Libéré de prison à cause du coronavirus, un homme qui avait violé sa petite amie la tue devant sa maison

Chaque jour, des milliers de femmes sont victimes de violences à travers le monde. Et l’un des crimes les plus horrifiants auquel elles peuvent être confrontées est le viol. Cet acte peut avoir des séquelles physiques et psychologiques dévastatrices pour les victimes, voire entraîner leur mort. Le Washington Post lève le voile sur ce fléau avec l’histoire d’un homme qui tue sa petite-amie après l’avoir violée.

Ibrahim E. Bouaichi est un homme de 33 ans qui a été accusé d’avoir violé Karla Dominguez, une femme de 31 ans. Supposément, les deux auraient été en couple. Ibrahim est d’abord arrêté, puis relâché. S’en suit alors un déferlement d’événements tragiques.

Il est accusé de viol

Tout commence suite à une altercation entre Karla et Ibrahim. La femme raconte à la police que ce dernier s’est introduit dans son appartement. Après leur dispute, celui-ci l’aurait violée sans aucun scrupule. La justice ne tarde pas à prendre effet puisque l’homme de 33 ans est arrêté quelques jours plus tard.

Ibrahim est emprisonné une première fois sans possibilité d’être libéré sous caution jusqu’au procès. C’est en tout cas ce qui a été décidé lors d’une première audition juste après son arrestation, rapporte le Washington Post.  Le suspect clame toutefois son innocence. En effet et selon ses dires, il était en couple avec Karla. Une affirmation qui selon lui, rejetterait “l’accusation de viol”.

Ibrahim E. Bouaichi
dailymail

Il est libéré sous caution à cause du coronavirus

L’histoire prend une tournure étonnante. En effet, alors que les Etats-Unis subissent de plein fouet la pandémie de coronavirus, les avocats de l’accusé tentent d’accélérer les choses en stipulant que les prisons sont potentiellement susceptibles de provoquer des infections. Une caution de 25 000 dollars, soit 21 300 euros est fixée. Une somme que le suspect n’hésite pas à payer pour sa libération.

Personne ne surveille ses déplacements

Si Ibrahim se retrouve hors de prison, il n’est toutefois  pas totalement libre de ses mouvements puisqu’il n’a le droit de quitter son appartement que pour consulter ses avocats, en théorie en tout cas. La réalité est malheureusement tout autre puisque aucun appareil électronique n’a été utilisé pour surveiller les allées et venues du suspect. En mai dernier, il a même été arrêté pour avoir conduit en état d’ébriété et causé un accident. Il est gardé alors une nuit en cellule puis libéré une deuxième fois sous caution.

Normalement, cela aurait dû causer l’annulation de la première libération sous caution qui a été ordonnée. Toutefois, le procureur de la ville où le procès est tenu n’a tout simplement pas été informé de cette arrestation.

Karla est retrouvée morte devant chez elle

C’est le 29 Juin que la police retrouve le corps de Karla Dominguez. La jeune femme de 31 ans a été abattue d’une balle à la tête. Deux jours plus tard, la police lance un mandat d’arrêt contre Ibrahim Bouaichi. L’homme qui ne devait quitter son appartement que pour des raisons judiciaires est introuvable. Il faudra quelques jours avant que des policiers ne retrouvent sa voiture. Ibrahim se tire une balle avant que la police ne puisse l’arrêter. Il meurt de ses blessures quelques jours plus tard.

Karla Dominguez
dailymail

Le viol, un crime difficile à prouver

En 2017, près de 76 % des des enquêtes pour viol ont été classées sans suite en France. Cette information qui a été relayée par le Parisien peut paraître et ahurissante mais reflète une réalité complexe. Si le mouvement MeToo qui émergé après l’accusation pour viol de Harvey Weinstein a incité des milliers de femmes à sortir du silence pour montrer du doigt leur agresseur,  cela ne règle pas le problème suivant : L’acte de viol est très difficile à prouver. 

Toute personne est présumée innocente et une personne ne peut être déclarée coupable si une enquête n’apporte pas des preuves suffisantes. Ceci explique le taux élevé d’enquêtes classées sans suite. Un véritable fléau qui accentue le mal-être des victimes suite à ces actes violents. En effet et au-delà de ses répercussions physiques, le viol peut entraîner des conséquences psychologiques dévastatrices sur les personnes qui le subissent.

Parmi elles, SOS Femmes rapporte une baisse de l’estime de soi, des difficultés relationnelles, des grossesses angoissées, des troubles psychiques tels que la dépression, les psychoses ou encore un sentiment de culpabilité. Dans les cas les plus extrêmes, les victimes peuvent également ressentir des envies suicidaires, voire passer à l’acte.

Nous vous offrons

Newsletter

Un livre indispensable pour
rester en bonne santé

Newsletter
  • Découvrez la liste des plantes et aliments qui guérissent
  • Apprenez à fabriquer de puissants remèdes méconnus pour guérir 90% des maladies
  • Un livre indispensable à avoir pour rester en bonne santé
Je souhaite recevoir le livre offert + m’inscrire à la newsletter
Contenus sponsorisés
Loading...
Close