L’importance d’enseigner aux enfants à dire « s’il vous plaît », « merci » ou « bonjour »

Tous les parents savent qu’il y a un certain nombre de valeurs qu’il faut tout à fait inculquer aux enfants afin de leur permettre d’évoluer et de développer leur personnalité dans la bonne direction. Mais ce que certains ignorent, c’est qu’il y a des valeurs spécifiques qui passent par l’apprentissage de mots qui au demeurant simples, renferment néanmoins une signification sociale et morale profondes.

Sommaire

Ces valeurs qui se transmettent par de simples mots

La valeur que représente le mot « merci », consiste à traiter l’âme de l’autre avec respect, utiliser « s’il vous plaît » dans nos demandes ou interactions avec ceux qui nous entourent est un acte qui vaut clairement la peine d’être transmis aux plus jeunes.

Il est très possible que vous fassiez vous-même partie de cette fameuse génération, à laquelle on a toujours enseigné fermement que les gens doivent être respectés et qu’il est nécessaire de les traiter avec affection, afin que l’on soit, à son tour traité avec égard et reconnaissance.

Le pouvoir de rendre grâce, un acte à transmettre à nos enfants

Dire merci, bonjour ou demander des choses en employant un « s’il vous plaît » n’est pas seulement un acte de courtoisie. Croyez-le ou non, c’est une façon d’amener nos enfants à penser et à passer de l’égocentrisme habituel de la petite enfance à la reconnaissance des autres et de leurs besoins. Une chose qui devrait survenir au bout 6 ans.

Lorsqu’on parle de développement moral chez les enfants, on ne peut pas ne pas parler de Lawrence Kohlberg, ce psychologue américain qui a été un pionnier en la matière. Dans ses recherches relatives au domaine de l’éducation, du développement et du raisonnement, il a mis en évidence un schéma du développement moral à un âge précoce. Certes, les enfants sont différents les uns des autres, mais un tel développement n’exclut en rien ces divergences, car les valeurs de respect et de reconnaissance sont communes à tous les gens.

  • Pendant la tendre enfance, entre 2 et 5 ans, l’enfant n’est motivé que par des récompenses et des punitions. Il comprend qu’il doit respecter certaines normes pour gagner de l’affection et éviter les punitions.
  • Dans la deuxième phrase, qui est en fait « l’âge d’or ». Entre 6 et 9, cet égocentrisme individualiste est progressivement mis de côté.
  • Entre 8 et 10 ans, l’enfant est déjà capable de comprendre le respect d’offrir aux autres et d’être reconnaissant. Il est d’ailleurs commun pour ces enfants de défendre leurs amis, leurs frères, car ils prennent conscience du sens de la justice au niveau collectif.
  • Dans l’adolescence, ils développent une « justice correcte » et deviennent critiques vis-à-vis de certaines choses qu’ils jugent irrespectueuses ou injustes.

De simples gestes de courtoisie qui leur garantissent une meilleure connexion au monde

Rappelez-vous de cet enfant de 4 ans à qui on offre un cadeau. Du coup, les parents lui disent : « qu’est-ce qu’on dit maintenant ? ». L’enfant y répond, presque à contrecœur et à voix basse : « merci. »

  • Mais en fait, peu importe si nous devons le répéter plusieurs fois, il arrivera un moment où non seulement il l’automatisera, mais réalisera ce qu’il signifie.
  • Lorsqu’un enfant demande poliment quelque chose en classe, il peut alors remarquer que son camarade lui fait un sourire. Il répond par « merci », le camarade dit alors en guise de réponse « avec plaisir ».

Tout ceci conduit à des connexions fortes basées sur des émotions positives. L’enfant intègre ce processus de rendre grâce de façon obligatoire mais finit aussitôt par le faire spontanément et avec plaisir, un procédé qui reviendra encore et encore dans sa vie, parce que les gestes positifs offrent de la convivialité et que le respect des autres rend les choses plus faciles.

Le pouvoir d’une éducation respectueuse

Le concept de « l’éducation respectueuse » a été avant tout introduit par les auteurs William Sears et John Bowlby. Cette dernière met l’accent sur l’importance de promouvoir l’adaptation naturelle de l’enfant à son environnement et de favoriser l’empathie chez lui et le pousser à mieux se comprendre ainsi que ce qui l’entoure. Il s’agit en fait d’un attachement sain entre les parents et les enfants, il inclut la proximité physique, des caresses, des mots positifs et une communication permanente.

Par conséquent, il est très important de prôner une éducation basée sur le renforcement positif, le besoin de rendre grâce, demander en disant « s’il vous plaît », d’être patient et de respecter le rythme et le temps dont un enfant a besoin quand il s’agit d’acquérir des connaissances. L’éducation respectueuse défend l’idée que l’émotion positive a plus de pouvoir que l’émotion négative, parce que notre cerveau recherche toujours ce genre de stimulus pour survivre et mieux s’adapter.

Lire aussi Ces deux sœurs jumelles identiques ont épousés des frères jumeaux, leurs enfants seront-ils frères et sœurs biologiques ?

Contenus sponsorisés