Célibataire et sans enfants à 40 ans : elle veut inciter les gens à suivre son exemple

Bien que nous sachions que le temps passe et qu'avec lui, les choses changent, la nature s'adapte et, bien sûr, la technologie progresse à pas de géant, les femmes sont critiquées parce qu'elles préfèrent simplement être célibataires ou ne pas vouloir être mères, et ce contraste montre à quel point notre civilisation a peu progressé.

Sommaire

Heureusement, Emma John est l’une de ces femmes qui se moque de ce que la société considère comme « le mieux » pour elle. À 40 ans, elle est toujours célibataire, sans enfant et profite pleinement de la vie. Son histoire est devenue une source d’inspiration pour tous ceux qui rêvent d’un style de vie où l’amour de soi et la liberté sont essentiels.

Emma est écrivain et dans son dernier livre, Self Contained, elle explique les raisons pour lesquelles elle préfère être célibataire. Elle raconte également que, pendant ses années d’université, elle pensait rencontrer l’amour de sa vie, tout comme ses parents et ses amis, mais que ce ne fut pas le cas et que cela lui convient, car le célibat sélectif lui a appris à s’aimer d’une manière que peu de gens pourraient comprendre.

Mon histoire

Après avoir obtenu mon diplôme, je suis sortie avec plusieurs hommes, mais jamais pour plus de deux mois. J’en ai quitté certains, d’autres m’ont quitté, et tous étaient si différents que j’ai pensé qu’ils me serviraient dans ma quête de « l’homme de ma vie » . Quand j’ai soufflé mes 26 ans, j’ai rencontré Matt, un homme gentil et aimant dont j’aurais dû tomber complètement amoureuse, mais je ne l’ai pas fait. Quand mes amis ont commencé à se marier, j’ai commencé à avoir l’impression d’être amoureuse de lui.

Quand mes amis ont commencé à se marier, je n’étais pas anxieuse à l’idée d’être célibataire. Je pensais que mon heure viendrait.

Un ami m’a dit que je devais être « plus disponible » pour faire des rencontres. Que le problème était que je n’avais pas l’air d’avoir besoin d’un petit ami. Et peut-être que c’était la réponse, je n’en avais ni besoin ni envie. Ma mère était tellement préoccupée par ma prétendue solitude qu’elle m’a un jour offert un abonnement à un site de rencontres. Certaines personnes auraient été offensées par une telle chose, mais j’ai vu le bon côté des choses et je l’ai remerciée.

emma 1

Emma Johns Source : okchicas

Mais le célibat n’est pas le seul problème auquel Emma a dû faire face, car la société l’a également interrogée sur la maternité. Cependant, elle répond de manière ferme, en précisant que ni le mariage ni la maternité ne sont son un désir ou sa priorité. Une chose que tout le monde devrait comprendre et respecter.

Quand j’ai eu 40 ans, j’ai remarqué un changement. Tout le monde a supposé que je devais être inquiète pour ma fertilité, mais je n’ai jamais été désespérée d’être mère. Je n’ai pas cet instinct.

Si je devais « vendre » le célibat, je dirais que vous vieillirez mieux, que vous n’aurez pas autant de rides. Pensez à toutes les heures de sommeil que vous obtiendrez par rapport au reste de l’humanité. Il n’y aura plus de nuits où votre partenaire ou un enfant vous réveillera. Les vacances seront meilleures aussi. Vous n’aurez pas à vous mettre d’accord sur une destination ou à aller camper si vous n’aimez pas l’endroit… Vous ne vous sentirez jamais coupable si quelqu’un vous plaît. De plus, vous aurez plus de temps et d’argent pour vous.

Emma nous rappelle que nous n’avons qu’une seule vie et que nous devons la vivre comme nous l’entendons, et non comme les autres le voudraient.

Lire aussi Pouvez-vous repérer l’homme caché dans cette image d’ours ?

Contenus sponsorisés