Le cancer du colon est un tueur silencieux : 5 signes à repérer


Le cancer du colon est un tueur silencieux : 5 signe à repérer

Le cancer du côlon se développe dans les cellules du côlon et du rectum. Votre rectum et votre côlon faisant tous deux partie du système digestif, les cancers du rectum et du côlon sont souvent regroupés sous le terme de cancer colorectal ou cancer de l’intestin. Selon l’Institut National du Cancer, le cancer colorectal se situe au troisième rang des cancers les plus fréquents en France. Toutefois, comme pour tous les cancers, un diagnostic précoce est encore le meilleur moyen d’augmenter les chances de survie. Pour vous aider, voici 5 signes du cancer du côlon auxquels la plupart des gens ne font pas attention.

Avec 43 068 cas estimés en 2015, la France fait partie, avec les Etats-Unis, l’Australie et le Japon, des pays pour lesquels le risque decancer colorectal est élevé. Il est donc important de rester vigilent et de consulter votre médecin au moindre doute. Si le diagnostic est avéré, ce dernier cherchera à connaître l’état d’avancement du cancer afin de vous proposer le meilleur plan de traitement et vous proposer une estimation de vos perspectives à long terme.
Selon L’Institut National du Cancer, le cancer colorectal au stade 0 est le plus précoce. Les étapes progressant jusqu’au stade 4, qui est l’étape la plus avancée :

  • Stade 0 : La tumeur est superficielle et n’atteint ni la sous-muqueuse ni les ganglions.
  • Stade 1 : Le cancer a pénétré dans la muqueuse du côlon ou du rectum mais ne s’est pas propagé aux parois des organes.
  • Stade2 : Le cancer s’est propagé aux parois du côlon ou du rectum mais n’a pas encore affecté les ganglions lymphatiques ni les tissus voisins.
  • Stade 3 : Le cancer s’est déplacé vers les ganglions lymphatiques mais pas encore vers d’autres parties du corps. A ce stade, un à trois ganglions lymphatiques sont généralement impliqués.
  • Stade 4 : Le cancer s’est propagé à d’autres organes distants, tels que le foie ou les poumons.

5 symptômes inhabituels et négligés du cancer du côlon

1) Crampes

C’est peut-être l’un des symptômes les plus difficiles à cerner, pourtant, les crampes sont le premier avertissement que quelque chose va mal. Néanmoins, c’est aussi le symptôme de nombreuses autres affections moins graves, telles qu’un excès de gaz ou encore une mauvaise digestion. Toutefois, si les douleurs sont chroniques et persistantes, si elles sont en sus accompagnées des symptômes listés ci-dessous, nous vous conseillons de consulter votre médecin dans les plus brefs délais.

2) Fatigue

Encore une fois, ce symptôme n’est pas simple à diagnostiquer. La fatigue pouvant simplement être causée par une mauvaise alimentation, un manque de sommeil, l’excès ou le manque d’activité physique et la prise de médicaments. Pourtant, cela peut également être le signe d’affections plus graves telles que l’anémie, l’insuffisance hépatique aiguë, le diabète, les maladies cardiaques, l’hypothyroïdie ou encore le cancer colorectal. En effet, les cellules cancéreuses puisent votre énergie n’en laissant que très peu aux cellules saines.

3) Une perte de poids soudaine

Comme d’autres formes de cancers, le cancer du côlon peut entraîner une perte de poids soudaine et inexpliquée. Selon la Mayo Clinic, cette perte de poids devrait être équivalente à 5% de votre poids corporel en six mois. Ainsi, si vous pesez par exemple 68 kilos et que vous perdez 3 kilos en six mois sans changer de régime alimentaire, sans faire d’exercice physique ou sans changer vos habitudes de sommeil, ceci est considéré comme une « perte de poids inexpliquée ».

4) Selles sanglantes

Dans certains cas, le sang dans les selles peut-être trop sombre pour être détecté et examiné de manière approfondie. Pourtant, les selles sanglantes sont un symptôme fréquent du cancer colorectal. Ainsi, chaque fois que vous allez aux toilettes, vous devriez jetez un coup d’œil sur vos selles pour avoir une meilleure idée de votre état de santé général.

5) Selles irrégulières

Etant donné que le cancer affecte votre structure intestinale, il peut également influer sur la régularité, la consistance et l’apparence de vos selles. Ainsi, les polypes du côlon peuvent se transformer en tumeur au fil du temps, ce qui peut provoquer une diarrhée ou au contraire une constipation.

Comment réduire votre risque de cancer du côlon ?

Si vous avez des antécédents familiaux de cancer ou si vous souffrez d’une maladie inflammatoire de l’intestin, voici quelques conseils que vous devriez suivre :

  • Mangez des fruits, des légumes et des céréales
  • Faites de l’exercice physique régulièrement
  • Arrêtez de fumer
  • Faites attention à votre poids
  • Evitez la consommation d’alcool