Voici comment faire pousser une quantité illimitée d’ail chez vous à la maison

Ingrédient à l’arôme puissant rehaussant la saveur de nos mets, l’ail est riche en bienfaits qui ne se limitent pas seulement au domaine culinaire. Aliment aux propriétés anti-inflammatoires et antibiotiques puissantes, l’avoir à portée de main est indispensable. Mais ne vous inquiétez pas, nul besoin de vous ruiner ou d’être victime d’allers-retours incessants au supermarché, une méthode très simple vous permettra d’avoir cet ingrédient chez vous en le faisant pousser en quantité infinie !

Aliment phare de la médecine traditionnelle, l’ail est utilisé depuis des millénaires pour traiter de nombreux troubles de la santé. A présent cultivé au niveau mondial, il représente pour plusieurs pays un remède à l’efficacité redoutable. Selon le pays qui l’utilise, cet ingrédient s’est vu attribuer différentes appellations à travers les siècles dont « pénicilline russe » ou encore « antibiotique naturel ».

Comme l’explique The Pharmacognosy Review, les civilisations anciennes se sont tournées vers l’ail pour traiter de nombreuses épidémies, notamment le typhus, le choléra et la grippe. Remède préventif et curatif à la fois, son utilisation traditionnelle attire la curiosité des scientifiques et mène à plusieurs études concluantes sur son action bénéfique au niveau de notre santé. Examinons-les de plus près.

L’ail améliore la santé cardiaque

Selon une étude publiée par The Avicenna Journal of Phytomedecine, l’ail possède de nombreux bienfaits qui agissent de manière préventive sur les maladies cardiovasculaires. En effet, plusieurs essais cliniques ont démontré son action positive sur la réduction de la pression artérielle et du cholestérol, ainsi que la prévention de l’athérosclérose, tous reliés à la santé du cœur.

Par ailleurs, une expérience menée sur 47 patients souffrant d’hypertension aurait prouvé les effets positifs de l’ail sur la pression sanguine systolique, permettant de réduire cette dernière de manière significative, et ce sans effets secondaires néfastes. En effet, l’avantage indéniable de l’ail est sa capacité à traiter certains troubles sans forcément mener à des complications. Un essai sur des patients souffrant de cholestérol est arrivé à la même conclusion après l’observation d’une diminution non négligeable du sérum total de cholestérol, réduisant ainsi les risques d’incidents coronaires de 38% pour les individus âgés de 50 ans.

Il renforce le système immunitaire

L’utilisation de l’ail pour renforcer le système immunitaire n’est pas un phénomène récent. En effet, ce remède pour les troubles mineurs a fait ses preuves bien avant l’apparition de l’industrie pharmaceutique. La science le confirme aujourd’hui, comme l’explique The Journal of Immunology Researchla biochimie complexe de l’ail (aussi appelé Allium Sativum) semble améliorer le fonctionnement du système immunitaire. Grâce à la sécrétion de cytokinesanti-inflammatoires permettant de réguler notre réponse immunitaire, l’ail serait à l’origine de nombreux  bienfaits thérapeutiques.

Il traite les troubles cutanés

Selon The Journal of Dermatology, l’application topique de l’ail permettrait de régler une multitude de troubles cutanés, dont le psoriasis, l’alopécie, les infections fongiques, la cicatrisation, ainsi que les troubles associés au vieillissement de la peau. En effet, sa teneur en allicine lui confère des propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires puissantes.

Par ailleurs, une étude visant à démontrer les bienfaits de cet ingrédient sur le photo-vieillissement a mené à des résultats très prometteurs. Grâce à l’acide caféique, la cystéine et l’uracile qui le composent, les scientifiques auraient observé une action antioxydante et anti-inflammatoire de l’ail sur la formation de rides.

Voici comment faire pousser de l’ail chez vous :

Séparez une tête d’ail en gousses individuelles, et plantez-les à 5 centimètres de profondeur dans une terre meuble, humide et profonde. N’oubliez pas de les placer de manière à ce que leur bout pointu soit tourné vers l’extérieur et de les espacer d’environ 20 centimètres les unes des autres. Recouvrez-les ensuite de feuilles séchées ou de paille puis ajoutez un fertilisant. Si vous avez planté votre ail en automne par exemple, vous pouvez le fertiliser au printemps.  Une fois que la pousse commence, arrosez votre terre régulièrement mais attention aux excès ; l’ail ne nécessite pas un arrosage intensif. 

Afin de préserver son goût et son arôme, ôtez les fleurs épanouies à la surface. Vous ne pourrez le retirer qu’après l’apparition de 5 à 6 feuilles et quand celles-ci deviennent jaunes ou brunes.

Tout ce qu’il vous reste à faire maintenant, c’est de profiter des bienfaits de cet aliment incroyable que vous aurez fait pousser vous-même de manière complètement naturelle !

Mise en garde :

Si vous venez de subir une intervention chirurgicale, il vous est déconseillé de consommer de l’ail à cause de son effet anticoagulant. Les femmes allaitantes devraient aussi l’éviter pour ne pas altérer le goût de leur lait

Lire aussi Pourquoi faut-il manger une gousse d’ail à jeun ?

Contenus sponsorisés