Ce bébé «heureux» ne pouvait pas arrêter de rire en raison d'une tumeur au cerveau

Ce bébé «heureux» ne pouvait pas arrêter de rire en raison d’une tumeur au cerveau


Voir bébé heureux est le souhait de tous les parents, et une source de bonheur pour eux. Cependant, que votre enfant rit de façon continue, cela peut être étrange. C’est le cas de cet enfant qui riait 17 heures par jour et dont les parents pensaient qu'il était simplement heureux, avant de découvrir qu'il avait une tumeur au cerveau rare qui avait provoqué ses crises de rire, rapporte nos confrères du The Mirror.

L’origine des crises de rire

Les crises de rire, appelées également crises gélastiques sont fréquemment causées par des hamartomes hypothalamiques, qui sont des tumeurs bénignes au cerveau. Sur une série de neuf patients atteints de crises gélastiques, quatre ont un hamartome hypothalamique.
Les hamartomes hypothalamiques sont de rares malformations congénitales et se présentent généralement sous la forme d’un syndrome clinique caractérisé par une puberté précoce, un retard mental ou des crises gélastiques.
Les hamartomes hypothalamiques présentent plusieurs caractéristiques :

  • Un hamartome hypothalamique doit être envisagé chez tout patient présentant des crises gélastiques et chez tout enfant présentant une puberté précoce.
  • Les crises associées à un hamartome hypothalamique sont rarement contrôlées par des médicaments antiépileptiques.
  • Une déficience cognitive et des symptômes psychiatriques sont des caractéristiques comorbides communes avec un hamartome et une épilepsie hypothalamiques.
  • Le traitement chirurgical de l’hamartome hypothalamique peut contrôler les crises et stabiliser, voire améliorer, les symptômes cognitifs et psychiatriques.
  • La meilleure approche chirurgicale est choisie après avoir examiné l’évolution clinique et l’anatomie chirurgicale du patient.

Le cas suivant de ce bébé est une illustration typique d’une personne souffrant de crises gélastiques dues à un hamartome hypothalamique.

Un bébé qui riait sans arrêt

Gemma et Ed Young, de Winscombe dans le Somerset en Angleterre, pensaient que leur fils, Jack, était heureux quand il a commencé à rire deux semaines après sa naissance.
Sa mère, 32 ans, contrôleur de crédit chez Thatchers Cider, et son père Ed, 42 ans, chef de projet dans la même entreprise, ont remarqué que leur garçon riait souvent, mais ils supposaient qu’il était juste un bébé heureux.

Gemma a déclaré que Jack rigolait dans son sommeil et lorsqu’il était réveillé. Son rire, qui s’arrêtait parfois pendant 30 minutes pouvait durer pendant 17 heures, et sans qu’il se réveille pendant le sommeil. C’était un petit rire, mais cela durait longtemps, comme un disque en répétition.
Elle a ajouté que ses crises de rire ne l’ont pas empêché de marcher à l’âge d’un an. En fait, étrangement, il pouvait marcher et rire en même temps.

Puis, lors de la visite de contrôle de six semaines de Jack, l’infirmière a déclaré à Gemma qu’elle n’avait jamais entendu des rires pareils à ceux de Jack et qu’elle était inquiète.
À ce moment-là, Gemma s’est sentie coupable car c’est une autre femme qui l’a remarqué chez son bébé, et en tant que mère, c’était à elle de le remarquer.
Elle a immédiatement emmené Jack voir le généraliste, qui était déconcerté et a envoyé le bébé chez un ORL, un spécialiste des oreilles, du nez et de la gorge, qui a recommandé à la famille de consulter un neurologue à l’Hôpital Royal pour enfants de Bristol.
Finalement, après que Jack eut passé une IRM, sa famille a reçu un diagnostic. Les médecins ont déclaré que Jack souffrait d’un hamartome hypothalamique, ce qui signifie qu’il avait une tumeur cérébrale bénigne de la taille d’un raisin à la base de son cerveau, ce qui provoquait ses crises épileptiques gélastiques.

La lumière au bout du tunnel

Deux ans après les crises de rires répétitives, qui pouvaient durer de la première heure du matin à la dernière heure de la nuit, Jack a subi une opération de 10 heures pour stopper la croissance de la tumeur et les crises de rires ont cessé.

Les médecins ont expliqué que les crises gélastiques sont rares et se produisent normalement chez seulement un enfant sur 1 000 souffrant d’épilepsie cérébrale et impliquent des bouffées d’énergie soudaines, généralement sous forme de rire ou de larmes.

Gemma, soulagée, a déclaré que cela les a épuisés elle et son mari et ils sont très heureux qu’après deux longues années, les médecins ont finalement pu opérer Jack et mettre fin à ses crises de rire.
Depuis l’opération, Jack, maintenant âgé de quatre ans, n’a pas eu une seule crise de rire. Bien que ses parents admettent qu’ils peuvent toujours être nerveux quand il rigole naturellement, ils sont très reconnaissants qu’il puisse mener une vie normale.

Maintenant, Jack est un garçon heureux et en bonne santé, et ses crises de rire font partie du passé. N’hésitez pas à partager cet article pour informer les gens sur ce cas de tumeur chez les enfants.


Loading...