7 symptômes d’un kyste ovarien à ne pas ignorer

Règles douloureuses et abondantes, courbatures, surmenage, fatigue, poussée importante d’acné, prise de poids excessive, les symptômes liés au syndrome des ovaires polykystiques sont nombreux mais très souvent ignorés par la gent féminine qui ne voit en eux que de simples déséquilibres hormonaux…

Loin d’être un simple déséquilibre hormonal, le syndrome des ovaires polykystiques est davantage considéré comme une dysfonction hormonale à l’instar de l’hypofertilité… 

En Europe, 6 à 12% des femmes sont touchées par ce syndrome et ce mal, in fine, est très peu compris, y compris par vous mesdames ! 

Mais alors, comment faire pour détecter ses symptômes ? Sont-ils si évidents à reconnaître ou à identifier ? Réponse…

Indentification 

Il existe bel et bien plusieurs symptômes qui vous permettront de savoir, avant même d’aller consulter un gynécologue, si vous souffrez du syndrome des ovaires polykystiques, à savoir : 

  • Des règles douloureuses, abondantes, voire chaotiques (c’est-à-dire, des saignements anormaux pendant votre période menstruelle).
  • Un besoin fréquent d’aller uriner ou des difficultés à uriner.
  • Des douleurs pendant les rapports sexuels.
  • Une prise de poids excessive ou anormale.
  • Des nausées et des vomissements à répétition. 
  • Une perte d’appétit rapide ou une sensation de satiété.
  • Apparitions de douleurs accrues dans le bas du dos.

Mais au fait, qu’est-ce que le syndrome des ovaires polykystiques ? Le syndrome des ovaires polykystiques est un trouble hormonal faisant souvent son apparition dès le début du cycle menstruel chez la femme. Celui-ci peut également apparaitre à un âge bien avancé, entre la vingtaine et la trentaine… 

Ce syndrome se caractérise par une augmentation inhabituelle d’hormones mâles (les androgènes) dans les ovaires, perturbant ainsi la production d’ovules. Au lieu d’être libérées au moment de l’ovulation, les ovules se transforment en kystes. Ceux-ci s’accumulent dans les ovaires et augmentent souvent de volume. 

Généralement bénins, ces kystes peuvent pourtant s’avérer être malins… dans ces cas précis, on parle de cancer de l’ovaire ! 

Comment correctement le diagnostiquer ? 

Au terme d’un examen médical et gynécologique approfondi (échographie endovaginale et abdomino-pelvienne), le gynécologue est capable de déterminer si vos douleurs menstruelles sont dues à la présence de kystes ovariens, d’autant plus que celui-ci, à ce stade de l’examen, est même capable de visualiser une éventuelle tumeur, et donc, de déterminer si les kystes ovariens présents dans votre corps sont bénins… ou malins. 

Le moyen le plus sûr pour confirmer qu’il s’agit bel et bien d’un cancer ovarien reste encore de ponctionner un échantillon de la tumeur en question pour la faire analyser. Si les cellules de la tumeur s’avèrent malignes, alors une opération chirurgicale ou une chimiothérapie sont à ce moment-là prévues. 

Remèdes naturels

Par ailleurs, si vous êtes sujette à des kystes ovariens bénins (donc sans danger pour vous malgré leur existence dans votre organisme), il existe des moyens naturels et efficaces pour vous aider à réduire les symptômes liés à ce syndrome, tels que la réglisse ou encore le gattilier, un arbuste originaire de Grèce et d’Italie réputé pour ses vertus médicinales. 

La réglisse 

La réglisse régule votre système hormonal. Elle permet en outre à vos kystes de ne pas se développer. Connue également pour améliorer la fonction surrénale, la réglisse apaisera assurément vos maux. Pour cela, il suffit de faire bouillir un peu de réglisse pendant 5 minutes dans une casserole et de laisser refroidir l’infusion pendant 5 autres minutes. Filtrez ensuite le contenu, et consommez le breuvage deux fois par jour !

Toutefois, cette plante n’est pas conseillée aux personnes souffrant d’hypertension, d‘insuffisance rénale ou d’œdème, ni aux femmes enceintes. Les diabétiques et les personnes qui sont sous traitement à la cortisone ou à la dioxine ne devraient pas la consommer.

Le gattilier 

Si les vertus du gattilier sont appréciées depuis plus de 2000 ans, ce n’est peut-être pas un hasard. En effet, cet arbuste a pour réputation de réguler le cycle hormonal féminin comme aucun autre élément ou ingrédient. A l’instar de la réglisse, celui-ci régule le système hormonal. Il soulage également la douleur pelvienne et fait même diminuer la taille des kystes ovariens… 

Pour profiter de tous les bienfaits du gattilier, il suffit de l’infuser et de le consommer une heure avant votre petit-déjeuner, dès votre réveil. Par ailleurs la dose quotidienne recommandée est de 20 à 40 mg.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close