x

Cet enfant de 4 ans dit à sa mère avant de mourir : « Je vais aller au paradis pour jouer jusqu’à ce que tu viennes »

Opinion

Ruth Scully, la maman du petit Nolan a vécu le moment le plus déchirant que puisse vivre un parent : celui de devoir dire adieu à son enfant. Son fils atteint d’une forme de cancer rare a perdu la bataille contre cette terrible maladie. En deuil, la mère souhaite sensibiliser sur son quotidien pendant cette épreuve et partage ses derniers moments avec le petit garçon de 4 ans.

Relayée par nos confrères de CNN, l’histoire de cette maman témoigne d’une douleur quotidienne qu’est celle de savoir que son enfant s’en ira bientôt. Il était atteint de rhabdomyosarcome, une pathologie sévère qui affecte les tissus mous.

Nolan avait trois ans lorsqu’il a reçu le diagnostic d’un cancer. Source : Newsner

« Maintenant, c’est moi qui suis terrifiée à l’idée de prendre une douche »

Pendant la maladie de Nolan, sa maman et lui étaient inséparables. L’enfant de 4 ans était tellement effrayé de la quitter qu’il l’accompagnait même lorsqu’elle prenait un bain. Ruth Scully a partagé ces moments communs sur Facebook et a pris en photo son fils allongé sur le tapis de cette pièce, un de leurs derniers instants avant qu’il ne fasse une chimiothérapie agressive. « Avec rien d’autre qu’un tapis de douche vide maintenant où autrefois un beau petit garçon parfait attendait sa maman » écrit la femme en deuil deux ans après sa mort. Cette photo bouleversante a ému les internautes qu’ils ont partagé plus de 620 000 fois.

Nolan ne quittait pas sa mère même lorsqu’elle prenait sa douche. Source : Newsner

« Quand c’est devenu viral, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était ce qu’il voulait »

Interrogée par nos confrères de CNN, cette maman en deuil comprend le succès de ce cliché partagé pour faire part de sa tristesse. « Tous ceux qui ont des enfants les ont déjà vus allongés par terre. Je pense que c’est pourquoi la photo a attiré tant de gens, c’est réel » affirme-t-elle. Elle raconte qu’il a fallu deux mois pour pouvoir témoigner de son deuil au public mais que sa motivation était de parler de cette souffrance à tous ceux qui avaient été témoins de la maladie de ce petit garçon. Pour Ruth, c’était une façon de communiquer avec son enfant et de lui faire savoir combien les gens l’aimaient. Ces statuts étaient un espace d’échange pour tous les parents qui ont subi l’épreuve d’avoir un enfant qui se bat contre le cancer. « Quand c’est devenu viral, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était ce qu’il voulait », s’est-elle émue.

Le petit Nolan était atteint d’un cancer agressif. Source : Newsner

« Il aide toujours les gens même dans la mort »

Le réseau social a été salutaire pour cette maman qui a vécu la pire épreuve qu’un parent puisse subir. Il lui permettait de partager des instants joyeux de l’enfant ou d’immortaliser les moments où il se battait avec courage contre cette terrible maladie. « Même lorsqu’il était malade à l’hôpital, il quittait sa chambre pour aller réconforter d’autres enfants qui avaient peur ou pleuraient », raconte-t-elle. Et d’ajouter : « C’était peut-être le but de Nolan, peut-être qu’il aide toujours les gens même dans la mort ».

« Pourquoi quelqu’un serait-il triste ? »

Après s’être battu contre la maladie plus d’un an et s’être fait retirer la tumeur, le cancer a atteint les poumons du petit garçon et a engagé le pronostic vital. La maman savait alors que, puisque toutes les options de traitement ont été choisies, il n’y avait aucun espoir. La maman s’est donc donnée pour mission que les derniers jours du petit Nolan soient merveilleux et à garder le sourire devant lui.  Ruth raconte que le garçon préparait même ses funérailles et qu’à ce moment la maman lui avait demandé s’il souhaitait que les gens soient tristes ou heureux. Chose à laquelle l’enfant a répondu : « Pourquoi quelqu’un serait-il triste ? » Ses derniers souhaits étaient de partager avec sa famille ses peluches et gourmandises préférées.

Le petit Nolan. Source : CNN

« Je t’aime maman »

Ruth Scully a accompagné son fils jusqu’à la fin. La maman raconte que quelques jours avant qu’il ne meure, ils ne faisaient que se distraire en regardant leurs programmes télévisés préférés. Ruth raconte que son petit garçon lui avait dit qu’il irait au paradis pour jouer jusqu’à ce qu’elle arrive.

C’est au moment où elle est allée prendre sa douche que l’équipe médicale l’a averti qu’il était en train de plonger dans le coma. Lorsqu’elle a accouru pour le rejoindre, quelque chose de magique s’est produit. L’enfant a pris une profonde inspiration, ouvert les yeux et lui a dit : « Je t’aime maman ».

Les réseaux sociaux : un salut pour les parents en deuil

Pour de nombreux parents, partager la mémoire de son défunt enfant est cathartique. C’est ce qu’explique Michael Stora, psychologue des mondes numériques qui analyse que ce support crée une communauté pour ceux qui ont subi cette épreuve et leur permet de se sentir moins isolés face à cette souffrance . Et pour cause, ces mots résonnent dans le cœur de nombreux parents qui sont encore déchirés par cette perte.  « Certains n’arrivent plus à vivre avec cette perte, ça fait partie des choses complètement insoutenables », note-t-il. Lucy Joly, psychiatre spécialisée en deuil périnatal explique qu’il faut consulter dès que nous souffrons de troubles du sommeil et de perte d’appétit. « En France, on ne va pas assez consulter les psychologues et les psychiatres », déplore la spécialiste.

Contenus sponsorisés
Loading...