8 Choses dangereuses à bord des avions

Sommaire

Des agents de bord ont révélé des informations choquantes quant aux dangers sanitaires auxquels s’exposent les voyageurs lorsqu’ils prennent l’avion.

Attention, les informations qui suivent vont vous pousser à y réfléchir à deux fois avant de prendre un petit café, d’utiliser un oreiller ou un casque ou même de vous laver les mains dans les toilettes. Voici 8 habitudes qui risquent de mettre votre santé en danger lorsque vous prenez l’avion :

1. L’eau des avions
Le Center for Disease Control and Prevention (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) a déclaré que les toilettes des avions constituent un danger majeur pour la propagation de maladies ou d’épidémies.

A bord, utilisez des serviettes en papier lorsque vous rabattez le couvercle des toilettes ou que vous touchez la chasse d’eau. Ceci peut paraître paradoxal, mais il serait préférable de sortir sans se laver les mains. Vous sortirez bien plus propre en évitant le lavabo et en optant pour un désinfectant pour les mains.

De plus, la chasse d’eau n’améliore pas la situation. Bien au contraire, lorsque vous l’actionnez, elle pulvérise de l’eau en libérant des germes dans l’air.

Enfin, et quoiqu’il arrive, ne buvez surtout pas l’eau des robinets des toilettes. Bien que le réservoir d’eau soit désinfecté à plusieurs reprises, les parasites résistent aux nettoyants.

En règle générale, à bord ne touchez et ne buvez  jamais de l’eau non embouteillée. En 2004, des échantillons d’eau de certains avions ont été examinés afin de tester la qualité du liquide. Les scientifiques ont trouvé que certains échantillons d’eau contenaient la bactérie Escherichia coli ; une bactérie intestinale très répandue chez l’être humain et source d’intoxication alimentaire.

2. Le café ou le thé
Tout comme l’eau, il serait préférable de ne pas consommer les boissons des avions comme le thé ou le café, préparés avec l’eau précédemment mentionnée. De plus, les réservoirs d’eau ne sont jamais nettoyés, et la saleté s’accumule dans le réservoir jusqu’à former des couches verdâtres. Cet aspect est bien connu par tous les employés des compagnies aériennes.

3. Les pochettes des sièges
Mettre votre main dans la pochette du siège pour y prendre des revues, est similaire à fouiller dans le sac d’un inconnu rempli de saletés (mouchoirs usagés, emballages…).

Cette pochette peut cacher bien des surprises, depuis des rognures d’ongles d’anciens passagers jusqu’à de vieux aliments.
Gardez à l’esprit que dans ce genre d’environnement, le virus de la grippe peut survivre pendant des heures dans les tissus, et plus de 48 heures s’il se trouve sur des surfaces telles que le métal ou le plastique.

Lorsque l’ennui vous submerge et que vous avez envie de consulter le magazine de bord, il n’y a pas que le papier que vous touchez. Pensez-y ! Ramenez vos propres magazines ou livres pour passer le temps, et surtout, n’oubliez pas un petit sac en plastique pour y mettre vos déchets.

4. Les repas
Les repas dans les avions ont bien mauvaise réputation ! Inodores, fades… peu ragoûtants…
Lorsque la Food and Drug Administration a inspecté la cuisine d’un traiteur qui travaillait pour l’une des plus importantes compagnies aériennes, ses agents ont été surpris par le manque d’hygiène dans les locaux : présence d’insectes, non-utilisation de gants lors de la préparation des repas ou, au mieux, de gants sales…

L’analyse d’échantillons de nourriture a également prouvé la présence de Listeria monocytogenes ; une bactérie responsable de maladies gastro-intestinales, de la méningite mais aussi d’infections néonatales chez la femme enceinte, ou d’avortement et d’accouchement prématuré.
Rassurez-vous cependant, les risques de contracter la listériose dans un avion restent faibles.

Par ailleurs, les repas servis à bord contiennent également une grande quantité de conservateurs nocifs : édulcorants artificiels, organismes génétiquement modifiés, colorants industriels, viandes d’usine pleines de toxines, légumes contenant des pesticides, des herbicides et des fongicides.

Un conseil, faites l’impasse sur ces plateaux-repas. Si vous voulez vraiment vous nourrir, optez plutôt pour des sandwichs faits maison et des fruits secs. Ou bien, jeûnez ! Certaines études ont démontré que le jeûne durant le voyage peut être bénéfique pour la santé. Il remonte le moral qui peut parfois varier en raison du décalage horaire.

5. Les couvertures et les oreillers
Les couvertures et les oreillers sont simplement pliés et remis en place… après usage. Les plus propres sont utilisés lors d’un premier vol du matin, mais cela n’est pas systématique.
Sachez que d’autres personnes avant vous ont dormi et bavé sur ces mêmes linges de lits. De plus, leur tissu est la cachette préférée des bactéries. Par conséquent, contentez-vous du siège.

En 2007, une enquête menée par le Wall Street Journal a révélé que les compagnies aériennes lavaient leurs couvertures et oreillers une fois entre 5 et 30 jours. Le Journal a également révélé que certaines couvertures contenaient une bactérie appelée Pseudomonas paucimobilis qui peut provoquer des infections au niveau des yeux et des poumons. Ne vous fiez surtout pas aux apparences, le fait que ces équipements soient enveloppés dans du plastique ne veut pas dire qu’ils ont été lavés ou qu’ils sont intacts.

6. Les tables plateaux
Toucher des tables plateaux est similaire à mettre votre main dans une poubelle bien garnie. Les agents de bord ont retrouvé à plusieurs reprises des couches de bébés sur ces tables. De plus, elles sont rarement nettoyées.
Des recherches ont montré que ces tables plateaux contiennent une bactérie mortelle appelée Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (MRSA). Cette bactérie est responsable de la mort de 20.000 personnes dans le monde chaque année.

Pour éviter toute infection, essayez un vaporisateur à agrumes (citron) ou l’huile d’origan pour nettoyer votre table plateau avant et après utilisation. L’huile d’origan est connue pour ces propriétés
antibactériennes  qui peuvent même tuer la bactérie MRSA.

7. Les casques
Ces casques enveloppés dans un sachet plastique d’apparence neuve ont été utilisés et réutilisés à maintes reprises. C’est un modeste tour de magie que les agents de bord confessent avoir joué plus d’une fois. Ils sont soi-disant  « nettoyés », puis remis en place.

8. Les animaux domestiques
Les animaux domestiques sont ceux qui souffrent le plus lors du vol. Alors que la compagnie aérienne fait de son mieux pour en prendre soin, les pauvres petites bêtes n’échappent pas au bruit produit au niveau de la rampe. Car les spécialistes confirment qu’ils auraient besoin de se protéger les oreilles quand ils se retrouvent à l’arrière des avions. Malheureusement, l’ouïe des animaux domestiques comme les chats et les chiens peut sérieusement être endommagée après un seul voyage.

Lire aussi Offrir des cadeaux fait du bien !

Contenus sponsorisés