « traitons » pas la maladie et les symptômes mais plutôt les personnes. Ceci est une différence fondamentale par rapport à la médecine purement allopathique car lorsque nous sommes prudents et attentifs aux changements subtils de la personne, les maladies et déséquilibres s’estompent par eux-mêmes. Par conséquent, les traitements sont adaptés en fonction de chaque individu et non standardisés pour « l’utopique personne normale » (qui n’existe pas car chacun est unique). Ils tiennent compte ainsi de tous les aspects de la vie : nutrition, activités, médecine naturelle, exercice, repos, émotions. Ainsi, cette science holistique travaille sur l’être humain dans sa globalité : le corps physique (matière), les émotions (relations humaines) et l’esprit (intellect), et surtout à travers la conscience de soi, ou le corps spirituel, qui est vecteur principal de transformation pour atteindre et maintenir l’équilibre souhaité.

Les doshas définissent notre constitution et selon la prépondérance de chaque dosha, on peut déterminer les points forts et faibles d’un individu. Ces énergies circulent dans le corps via différents canaux, les shrotas. Le système digestif Agni est un de ces shrotas. Le système circulatoire en est un autre. Comme les empreintes des doigts de la main, la proportion des doshas dans la constitution de chacun et les qualités qui en découlent sont uniques chez chaque individu, et sont déterminées au moment de la conception.

Le principe des doshas

Le Dosha Vata, composé des éléments Espace et Air, est le principe actif du mouvement, il régit le système nerveux, la respiration et tous les mouvements biologiques. Lorsque Vata est équilibré, on se sent plein d’énergie, heureux, enthousiaste et créatif ; l’esprit est calme, clair et éveillé.
Le Dosha Pita, composé des éléments Feu et Eau, gouverne tous les processus de transformation. Il régit la digestion, le métabolisme et la température du corps. Dans le domaine de l’esprit, Pita est responsable d’un intellect vif et des émotions. Lorsque Pita est équilibré, on se sent satisfait, plein d´énergie, on a l’élocution facile, on jouit d’une bonne digestion et d’un esprit vif.

Le Dosha Kapha, composé des éléments Eau et Terre, est responsable de la structure. Il donne au corps sa force et sa stabilité et maintient les fluides corporels en équilibre. Un Kapha équilibré donne de la force, de la persévérance, un bon système immunitaire, de la patience et de la stabilité psychique.
Chaque personne fonctionne selon les principes de ces doshas. Toutefois, chacun a 2 doshas qui sont prédominants dans sa constitution ou profil de base. Lorsqu’ils sont déséquilibrés, cela peut engendrer des maladies non seulement physiques mais aussi mentales, psychiques et émotionnelles, d’où l’approche holistique de l’être humain. En Ayurveda, on considère d’ailleurs que chaque maladie a 3 sources communes :

  • Un déséquilibre physique
  • Un mental turbulent
  • Pas de spiritualité
plantes ayurvédiques

Plantes ayurvédiques – Source : spm

L’importance de la nutrition

L’approche ayurvédique de l’alimentation est atypique par rapport à l’approche occidentale. En Occident, nous pensons en termes de nutriments, de vitamines, de calories, d’apports pour le corps, alors que l’Ayurveda a un schéma de pensée très différent. On y développe la science des six goûts (doux, acide, salé, piquant, amer et astringent) dans laquelle chaque aliment détient un type d’énergie (chauffante ou rafraîchissante) et un type de digestion lui correspondant. Dans la cuisine ayurvédique, l’équilibre repose sur ces six saveurs qui ont des vertus aussi bien sur l’organisme que sur la conscience. Ainsi dans chaque menu, ces six saveurs doivent être mêlées équitablement.

Dans l’Ayurveda, la digestion est primordiale. On considère qu’elle peut être à l’origine de 80% des maladies. Chaque saveur a donc une action sur le corps. L’acide stimule l’appétit, le système digestif et protège le cœur. Le doux va réconforter. L’amer permet de nettoyer le système hépatique… Un des adages en Ayurveda est que « je ne suis pas ce que je mange, mais je suis ce que je digère ».

La médecine ayurvédique est aussi préventive et prend en considération tout ce qui constitue la vie quotidienne. L’alimentation est donc un des piliers des principes ayurvédiques. Comme il est question de maintenir un bon équilibre physique, moral et spirituel, la nourriture est un des moyens essentiels de contrôler et maintenir cette harmonie.

L’approche nutritionnelle moderne classe la nourriture par groupes tels que les féculents, les protéines, les minéraux, les vitamines, et se focalise sur l’apport calorique. L’approche ayurvédique donne plus d’importance à la nature, à la qualité et la quantité de la nourriture, ainsi qu’à sa préparation, et aux différents goûts quelle stimulera. Elle prend aussi en considération la constitution de l’individu, sa capacité de digestion et les combinaisons alimentaires.

La philosophie ayurvédique de la nutrition affirme qu’ « une personne qui mange sainement et équilibré n’a pas besoin de médecine, et qu’aucune médecine ne pourra guérir une personne qui ne mange pas de façon saine et équilibrée ».

Ainsi, il y a une simple distinction entre la diététique moderne et l’ayurvédique.

Lire aussi La reine des prés : une plante aux vertus remarquables

Contenus sponsorisés