Oui, un mois avant un accident vasculaire cérébrale (AVC), votre corps vous alerte avec 6 signes

Certaines situations médicales sont considérées comme des urgences : C’est à dire qu’elles doivent être traitées au plus vite au risque de répercussions majeures sur la santé d’un patient. L’accident vasculaire cérébral ou AVC est l’une de ces situations. C’est un arrêt brusque du flux sanguin vers le cerveau à cause d’une rupture ou d’un caillot sanguin. Les cellules cérébrales privées d’oxygène dépérissent alors rapidement. Et même si la victime survit, elle peut avoir des lésions graves et irréparables. De ce fait, il est impératif de savoir reconnaître les signes avant-coureur d’un éventuel AVC.

Les chiffres révélés par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale font froid dans le dos : Il y a en France environ un AVC toutes les 4 minutes, soit 140 000 nouveaux cas chaque année. L’AVC est un trouble qui n’épargne personne : Les adultes de tout âge sont concernés par ce fléau.

Pas qu’un seul type d’AVC

Il est important de noter qu’il existe plusieurs types d’AVC à distinguer. Les infarctus cérébraux et les hémorragies cérébrales ou méningées. Plus de 80 % des AVC sont des infarctus cérébraux : c’est à dire qu’ils résultent de l’occlusion d’un vaisseau sanguin cérébral. Les hémorragies cérébrales et méningées correspondent eux respectivement à 15 %et 5 % des AVC, elles résultent quant à elles à une rupture totale d’une artère cérébrale. Quel que soit le type d’AVC, les symptômes sont généralement les mêmes et les conséquences sur la santé demeurent graves. Il est donc essentiel de connaître ces signes avant-coureur pour éviter tout drame.

Les facteurs de risque d’un AVC

Étant un trouble vasculaire, l’AVC possède plusieurs facteurs du même type. Voici plusieurs facteurs de risque qui représentent l’origine de 75 % des cas d’AVC :

– Hypertension

– Excès de cholestérol

– Diabète

– Obésité

– Fibrillation auriculaire

– Tabagisme et consommation excessive d’alcool

Il est donc important pour prévenir l’AVC de tenir un régime alimentaire strict, sain et varié, de réduire sa consommation d’alcool, d’arrêter le tabac et de commencer une activité physique adéquate.

Les signes avant-coureur d’un AVC

Il est important de connaître les symptômes d’un AVC imminent afin de consulter un médecin qui pourra diagnostiquer l’AVC avant que ce ne soit trop tard. Voici les signes à connaître :

Paralysie partielle

Les AVC sont souvent accompagnés de paralysie d’un ou plusieurs muscles. Il est fréquent que la paralysie apparaisse au niveau du visage.

Perte de sensibilité, engourdissement

Il est fréquent qu’une perte la sensibilité d’un ou plusieurs de ses muscles voire même du visage survienne avant un AVC.

Difficulté à communiquer

Lorsqu’un AVC devient imminent, il n’est pas rare que la victime perde la capacité à communiquer. Elle n’arrive non seulement plus à parler, mais a aussi du mal à comprendre la parole des autres.

Perte d’équilibre

Voici un signe assez courant, si vous ressentez des pertes d’équilibre soudaines et inexpliquées, cela peut indiquer un potentiel AVC.

Un mal de tête intense

Les maux de tête sont assez courants et peuvent avoir des origines diverses. Néanmoins, les maux de tête et les migraines causés par un potentiel AVC sont d’une grande intensité. Si vous un mal de tête persistant et violent, il est impératif que vous consultiez un médecin immédiatement.

Problèmes de vision

Lorsque la zone cérébrale responsable de la vision est petit à petit touchée, la vue s’en détériore. Il est possible avant un AVC de voire double, d’avoir une cécité unilatérale (c’est à dire d’un seul œil), ou de subir une perte de la moitié du champ visuel.

Si vous présentez un ou plusieurs de ces symptômes, il est impératif de consulter immédiatement un médecin afin qu’il puisse vous diagnostiquer et s’assurer que vous n’avez rien de grave.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close