Un pédophile assassiné par des tueurs à gages embauchés par le père d’une de ses victimes

Un père se serait rendu justice lui-même en embauchant des tueurs à gages pour venger sa fille agressée sexuellement par un pédophile. Découvrez l’histoire de ce criminel assassiné un mois après avoir purgé sa peine d’emprisonnement.

Relayée par nos confrères du site britannique The Sun, la réaction de ce père aurait été d’abattre le pédophile qui a violé sa fille en recourant aux services de tueurs à gages.

Le pédophile était pasteur

Giuseppe Matarazzo. C’est le nom du criminel qui a agressé sexuellement deux sœurs dont l’une s’est ôté la vie. Il officiait comme pasteur à Bénévent, une ville du nord de Naples. Après avoir purgé une peine de 11 ans de prison, il a été tué un mois après sa libération. L’une de ses victimes s’est suicidée un an après l’emprisonnement du criminel, en 2008.

Le père présumé coupable d’avoir tué le pédophile au lendemain de sa libération

Si le commanditaire du crime n’a pas été confirmé par les enquêteurs, ces derniers soupçonnent le père de la victime d’avoir commandité l’homicide de Giuseppe Matarazzo. Son corps a été retrouvé avec 5 traces de balles. Genero Nastam et Giuseppe Massaro sont suspectés d’être des tueurs à gages qui auraient exécuté l’ordre du parent de la jeune fille. 

eglise
L’église où officiait Giuseppe Matarazzo. Source :  Google Maps

« Des preuves irréfutables de la culpabilité de Matarazzo »

Relayés par nos confrères de France Soir, les faits concernant la victime constituent un mobile pour le père de famille. Sa fille s’est pendue à un arbre après avoir dit à ses parents qu’elle allait nourrir les moutons. Les gendarmes qui ont enquêté sur cette affaire ont déclaré qu’il y avait « des preuves irréfutables de la culpabilité de Giuseppe Matarazzo ». Après avoir été libéré, ce dernier est revenu à son village mais souhaitait le quitter pour habiter à l’étranger. Le criminel a été abattu et le père de la victime est soupçonné d’être le commanditaire de son assassinat.

La famille de Giuseppe Matarazzo clame son innocence

Alors que Giuseppe Matarazzo est reconnu coupable et a purgé 11 ans de prison, sa famille, quant à elle, clame son innocence. A travers un communiqué, ses proches ont affirmé qu’il n’y avait pas de preuve d’ADN. « Il est décédé atrocement sans aucune culpabilité. Son nom et sa mémoire ont été traînés dans la boue par ceux qui voulaient laver leurs propres péchés. Il a été tué sans avoir droit à la justice » peut-on lire sur le document.

Une histoire similaire

Comme le père de la victime, cette mère a incendié son mari qu’elle accuse d’agression sexuelle sur sa fille. Ce fait divers relayé par nos confrères d’ABC7 relate que Tatanysha Hedman, une femme de 39 ans a versé de l’essence sur son mari avant d’y mettre le feu. « Lui tirer dessus était trop gentil » a affirmé l’épouse de Vincent Phillips qui a été emprisonnée avec une caution de 410 947 euros. Les détectives ont recommandé l’inculpation du père pour pédophilie au premier degré.

Comment protéger ses enfants des prédateurs sexuels ?

Interrogée par Elle, Claude Halmos, psychanalyste, spécialiste de l’enfance et de la maltraitance, adresse aux parents que le meilleur moyen de protéger ses enfants reste l’information. La spécialiste déclare qu’il faut expliquer à l’enfant la raison pour laquelle il ne doit pas suivre un inconnu car s’il ne comprend pas pourquoi, il sera tenté de le faire. Elle ajoute qu’il est important d’énoncer clairement à l’enfant les risques auxquels il s’expose et ce qu’est réellement un pédophile. Pour cela, il faut se montrer pédagogue en parlant de sexualité vers l’âge de 2 ans et demi.

Lire aussi Un homme qui pensait rencontrer une petite fille pour du sexe est pris au piège par des chasseurs de pédophiles

Contenus sponsorisés