Avez-vous des prises électriques dans la salle de bain ? Vérifier ceci avant de les utiliser

L'installation électrique dans la salle de bain ne doit jamais être faite au hasard. En raison de l'humidité qui est souveraine dans cette pièce, certaines normes doivent absolument être respectées. En effet, eau et électricité ne font jamais bon ménage. Qu'en est-il justement de votre installation électrique? Prenez-vous toutes les précautions nécessaires pour éviter les accidents domestiques? Pour plus de sécurité, voici quelques conseils à suivre à la lettre.

Malgré les apparences, la salle de bain peut être l’une des pièces les plus dangereuses de la maison. La prudence est vraiment de mise, car personne n’est à l’abri d’éventuels courts-circuits et chocs possibles en touchant le moindre appareil électrique, prise ou interrupteur avec les mains mouillées. La réglementation en vigueur établit justement les exigences à respecter pour éviter tout danger, indiquant les zones les plus sûres pour effectuer l’installation électrique.

Prises dans la salle de bain : les zones à prendre en compte

Des prises dans la salle de bain

Des prises dans la salle de bain – Source : spm

Comme vous le savez, la salle de bain est la pièce où l’humidité et la vapeur d’eau s’accumulent le plus. Par conséquent, le risque d’accidents électriques est plus important. C’est donc la pièce la plus compliquée à équiper en matière d’installation électrique. Pour votre propre sécurité et celle des membres du foyer, il y des mesures de prévention à suivre concernant le câblage, les dispositifs électriques, les éclairages ou même l’emplacement de certains appareils dans la salle de bain.

Concrètement, la norme NF C 15-100, en charge des installations électriques en France,  distinguent trois volumes dans la pièce :

Volume 0 : on peut aussi l’appeler « zone d’interdiction », puisque c’est l’espace qui entoure la baignoire ou la douche. Cela va sans dire, comme la proximité avec l’eau est évidente, aucun câblage n’est sensé être installé ici et aucun appareil électrique ne doit y être utilisé non plus. Les prises, interrupteurs ou dispositifs d’éclairage n’y ont donc pas leur place.

Volume 1 : cet espace entoure la zone d’interdiction, il a une largeur d’1 mètre et une hauteur de 2,25 mètres, et se trouve aux bords du receveur. Ici, le risque est moins important, mais de l’eau peut encore être projetée. Les interrupteurs n’y sont donc pas autorisés, ou du moins seulement un éclairage à très basse tension (12 V). Sont possibles aussi des prises de courant de sécurité ou à protection différentielle.

Volume 2 : il s’agit de la zone estimée à 60 centimètres autour du volume précédent. C’est espace est ainsi mieux protégé pour tolérer l’utilisation des appareils électriques. On y trouve notamment la prise du séchoir, un chauffe-eau, un éclairage basse tension de sécurité, etc.

N.B : bien entendu, la zone qu’on appelle « hors volume » est celle qui s’éloigne de ces distances réglementaires. Une fois que vous dépassez ces limites, vous pouvez naturellement installer toute l’installation électrique que vous souhaitez, mais aussi de gros appareils comme la machine à laver.

Quelles sont les normes d’installation des prises électriques dans la salle de bain ?

Une prise à côté du lavabo

Une prise à côté du lavabo – Source : spm

Les salles de bains sont considérées comme particulièrement à risque, à cause de la combinaison dangereuse entre l’eau et l’électricité. C’est précisément pour cette raison que des prescriptions techniques spéciales et des exigences de sécurité fondamentalement strictes doivent être prises en compte.

Comme nous l’avons précisé plus haut, plus on se rapproche de la baignoire ou de la douche, plus le risque est maximal. Rien de plus logique : c’est l’endroit où l’eau éclabousse les environs et où l’on met marche souvent pieds nus. Voilà pourquoi, en matière de système électrique de la salle de bain, il existe des normes précises à suivre pour assurer la sécurité des utilisateurs, mais aussi pour le confort et la praticité.

A noter que chaque prise installée, et qui présente un risque accru de contact avec l’eau, doit avoir au minimum ce que l’on appelle la « Norme d’étanchéité IP44 », c’est à dire qu’il doit s’agir d’une prise dite « splash-proof » avec clapet. Autrement dit, si la hauteur atteint 60 cm autour de la baignoire et si les murs vont jusqu’à 2,25 m de haut, cette norme est impérative pour éviter la projection de l’eau sur les luminaires.

Bon à savoir : la hauteur minimale d’installation de chaque prise à partir du sol dans la salle de bain doit être d’au moins 140 centimètres. Et elle doit disposer d’une broche correctement connectée. Il faut l’installer à une distance horizontale de minimum 60 centimètres du rebord de la baignoire ou de la porte de la cabine de douche !

Vous pouvez d’ailleurs vérifier vous-même certaines des normes ci-dessus. Si vous constatez que l’une des normes n’est pas respectée, il serait alors plus prudent d’envisager de réparer l’erreur dès que possible.

Lire aussi Pourquoi il ne faut pas brancher le radiateur sur une multiprises en hiver ?

Contenus sponsorisés