Diabètes, Cancers…. Les sodas light provoquent de grands problèmes de santé d’après des études

Le soda diète ou light est considéré, selon des études, comme l’une des boissons les plus nocives pour la santé. Pour la plupart, consommer un soda allégé en sucre est meilleur pour la santé. Toutefois, les édulcorants contenus dans ces sodas, sont selon certaines études, plus dangereux et peuvent causer diverses maladies, notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète ainsi que l’accouchement prématuré.

Tout d’abord qu’est-ce qu’un édulcorant ?

Les édulcorants sont des additifs alimentaires utilisés dans de nombreux produits afin de leur procurer une saveur sucrée. Il existe une variété d’édulcorant, notamment, l’aspartame, le sucralose, etc…leur pouvoir sucrant est 200 fois supérieur à celui du sucre. On les trouve généralement dans les sodas light, les chewing-gums, dans certains desserts et peuvent même être utilisés indépendamment sous forme de sucrette. Très peu caloriques, ils sont souvent utilisés dans le cadre d’un régime amaigrissant.

L’aspartame, l’un de ces édulcorants, est composé de :

  • La phénylalanine qui est un acide aminé présent dans les protéines de notre alimentation et peut devenir toxique à une dose élevée de consommation.
  • L’acide aspartique est aussi un acide aminé. Lorsqu’il est consommé à une très forte dose, peut être nocif au système nerveux.
  • Le méthanol, composé chimique faisant partie de la famille des alcools peut également être toxique pour l’organisme à une dose élevée de consommation.

Les sodas light ou allégés sont-ils dangereux pour la santé ?

Selon des études menées par l’Université de l’Iowa, les femmes qui consommaient 2 sodas light ou plus, étaient susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire et avaient plus de risques d’avoir le diabète, d’enregistrer une pression artérielle plus élevée.

Controverses au sujet des édulcorants

Une étude toxicologique italienne menée en 2010, menée sur des rongeurs qui ont été soumis à de très fortes doses d’aspartame alimentaire, a fait un rapport sur le danger de l’édulcorant aspartame et rapporte une élévation du risque de cancer, notamment celui du foie et des poumons.

Toutefois, une étude de  l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, française (ANSES) a émis un doute quant à la méthodologie de ces recherches qui ont été faites uniquement sur des rongeurs mâles et non femelles.

Une autre étude danoise a concerné des femmes enceintes et leur consommation en boissons enrichies d’édulcorant artificiel et a constaté qu’il y avait un risque plus élevé d’accouchement prématuré provoqué par une forte consommation des boissons light. Cependant selon l’ANSES, il n’y avait pas assez de preuves qui associaient l’utilisation de l’édulcorant artificiel et l’accouchement prématuré ; aussi, d’autres travaux complémentaires ont été demandés sur les effets sanitaires des édulcorants. Cependant, selon l’Agence Sanitaire Européenne (EFSA), la phénylalanine, contenue dans l’aspartame peut avoir un effet néfaste sur le développement du fœtus qui peut être toxique pour le cerveau. Aussi, pour éviter ce risque, l’EFSA, recommande de garder le taux de phénylalanine dans le sang de la mère à moins de 6 milligrammes/dl.

Par ailleurs, dans un article paru dans la Bibliothèque nationale de médecine des Etats-Unis National Institutes of Health Pub Med, l’édulcorant artificiel, l’aspartame est l’un des additifs alimentaires les plus discutés et les plus controversés, au sujet de ses effets neurocomportementaux. Ainsi, une consommation à forte dose en aspartame serait à l’origine de l’apparition de symptômes de dépression et d’une humeur irritable, sans influencer la mémoire de travail. De même, dans un article paru dans NCBI,  la théorie selon laquelle une consommation élevée de fructose qui pourrait entrainer un syndrome métabolique et augmenter le risque de la maladie cardiovasculaire est encore discutable, vu que la connaissance relative à son effet sur la maladie cardiaque est encore faible.

Dose journalière admise de l’aspartame

D’après de multiples études toxicologiques, il faut déterminer le niveau de consommation adéquat de l’édulcorant afin de ne pas entrainer un risque pour la santé. Il conviendrait, selon l’ANSES, de ne pas dépasser une dose journalière de 40 milligrammes/kilogrammes de poids corporel par jour et recommande à ce que les boissons sucrées ne se substituent pas à la consommation d’eau.

De même, l’édulcorant Stévia, qui est une plante d’Amérique du Sud, reste jusqu’à l’heure actuelle, le plus sûr, en raison d’une absence de doutes sanitaires à son sujet. Selon Time Magazine, ces édulcorants chimiques peuvent être remplacés par des édulcorants naturels, plus sains que l’aspartame utilisé dans les sodas lights.

Cependant, il serait conseillé de limiter toute consommation de ces produits, qui somme toute, ne présentent aucun intérêt ni bénéfice pour la santé.

Lire aussi Voici pourquoi les sodas lights ont un effet néfaste sur la santé

Contenus sponsorisés