Inefficacité du Remdesivir, finalement l’OMS « donne raison » au conclusions du professeur Raoult

Le virus est toujours là et continue à se propager. Aussi les Instituts de recherche déploient tous leurs efforts pour trouver un traitement efficace contre la Covid-19. Chloroquine, Remdesivir, Interféron…autant de traitements sont plébiscités et offrent une lueur d’espoir pour venir à bout du virus. Mais coup dur pour le laboratoire pharmaceutique Gilead : le Remdesivir est déconseillé par l’OMS pour traiter la Covid-19. Cette déclaration vient confirmer les conclusions du Professeur Didier Raoult au sujet de cette molécule.

Depuis le début de la pandémie, le fervent défenseur de la chloroquine défraye la chronique. Le professeur Didier Raoult, infectiologue et directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection, a toujours défendu la chloroquine pour traiter la Covid-19, même si sa molécule a fait l’objet de controverses. Il a en revanche toujours déclaré que le Remdesivir ne soignait pas, ce que l’OMS a confirmé, comme relayé par le journal l’Express.

remdesivir

up-magazine

Un avis négatif par l’OMS sur le Remdesivir

Le résultat est sans appel, l’OMS confirme l’inefficacité du Remdesivir, l’antiviral plébiscité par le laboratoire américain Gilead pour traiter la Covid-19. Une étude de l’OMS, appelée Solidarity a tenté depuis le début de l’épidémie, d’évaluer l’efficacité de quatre médicaments antiviraux sur la mortalité des patients atteints de la Covid-19. Le Remdesivir, l’Hydroxychloroquine, le Lopinavir ou encore l’Interféron, ont fait l’objet d’une étude randomisée. Conclusion de l’étude : ces traitements n’ont aucun effet probant sur les patients et aucun des antiviraux n’a réduit la mortalité des patients de manière significative.

Selon Le Figaro, une déclaration de l’OMS, a été publiée le 20 novembre : «  Le médicament antiviral Remdesivir, n’est pas conseillé pour les patients admis à l’hôpital pour le Covid-19, quel que soit le degré de gravité de leur maladie, car il n’y a actuellement pas de preuve qu’il améliore la survie ni qu’il permette d’éviter d’être placé sous ventilation artificielle ». Les experts recommandent toutefois la poursuite des essais cliniques afin de vérifier si ce traitement peut convenir à des patients spécifiques. « Il y a peut-être certains signaux selon lesquels les gens qui sont moins malades ou en sont à un stade plus précoce de la maladie pourraient être une zone à explorer », déclare Bram Rochwerg, l’un des experts.

L’OMS s’est prononcée au sujet de l’antiviral après les conclusions de ses experts qui ont d’ailleurs été publiées dans la revue médicale BMJ ». Ces derniers ont rapporté d’importants effets secondaires de l’antiviral ainsi que son coût élevé, sans oublier qu’il doit être administré par intraveineuse.

En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) a jugé que l’effet du médicament est faible. L’Agence européenne du Médicament (EMA) quant à elle, a déclaré qu’elle allait étudier l’avertissement selon lequel le traitement pourrait causer des « problèmes rénaux aigus ».

remdesivir1

Financial Times

Didier Raoult avait déjà émis un avis défavorable au sujet du Remdesivir

« Le Remdesivir ne soigne pas, affirme l’infectiologue. Pire, il cause des insuffisances rénales ». Le controversé défenseur de l’hydroxychloroquine, avait déjà critiqué la molécule du laboratoire Gilead, autorisée à être mise sur le marché par les autorités américaines et européennes.

Le professeur ne manque pas d’ajouter à ce propos : « Sur les cinq premiers patients traités par ce médicament à l’hôpital Bichat, deux ont été mis sous dialyse », comme rapporté par franceinfo. Ses affirmations ont toutefois été critiquées par Jade Ghosn, un des auteurs de l’étude, qui a déclaré : « Il est impossible de dire si l’insuffisance rénale a été causée par le Remdesivir ou par la maladie elle-même ».

Selon le professeur marseillais, « L’Europe a acheté pour un milliard de ce médicament ». Et le laboratoire Gilead avait annoncé que le Remdesivir lui avait permis de tirer un bénéfice de près de 900 millions de dollars. Le laboratoire manifeste toutefois son regret quant à la conclusion des experts de l’OMS. Notons que le Remdesivir a fait partie du traitement administré à l’ex-président américain, Donald Trump, lorsqu’il a été infecté par le virus.

Le vaccin anti-Covid-19, serait-il la fin du calvaire coronavirus ?

Au vu des conclusions de ces études,  la vaccination demeure le moyen le plus sûr pour se prémunir du Covid-19. Selon Le Figaro, la Haute Autorité de Santé a entamé l’élaboration d’une future campagne de vaccination. A cet effet, deux vaccins seront prêts à compter des premières semaines de 2021. Le duo américano-allemand, Pfizer-BioNTech, a annoncé les résultats de leur vaccin qui a affiché un taux d’efficacité de 95% et délivré en deux doses à 21 jours d’intervalle.

Lire aussi Avoir des cheveux blancs n’est pas irréversible !

Contenus sponsorisés