Cette femme refuse le conseil des médecins de laisser partir son mari (et elle a eu raison)

Après qu’il ait subi un grave accident vasculaire cérébral, Scott Hawkins ne réagissait plus aux stimuli extérieurs. Les médecins ont même demandé à sa femme de les autoriser de couper l’assistance respiratoire. Découvrez ce cas d’un patient miraculé dont rien ne laissait présager une possible guérison.

Relayée par nos confrères de Healthbeat, cette histoire pourrait être l’exemple de l’amour qui produit des miracles. Et pour cause, si Danielle, l’épouse de Scott avait dit oui aux conseils des médecins, elle n’aurait pas pu assister à la guérison de son époux.

Scott a plongé dans le coma après un AVC

Suite à son accident vasculaire cérébral, Scott a plongé dans le coma. Découragés, les médecins ont dit à son épouse qu’il fallait le débrancher car il n’allait pas se réveiller. Seulement, c’était sans compter sur l’espoir de Danielle de voir son mari guéri. Au moment où les docteurs lui ont prédit sa mort imminente, sa femme l’a embrassée et il lui a rendu son baiser. « Peut-être que je l’ai imaginé » avoue-t-elle en expliquant que cette perception l’avait encouragé à maintenir Scott en vie. Dans son for intérieur, elle savait qu’il allait guérir.

Scott a ensuite fait des progrès incroyables

Si Danielle a eu raison de croire au potentiel de guérison de son époux, c’est parce que ses espoirs ont vite été récompensés par des progrès considérables. Et pour cause, après cinq semaines de rééducation pulmonaire, son mari n’avait plus besoin d’assistance respiratoire.  « C’est là que j’ai commencé à prouver à tout le monde qu’il pouvait récupérer » se réjouit-elle. L’épouse optimiste lui donnait des guitares et il lui arrivait de jouer et les médecins étaient plutôt sceptiques face à ce qu’ils jugeaient être « un réflexe ». Dès lors qu’il a commencé à parler, les premiers mots étaient « Je t’aime ». C’est lorsque son épouse l’a emmenée à Spectrum Health, que les changements sont allés au-delà des espérances de la femme.

Scott bougeait seulement sa main droite

Lorsque Scott a été admis au centre de réadaptation et de soins infirmiers, l’homme bougeait seulement sa main droite. Il ne pouvait pas lever la tête. Après quelques questions, Kari Ondersma, ergothérapeute et d’autres membres de son équipe lui ont posé quelques questions. Elle a ensuite remarqué que tous ses membres étaient réactifs sauf sa cheville gauche et sa tête qu’il ne pouvait pas lever. « Les thérapeutes et les médecins avaient non seulement transmis beaucoup de connaissances mais aussi instillé l’espoir » témoigne l’épouse du patient. Ce dernier a également travaillé avec une musicothérapeute, un praticien qui aide à retrouver l’insertion et le bien-être grâce à la musique, qui possède de nombreux bienfaits pour la santé.

Scott a pu guérir grâce à la musique

L’amour de Scott pour la musique semble avoir grandement joué dans la guérison de nombreuses fonctions de son corps, immobilisés par son accident vasculaire cérébral, qui peut se détecter par ces 4 signes. Grâce à la musicothérapie, l’ergothérapie et la physiothérapie, il a pu retrouver la force et la coordination alors qu’à son entrée au centre, il avait des troubles de la mémoire, d’attention et d’autres déficits cognitifs. Son musicothérapeute témoigne : « Quand il était enfin assez fort pour essayer de recommencer à marcher, nous avons utilisé de la musique rythmique pour aider à fournir un battement de cœur régulier pour aider avec la cadence, la longueur des foulées, la qualité de la démarche et l’endurance » Le chant a également été un outil pour améliorer l’articulation et le soutien respiratoire pendant les vocalisations. Autant de progrès qui ont conforté la femme de Scott dans ses efforts vers la voie de la guérison.

Scott a souffert d’une perte de mémoire

Malgré les progrès impressionnants de Scott, qui peut désormais marcher avec une canne, il reste encore des séquelles de sa maladie. L’homme a des pertes de mémoire à court terme et ne se souvient plus de son accident vasculaire cérébral ni de ce qui s’en est suivi. Sa mémoire à long terme a même été défectueuse provisoirement et il ne se souvenait plus de son épouse. Heureusement, cela a été passager et Danielle s’en amuse désormais. « Il était très excité à chaque fois que je lui disais que nous étions mariés » raconte l’épouse sans qui rien n’aurait été possible. En revenant sur ce long parcours, elle explique qu’elle y a toujours cru. « Je n’ai jamais cru qu’il allait mourir. Je l’ai toujours visualisé en train de marcher avec une canne » assure-t-elle. Elle ajoute que son époux continue à jouer de la guitare et de la batterie comme avant. S’il ne pouvait pas s’alimenter pendant neuf mois, désormais, il peut manger ce qu’il veut. Pour les enfants, il peut être difficile d’expliquer ce qu’est le handicap. Pourtant, il est possible d’en parler simplement.

Comment aider un conjoint malade ?

Apprendre une maladie grave de son partenaire est toujours une épreuve. A ce moment, le conjoint prend le relais. Christophe Fauré, psychiatre spécialisé dans l’accompagnement des malades et de leur famille recommande de s’organiser « matériellement comme psychologiquement » mais aussi d’instaurer une communication étroite avec le malade. Le spécialiste recommande également de ne pas « fusionner » avec ce dernier. Il explique que c’est la distance que l’on instaure qui nous permet d’être utile.

Lire aussi Les médecins déconseillent de se mettre des pommes de terre surgelées dans l’anus

Contenus sponsorisés