À quoi ressemble Noël quand vos deux parents sont morts ? Des femmes qui ont perdu leurs parents partagent leurs ressentis

Les fêtes de Noël sont souvent l’occasion de se retrouver en famille autour d’une table bien garnie et de partager des moments agréables avec ses proches. Cependant, celles et ceux qui ont perdu un parent peuvent ressentir une panoplie d’émotions négatives durant les fêtes. Ressassant les bons souvenirs passés auprès de leur famille, un sentiment de nostalgie peut les envahir en cette période de Noël. Pour partager leurs ressentis pendant les fêtes, trois femmes ont témoigné sur Vice.

Cette période, habituellement propice à la joie et la bonne humeur, risque d’être éprouvante pour ceux qui ont perdu un être cher. Découvrez comment trois femmes endeuillées appréhendent les fêtes de fin d’année sans leurs parents.

“Personne ne vous apprend à célébrer Noël sans vos parents”, Marleen, 28 ans

marleen

Marleen a perdu ses parents à cause d’un cancer – Source : spm

Marleen a perdu sa mère huit ans auparavant, et son père, six ans plus tard, révèle-t-elle à Vice. Tous deux sont décédés des suites d’un cancer. Alors que les gens attendent impatiemment les fêtes de fin d’année, la jeune femme compte les jours avant la fin des célébrations. Depuis la mort de sa mère, les traditions de Noël n’ont plus aucun sens à ses yeux. Bien qu’elle ait essayé de reprendre goût à la vie, tout semblait différent. En sus, après le décès de son père, ces célébrations ne lui inspiraient que de la nostalgie et de la tristesse. “J’ai entendu des amis se plaindre du fait qu’ils devaient rentrer chez eux pour voir leur famille. Je n’arrêtais pas de penser ‘si seulement je pouvais encore être ennuyée par ma mère qui panique avant le dîner de Noël’”, a-t-elle confié. La femme, qui passe désormais les fêtes de Noël avec ses amis ou ses beaux-parents, se sent toujours comme une étrangère durant cette période de l’année. “J’avais l’habitude d’attribuer beaucoup de sens à Noël avec ma famille, mais ça a changé”, déplore Marleen.

“Je ne me sentais pas à ma place et je détestais être là”, Emma, 26 ans

emma

Emma ressent un vide considérable depuis la mort de ses parents – Source : spm

Emma a perdu ses parents l’un après l’autre, à un an d’intervalle, alors qu’elle avait 22 ans. Suite à cette tragédie, les choses ont changé dans sa vie. La jeune femme, qui fête son anniversaire juste avant les fêtes de Noël, appréhende cette période. “C’est le jour où mes parents me manquent le plus, car je ne peux pas célébrer ma naissance sans les gens qui me l’ont donnée”, a-t-elle déploré. Alors qu’elle avait l’habitude de profiter des fêtes de fin d’année avec ses parents, elle ressent leur absence de façon très douloureuse durant cette période.

“Mon premier Noël sans eux a été extrêmement difficile”, Emma, 30 ans

emma 30

Emma se sent parfois très seule lors des fêtes de fin d’année – Source : spm

Le père d’Emma est décédé d’un arrêt cardiaque lorsqu’elle avait 22 ans. Six ans plus tard, sa mère s’est suicidée, la laissant dans un état de choc inexprimable. Son premier Noël sans ses parents a été “extrêmement difficile”. Elle se sentait terriblement seule et désemparée. Fort heureusement, elle a pu compter sur le soutien de sa meilleure amie. Cette dernière l’a invitée à passer les fêtes avec sa famille. Lorsque la mère de son amie lui a offert un cadeau de Noël, Emma a fondu en larmes. “Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un me fasse ça”, a-t-elle confié. Ainsi, elle a pu trouver du réconfort auprès de son frère, sa sœur et ses amis. “J’essaye d’être reconnaissante pour les choses que j’ai”, a-t-elle révélé.

Accepter ses émotions durant les fêtes

Après la mort d’un proche, il peut être très difficile de profiter des fêtes sans se remémorer de douloureux souvenirs. En réalité, ces moments de convivialité sont susceptibles de déboucher sur de la peine et de la nostalgie. En sus, ce chagrin peut être difficile à exprimer en raison de l’exaltation ambiante durant les fêtes de fin d’année. Selon Amanda Darnley, psychologue américaine, “le deuil est une épreuve suffisamment difficile en elle-même, sans avoir à se reprocher de ne pas encore avoir réussi à s’en remettre”. Ainsi, il n’est pas nécessaire de retenir ses émotions et de se sentir coupable de son malheur. “Faites preuve d’indulgence envers vous-mêmes et laissez vos émotions s’exprimer”, conseille la spécialiste. Par ailleurs, il faut également faire preuve de bienveillance envers soi-même. Pour s’alléger de ce fardeau émotionnel lié au deuil, faire de la méditation ou des exercices de pleine conscience peut être de mise. Si le besoin s’en fait sentir, la personne peut faire appel à un thérapeute pour exprimer sa douleur et s’en libérer.

Lire aussi Cette poupée sexuelle « mariée » à un bodybuilder se casse quelques jours avant Noël

Contenus sponsorisés