Le clitoris est un organe spécialement dédié à l’orgasme féminin. Alors pourquoi est-il ignoré par la science ?

Le clitoris a été associé à divers mythes à travers l’histoire. Mais au fil du temps, la représentation de ce petit bouton rose a évolué, et de nombreuses femmes ont défendu la place de cet organe érectile dans leur vie sexuelle. Le clitoris est l’organe le plus innervé du corps humain et sa seule fonction est de procurer du plaisir. Pourquoi est-il donc autant ignoré par la science ?

Alors que les manuels de médecine comprennent de nombreuses images montrant l’anatomie du pénis ou encore du vagin, le clitoris y est à peine mentionné. Helen O’Connell, professeure d’obstétrique et de gynécologie interrogée par The Guardian, a expliqué que cet organe érectile est souvent oublié dans les livres de médecine. Pourtant, ce petit bourgeon a un rôle clé dans l’épanouissement sexuelle d’une femme. 

Le clitoris : un organe uniquement fait pour le plaisir 

La première étude anatomique du clitoris a été réalisée par O’Connell en 1998. Ensuite, une étude menée en 2005 a examiné cet organe grâce à un IRM. La professeure Helen O’Connell a découvert qu’il ne s’agissait pas seulement d’un nœud de tissu érectile. 

clitoris 2
Le clitoris est un organe peu étudié – Source : The Guardian 

Les scientifiques ont découvert que le clitoris était semblable à un gland très innervé qui s’étendait sous l’os pubien et se trouvait au-dessus de l’ouverture vaginale. S’il existe plusieurs manières d’atteindre l’orgasme féminin, il était évident que la stimulation du clitoris jouait un rôle important dans le plaisir d’une femme. Pourtant, ce petit bourgeon faisait l’objet d’un tabou et d’une méconnaissance troublante. D’après le professeur O’Connell, dans la croyance collective, l’orgasme féminin était étroitement associé à l’orgasme masculin. Pour elle, le fait que le clitoris ne soit pas étudié de long en large et qu’il ne figure que brièvement dans les manuels médicaux sous-entend que cette partie du corps ne mérite pas d’attention particulière. “Je pense que les chances qu’un homme se rende compte qu’il y’a un problème et que la plupart de mes collègues femmes ne le remarquent pas devraient être improbables”, déclare-t-elle. 

clitoris1
Une représentation en 3D du clitoris – Source : The Guardian

Se considérant comme rebelle, la scientifique explique que les femmes devraient se préoccuper davantage de cet organe et chercher à développer plus de connaissances au sujet du clitoris. Dans ce sens, le docteur O’Connell a co-écrit un article en 2016 pour expliquer que contrairement à ce que certains mythes avancent, il n’y a pas de point G chez la femme. Ainsi, elle démontre qu’il n’existe aucune preuve qui atteste que la pénétration puisse aboutir à l’orgasme. 

clitoris2
Une artiste à Sydney tient un clitoris géant en or – Source : The Guardian 

Selon elle, cette théorie émane du fait que lors de la pénétration, le clitoris peut être stimulé à travers la paroi vaginale, ce qui peut provoquer un orgasme. “Ignorer le clitoris et agir comme si ce n’était pas essentiel à l’orgasme n’a aucun sens, insiste-t-elle. En réalité, O’Connell souhaite que l’anatomie féminine soit placée au même niveau que l’anatomie masculine. Pour ce faire, il faudra mettre fin aux préjugés institutionnels et sociétaux afin de permettre aux femmes de jouir librement de leur sexualité. 

La communication, pilier de l’épanouissement sexuel 

On dit souvent que le sexe est le ciment du couple. Mais certains ont du mal à établir la communication quand il s’agit de sexualité. Pourtant, pour prendre du plaisir, il peut s’avérer judicieux d’établir un dialogue entre les deux partenaires. Comme l’explique le sexologue Sylvain Mimoun au site Psychologies.com, pour qu’un couple cultive une sexualité harmonieuse, certains principes sont de mise : 

  • Faire des compliments

Pour améliorer sa vie sexuelle, il faut savoir exprimer ses sentiments et ses émotions positives. Un climat de bienveillance et de complicité permet à chacun de donner le meilleur de lui-même pour satisfaire son partenaire. 

  • Se montrer empathique 

Prêter attention aux attentes et aux réactions de son conjoint favorise une bonne entente sexuelle. Chacun doit pouvoir se mettre à la place de l’autre et ne pas blesser inutilement. 

  • Suggérer plutôt qu’imposer

Si vous avez des attentes, il est préférable de les suggérer en utilisant les bons mots. Évoquez les bons moments tout en incitant l’autre à écouter vos propositions

  • Procéder par étapes

L’intimité est une sphère importante qu’il faut gérer de manière judicieuse. Ainsi, pour améliorer sa vie sexuelle, il ne faut pas s’attendre à un changement radical mais à une évolution progressive

  • Prendre les devants

Certains préfèrent l’action plutôt que les paroles. N’hésitez pas à attiser le désir de votre partenaire en l’encourageant à s’adonner à des expériences nouvelles.

  • Faire preuve de subtilité

Bien que la communication soit primordiale, il faut savoir utiliser des termes bienveillants pour ne pas brusquer l’autre. Ainsi, il est essentiel de garder certaines limites pour ne pas éteindre la flamme. 

Lire aussi La méditation orgasmique : se faire caresser le clitoris par un inconnu pour méditer

Contenus sponsorisés