x

Apprenez à éliminer les infections vaginales et les mauvaises odeurs avec des remèdes naturels

Certaines femmes peuvent souffrir d’infections vaginales récidivantes. S’il est indispensable de consulter un médecin, certains remèdes naturels peuvent être utiles en combinaison à un traitement. Découvrez les préparations efficaces pour lutter contre ce déséquilibre de la flore vaginale qui peut se manifester par des irritations.

Revues par le Dr Debra Sullivan, spécialisée en dermatologie, les explications qui éclairent sur la présence de ces mauvaises bactéries dans le vagin démontrent les mécanismes qui opèrent dans le corps. Candida albicans, lactobacilles, champignons, trichomonas sont autant d’organismes qui peuvent proliférer et changer l’aspect des pertes vaginales.

Qu’est-ce qu’une infection à levures ?

Également appelées candidose, les infections à levures sont plus faciles à traiter qu’une mycose vaginale. Elles sont aussi plus courantes mais se manifestent chez les patientes par des écoulements causant des pertes malodorantes. Ces dernières peuvent avoir un aspect de lait caillé. Selon le Dr Catherine Solano, sexologue, les symptômes de ces maux sont caractérisés par des douleurs et des démangeaisons à l’entrée du vagin et souvent à la vulve. Les infections de type candida albicans diffèrent d’une infection bactérienne qui se traduit par des pertes grisâtres, jaunâtres et malodorantes. Une sensation de brûlure ou d’irritation durant la miction, une rougeur de la vulve et plus rarement des saignements vaginaux peuvent accompagner ces signes. Une infection à Trichomonas peut être quant à elle asymptomatique. 

Les infections à levures sont courantes mais se manifestent par des pertes malodorantes – Source : Cottonbro/Pexels

Quelles sont les causes de la mycose vaginale ?

Si les mycoses vaginales sont souvent bénignes, les infections vaginales concernent la majorité des femmes. Les causes d’une infection à levures sont un déséquilibre de la flore bactérienne du vagin. Résultat : l’acidité est plus haute car le pH de cet organe se modifie. Des bonnes bactéries indispensables au bon fonctionnement vaginal permettent de réguler sa composition. Des fluctuations qui peuvent causer la mycose vaginale peuvent être dues à plusieurs facteurs comme la prise d’une contraception telle que la pilule, une grossesse ou un affaiblissement du système immunitaire. Prendre un traitement antibiotique peut également provoquer cette affection gynécologique. Des spécialistes donnent 7 conseils pour protéger le vagin des maladies.

Qu’est-ce que le trichomonas ?

Contrairement aux infections à levures et aux mycoses vaginales, le trichomonas est une infection sexuellement transmissible – à l’instar du Vih. Cette maladie qui peut survenir après un rapport sexuel non protégé est souvent asymptomatique est peut être soignée avec un traitement antibiotique. Lorsque le trichomonas se manifeste par des symptômes, nous pouvons remarquer un écoulement vaginal mousseux, blanc, gris, jaune ou vert qui à l’instar des mycoses vaginales est marquée par sa mauvaise odeur. On notera également une douleur pendant les relations sexuelles, lors de la miction, une brûlure, des démangeaisons ou un gonflement des parties génitales comme la vulve.

La transpiration peut aussi causer une odeur inhabituelle

Si les infections à levures, le trichomonas ou la mycose vaginale peuvent être responsables de la présence d’une odeur anormale, la transpiration provoque également cette dernière. Et pour cause, le pubis et les lèvres sont composées de glandes sudoripares et de follicules pileux. Une mauvaise hygiène peut aussi être à l’origine de ce désagrément d’autant plus lorsqu’il est couplé à cette affection gynécologique. En présence de cette dernière, il est déconseillé de porter des sous-vêtements synthétiques et de pratiquer une toilette féminine agressive avec un produit hygiénique inadapté aux micro-organismes. Changer ses sous-vêtements tous les jours est aussi une habitude à respecter pour prévenir ces maladies qui provoquent des douleurs vulvaires. 

Une hygiène scrupuleuse est importante pour prévenir les infections vaginales – Source : Cliff Booth

Un tampon oublié peut être très dangereux

Cette omission peut non seulement créer une infection vaginale en raison des bactéries présentes dans le sang qui prolifèrent mais aussi provoquer une odeur de poisson ou de viande pourrie. Oublier son tampon peut être très dangereux car cela peut provoquer le syndrome du choc toxique. Ce dernier peut engager le pronostic vital, comme pour cette adolescente qui a oublié de retirer son tampon. Si vous avez des symptômes tels qu’une fièvre, une confusion, un mal de crâne, la diarrhée, des nausées, une pression artérielle faible, consultez immédiatement un médecin. 

Un tampon oublié peut être très dangereux – Source : Sora Shimazaki

Comment traite-t-on des infections à levures ?

Si de nombreuses femmes achètent des médicaments pour ce qu’elles croient être une infection à levures, il s’avère que leurs symptômes ne caractérisent pas cette maladie, comme l’explique une publication du Office on Women’s Health, une section du département de santé gouvernemental américain. Lorsque vous soupçonnez que vous en êtes atteint, il est impératif de se rendre chez le gynécologue. Ce médecin pourra vous prescrire, une crème antifongique, un comprimé ou un ovule vaginal. Ce traitement est généralement observé par les patientes de trois jours à quelques semaines. Le médecin pourra vous en prescrire un plus adapté lorsqu’il s’agit d’un cas d’infection grave, lors d’une grossesse, lorsque ces affections sont récidivantes ou que l’on a une maladie auto-immune. Souvent, le spécialiste prescrit une crème, des ovules, ou un autre médicament oral à prendre à long terme et une crème topique antifongique. Cette prescription prendra en considération des facteurs tels que l’âge, la condition de santé ou le bilan hormonal.

Comment prévenir les mauvaises odeurs ?

Une hygiène scrupuleuse est importante pour éviter la présence d’une odeur inhabituelle mais aussi prévenir l’apparition d’une infection vaginale. Parmi les gestes à adopter au quotidien, la toilette intime avec un gel doux, changer de culotte lorsque l’on a transpiré, le port de sous-vêtements en coton et éviter de porter des matières synthétiques. Ces habitudes sont idéales pour celles qui sont sujettes à ce type de symptômes douloureux et qui provoquent une odeur désagréable. Et pour cause, la zone vaginale et vulvaire est particulièrement sensible aux bactéries.

Quand se rendre chez un médecin ?

S’il est déconseillé d’avoir recours à l’automédication en se rendant directement à la pharmacie, c’est parce qu’il est important dans certains cas de se rendre chez un professionnel de santé pour une consultation. L’intérêt de cette visite est d’obtenir le diagnostic précoce d’un spécialiste pour aider à éliminer les facteurs responsables de votre infection à levures et vous débarrasser des symptômes. Pour ce faire, le gynécologue pourra procéder à un prélèvement vaginal à analyser en laboratoire pour identifier le problème. Si vos médicaments en vente libre n’empêchent pas les récidives, une visite chez le médecin sera forcément plus efficace contre une infection ou une mycose vaginale. 

Quels sont les remèdes naturels pour soulager les symptômes des infections vaginales ?

Pour rappel, les remèdes naturels ne doivent être adoptés qu’en combinaison à votre traitement et avec l’accord de votre médecin. Des ingrédients peuvent être efficaces pour lutter contre ces maladies gynécologiques bactériennes. Passons-les en revue :

1. Le yaourt grec

La consommation de yaourt grec est particulièrement indiquée pour soulager les symptômes du candida albicans, selon le Dr Wilson. La raison de son efficacité ? Il contient des bactéries vivantes telles que les lactobacilles qui peuvent réguler la flore vaginale. Cette étude prouve que le yaourt peut aider à réduire la levure dans le corps. Le yaourt grec est préférable car il ne contient pas de sucre, un élément qui augmente la quantité de bactéries tels que le candida albicans. 

2. L’ail

Un autre remède naturel au potentiel intéressant pour lutter contre les infections est l’ail dont la consommation peut être opportune pour combattre les symptômes d’une infection à levures ou d’une mycose vaginale. Et pour cause, c’est un ingrédient antifongique et antiseptique. Cette étude suggère que cette gousse pourrait contribuer à neutraliser la candidose. Pour autant, l’application cutanée est à bannir car elle est dangereuse.  

3. L’huile de coco

Enfin, l’huile de coco, un ingrédient riche en bienfaits, appliquée sur la vulve peut aussi être une alternative efficace pour soigner cette infection d’après le Dr Brigitte Blond, médecin généraliste et journaliste santé.  Son conseil : Une toilette de la vulve à raison de deux fois par jour avec une compresse imbibée d’huile de coco. 

Contenus sponsorisés
Loading...