Elle perd l’usage de ses jambes après avoir fait de la chirurgie esthétique

Dans un monde où l’on accorde beaucoup d’importance aux apparences, certaines personnes sont prêtes à tout au nom de la beauté, voire de la perfection. Et si avant, on se contentait de quelques astuces simples pour camoufler les imperfections, aujourd’hui, les gens ont recours à des solutions plus permanentes comme la chirurgie esthétique pour corriger « leurs défauts ». Or, ces opérations ne sont pas toujours réussies et peuvent avoir de graves conséquences sur la santé. Ceci Andressa Urach, une jeune femme brésilienne, l’a appris à ses dépens.

À la quête de la perfection :

Andressa Urach est un mannequin  et présentatrice télé brésilienne. Il y a 5 ans, elle était considérée comme l’une des femmes les plus attirantes au Brésil. Un titre qu’elle doit surtout à ses attributs proéminents, qui l’ont menée à la seconde marche du podium de la célèbre compétition brésilienne Miss BumBum (Miss Fesses), en 2012.

Poussée par cette envie de plaire et aveuglée par sa quête de la perfection Andressa a enchainé chirurgie après chirurgie. Au total, elle aurait subit au moins 9 opérations sur une durée de 5 ans, comprenant une rhinoplastie, une liposuccion ainsi qu’une augmentation mammaire, sans oublier les injections pour redonner du galbe à son fessier.

Le revers de la médaille :

Durant toutes ces procédures, Andressa n’a jamais eu de complications, jusqu’au jour où elle a été transportée à l’hôpital en urgence à cause d’une infection. En effet, la jeune brésilienne a souffert d’une grave infection, suite à l’injection de substances nocives au niveau de son fessier et ses cuisses. Elle a immédiatement subit une opération pour enlever ces matières de son corps parce qu’elles mettaient sa vie en danger.

L’état d’Andressa n’était pas stable, elle pouvait perdre sa jambe parce que les substances injectées ont fait « pourrir » son muscle, ce qui a déclenché l’infection. Elle a d’ailleurs passé un mois en soins intensifs.

Plusieurs mois avant l’incident, Andressa ressentait des douleurs au niveau de ses jambes et son fessier. Elle a du drainé quelques 400 ml d’hydrogel de chaque cuisse. D’après une déclaration faite à un site d’informations, Andressa avait affirmé que l’hydrogel n’a pas été absorbé par son corps et s’y est attaqué ! Maintenant c’est le polyméthacrylate de méthyle (PMMA), utilisé en bioplastie sous forme d’injections, qui se colle à ses muscles en altérant ses tissus, chose qui a provoqué un choc septique.

Cherchant le soutien de ses fans, la mère d’Andressa s’est connectée sur son compte Twitter et a demandé à ses followers de prier pour elle, parce que son état n’était pas stable. La vie de l’ex mannequin était en effet en danger.

Toujours sous suivi médical, Andressa se remettait petit à petit de son opération. Outre la douleur intense qu’elle ressentait, la vue de sa cuisse transpercée par de grands trous ne lui facilitait pas beaucoup la tâche. Mais Andressa était consciente que le chemin vers la guérison allait être long et surtout sinueux. La complication qu’elle a eu n’était pas bénigne et nécessitait beaucoup de soins. Pour supporter les douleurs, la jeune brésilienne recevait des doses de morphine et devait changer ses pansements régulièrement.

Une leçon à tirer

Ayant vécu une mauvaise expérience, Andressa regrette toutes ses chirurgies esthétiques. Elle admet avoir poussé le bouchon beaucoup trop loin et affirme qu’elle était aveuglée par sa vanité et par sa recherche de la perfection.

Aujourd’hui, reconnaissante d’être toujours en vie, Andressa se déplace en fauteuil roulant  et s’est mise à sensibiliser les jeunes femmes aux dangers de la chirurgie esthétique. 

Contenus sponsorisés
Loading...
Close