10 symptômes du cancer à identifier

En 2018, 382 000 nouveaux cas de cancers ont été déclarés en France, tous types confondus. Ces estimations recensées par Santé Publique France et l’Institut national du cancer révèlent une hausse de 6% chez les hommes et de 45% chez les femmes en l’espace de 18 ans, entre 1990 et 2018. Le cancer de la prostate étant le plus fréquent chez les hommes et le cancer du sein arrivant en tête de liste pour le sexe féminin. Au vu de ces chiffres et de l’incidence de ce mal susceptible de toucher 1 femme sur 6 et 1 homme sur 5 dans le monde, la sensibilisation est donc cruciale, à commencer par les symptômes que l’on a tendance à négliger. Pour faire le point, le Figaro passe en revue 10 signes dont on ne parle pas assez.

Reconnu comme le “mal du siècle”, le cancer est en réalité un terme générique qui désigne une pléthore de maladies hétérogènes. Différentes de par leur nature, leurs facteurs de risques, leur diagnostic ou encore leur traitement, celles-ci ont tout de même un point en commun qui est à l’origine de leur apparition : une multiplication anarchique de cellules anormales dans le corps. Celles-ci pouvant s’étendre à d’autres tissus de l’organisme à travers les vaisseaux sanguins ou lymphatiques et envahir des organes adjacents à ceux initialement touchés. On parle alors de métastases, principales causes de décès en cas de cancer.

30 à 50% de cancers peuvent être prévenus

Selon l’OMS, un grand nombre de cancers pourraient être prévenus, près de la moitié d’entre eux étant associés à des facteurs de risque modifiables dont le tabagisme, l’obésité, la consommation insuffisante de fruits et légumes, la sédentarité ou encore l’alcool. En effet, l’hygiène de vie joue un rôle clé dans le développement de la maladie. D’après une étude américaine menée par des chercheurs de l’université d’Harvard, un décès sur deux pourrait être évité si ces facteurs de risque quotidiens étaient pris en charge, à l’exception de certains cancers fortement liés à d’autres facteurs environnementaux.

Les résultats de leur étude n’ont pas manqué de susciter l’approbation d’autres scientifiques, notamment le Pr Catherine Hill, épidémiologiste à l’Institut Gustave-Roussy qui identifie ces mêmes facteurs de risque pour la population française.

Le dépistage en France: quelles initiatives?

Jusqu’à présent, l’initiative la plus commune demeure “Octobre Rose”, un mois de sensibilisation destiné à augmenter les dépistages du cancer du sein pour les femmes. Lancée en 2004, cette campagne de communication se veut informative mais surtout salutaire pour les milliers de victimes qui en souffrent chaque année dans l’Hexagone. Des programmes nationaux de dépistage ont également été mis en place pour le cancer colorectal et le cancer du col de l’utérus, visant d’une part à prévenir les facteurs de risque évitables liés à ces maladies, et d’autre part de permettre une détection précoce qui augmenterait les chances de guérison des personnes atteintes.

En effet, la phase de développement de la maladie joue un rôle capital. Comme l’explique l’Institut national du cancer, ce ne sont pas seulement les chances d’en guérir qui s’accroissent, les traitements sont également moins lourds pour les patients lorsque le diagnostic est établi à temps. Toutefois, Frédéric de Bels, responsable du département dépistage à l’Institut national du cancer tient à faire le point, “ce n’est pas parce que l’on participe aux dépistages organisés que l’on est protégé”, l’apparition de symptômes pouvant dans de rares cas se manifester chez des personnes non ciblées par les dépistages ou dans l’intervalle entre deux examens.

10 symptômes à connaître

De ce fait, la sensibilisation, la prévention et le dépistage sont des éléments à toujours prendre en considération pour évaluer sa santé, tout en prêtant attention à certains symptômes qui s’avèrent communs mais généralement méconnus. Identifiés par le Pr Katriina Whitaker et ses confrères du département d’épidémiologie et de santé publique du King’s College et de l’University College de Londres, ils ont été relayés par le Figaro Santé :

  • Changement au niveau du transit
  • Toux ou enrouement persistants
  • Douleurs inexpliquées
  • Changement des habitudes urinaires
  • Cicatrisation difficile
  • Perte de poids inexpliquée
  • Changement au niveau des grains de beauté
  • Difficulté à avaler
  • Grosseurs inhabituelles
  • Saignements inexpliqués

L’étude portant sur 4 858 personnes de plus de 50 ans a permis aux scientifiques de récolter les données de 1724 questionnaires, menant les chercheurs vers un constat jugé alarmant : même en présence de symptômes associés à un cancer, seule une faible proportion envisageait ce diagnostic comme explication plausible de ces signaux d’alarme. Le symptôme le plus souvent négligé étant la modification des grains de beauté. Pour une prévention optimale, De Bels recommande une consultation obligatoire chez le médecin dès “l’apparition soudaine d’un symptôme, son caractère inhabituel, persistant ou tout simplement inexpliqué”.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close