En première ligne contre le Covid-19, une infirmière qui a ignoré la douleur s’est faite amputer la jambe

Depuis son apparition en décembre dernier, le coronavirus s’est répandu à une vitesse fulgurante dans la planète toute entière. Lors de ce combat sans précédent, médecins, infirmiers les aides-soignants sont au front. Pour épauler les patients et leur apporter les soins appropriés, ils ont risqué leur propre vie. Malheureusement, certains n’en sont pas sortis indemnes. Selon le tabloïd Metro, Sette Buenaventura, une infirmière britannique de 26 ans, a perdu une jambe après avoir ignoré sa douleur en consacrant la majorité de son temps à la lutte contre la Covid-19. 

Durant cette pandémie qui a ravagé le monde, le personnel soignant n’a jamais cessé de se battre. Malgré la peur et le stress que les médecins et les infirmiers ressentaient, ils continuaient à lutter à bras le corps pour sauver des vies.

Parfois, ils devaient se résigner à abandonner leurs familles pour les protéger des risques qui pesaient sur euxIls savaient qu’ils n’étaient pas à l’abri de la maladie, malgré les précautions qu’ils prenaient au quotidien. Selon un témoignage déchirant publié par Metro, une infirmière en plein combat contre la Covid-19 a ignoré sa propre douleur, ce qui lui a valu une amputation de la jambe.

L’infirmière a souffert d’une douleur persistante plusieurs semaines

Pendant la pandémie, Sette Buenaventura travaillait par quart de 12 heures à l’hôpital. Elle aidait les patients atteints de Covid-19 à recouvrer la santé, pendant que la sienne s’en voyait menacée. En effet, elle a ressenti des crampes sévères pendant huit semaines, mais pensait que ses symptômes étaient liés au fait qu’elle restait souvent debout.

sette

metro

En raison de la gravité de la situation épidémique, la femme “n’avait pas le temps de s’inquiéter pour ses courbatures”. Après avoir eu des difficultés à se déplacer, l’infirmière a commencé à s’inquiéter. Elle a alors fait une IRM avant de découvrir qu’elle souffrait d’un sarcome au niveau de la jambe droite.

sette1

metro

Quelques semaines plus tard, la tumeur a pris plus de volume, laissant apparaître un gonflement important au niveau de son mollet. Les médecins ont alors suggéré une opération chirurgicale pour retirer ce sarcome.

Sette Buenaventura s’est fait amputée la jambe

La femme a alors réalisé qu’elle devait subir une amputation de la jambe pour continuer à vivre. “Quand ils m’ont dit que je devais me faire amputer une jambe, j’ai été si bouleversée, mais parce que je n’avais pas le temps d’y penser, je me suis juste exécutée en sachant que je n’avais pas le choix”, a confié l’infirmière.

sette2

metro

Elle qui avait l’habitude de prendre soin des autres et de faire de son mieux pour être en bonne santé, a finalement été victime d’une tumeur maligne inattendue. “Je ne peux pas me regarder dans le miroir maintenant et je ne veux pas le faire parce que c’est difficile d’admettre que ce que je vois dans le miroir c’est la nouvelle moi”, a-t-elle déploré. Pour cause, perdre ses membres est une expérience terrible comme en témoigne cette femme qui a perdu ses bras et ses jambes à cause de son chien.

sette3

metro

“Nous n’avions pas eu le temps de nous inquiéter des courbatures, nous étions là toutes les heures pour aider tous ceux qui avaient besoin de nous”, a-t-elle expliqué. Par ailleurs, l’infirmière a déclaré qu’elle avait l’habitude d’avoir des crampes, puisqu’elle restait souvent debout. Si dans le cas de Sette ces crampes étaient dues à une tumeur, il est possible, lorsque ces dernières sont bénignes, de prévenir les douleurs musculaires avec ces astuces.

Aujourd’hui, Sette doit accepter sa nouvelle vie, aussi complexe soit-elle. En effet, elle a encore du mal à faire fi du regard des gens, et de la vulnérabilité qu’elle dégage malgré elle. Néanmoins, la femme compte bien se servir de cette expérience pour tirer un enseignement et le partager : si une personne souffre d’une douleur persistante, elle se doit d’en parler à son médecin traitant.

Écouter son corps pour mieux appréhender son état de santé

Nombreux sont ceux qui sous-estiment les douleurs qu’ils ressentent au quotidien. Fatigue, troubles digestifs, maux de tête, douleurs articulaires, sont autant de symptômes courants qui doivent alerter les personnes qui les subissent. Comme l’explique le Dr Henry Rubinstein, spécialiste de l’exploration du système nerveux, les douleurs, qu’elles soient physiques ou psychologiques, constituent des signaux d’alarme à ne pas négliger.

Seulement, “dans les civilisations occidentales, s’écouter est mal vu”, se désole l’expert. Les gens ont tendance à penser que des troubles sévères n’arrivent qu’aux autres, que les douleurs sont passagères et qu’ils doivent tout simplement patienter. Malheureusement, ces fausses croyances sont souvent celles qui entrainent des diagnostics tardifs qui peuvent compliquer la prise en charge.

De ce fait, le Dr Henry Rubinstein conseille de s’écouter et de prêter attention aux messages que nous envoient le corps au quotidien. Ce n’est que de cette manière qu’une personne peut se montrer bienveillante envers elle-même et adopter un comportement préventif contre divers maux.

Lire aussi Covid-19 : 3 frères d’une même famille meurent du coronavirus après une fête d’anniversaire

Contenus sponsorisés