Astrologie : 3 signes du zodiaque qui parlent dans le dos des gens

Si certains d’entre nous préfèrent s’en tenir à leur vie personnelle en matière de ragots, d’autres en revanche ont la langue bien pendue et n’hésitent pas à chercher ailleurs de la matière pour alimenter leurs discussions. En présence d’amis, de collègues, de leur partenaire ou même d’étrangers, ils n’ont aucun scrupule à s’étaler sur la vie des autres et transforment les secrets les plus intimes de ces derniers en affaires d’opinion publique. De manière consciente ou non, ces personnes ne peuvent s’empêcher de jaser et de parler des autres derrière leur dos. Les astrologues se sont fiés aux configurations célestes pour les identifier. Méfiez-vous d’eux, ils appartiennent à ces 3 signes du zodiaque.

Selon Yuval Noah Harari, historien et auteur du best-seller Sapiens, premier volet d’une trilogie au succès mondial, la toute première notion de commérages remonte à la préhistoire, lorsque l’Homo Sapiens s’est distingué d’autres espèces par sa capacité à créer de la fiction. Animé par un instinct grégaire, il a pu tisser des liens renforçant sa communauté basés sur un partage de valeurs, d’idéaux et d’objectifs communs, une sorte de réalité imaginaire axée sur la notion de “fictions collectives” établies par le langage humain; supplantant ainsi l’Homme Néandertal qui lui, se serait limité à une approche moins allégorique.

Ainsi, l’être humain, fidèle représentant de son ancêtre porte encore le flambeau d’une tradition liée au récit, parfois altéré et remanié pour servir l’intérêt de son narrateur. Selon les astrologues, certains y sont plus prédisposés que d’autres. Découvrez donc les 3 plus grandes commères du zodiaque.

Bélier

De nature sociable, les Bélier sont en réalité victimes de leur popularité. La présence des autres nourrit leur ego qui, mué par un désir irrépressible d’être flatté, a recours aux stratagèmes les plus fins. Ainsi, les natifs de ce signe offrent à leur public une version revisitée du “Panem et Circenses” romain, un concept césarien destiné à flatter l’opinion publique en lui offrant “du pain et des jeux” afin de s’attirer sa bienveillance. Pour ce faire, ils s’appuient sur les histoires les plus alléchantes qu’on leur a confié, oubliant très souvent que celles-ci ont été partagées dans l’intimité. Animés par un désir de plaire et de promouvoir leur acceptation sociale, ils n’hésitent donc pas à partager les ragots les plus juteux. Cela leur permet par la même occasion d’avoir bonne conscience par rapport à leurs propres erreurs en mettant l’accent sur celles des autres.

Lion

Les Lion sont adeptes des comportements humains et de ce qui différencie chacun d’entre nous. Ils s’improvisent alors sociologues afin de mieux comprendre ceux qui les entourent. Très ouverts, ils attirent irrémédiablement la confiance et par voie de conséquence, les secrets les plus intimes de leurs interlocuteurs. Malheureusement, leur attrait envers les questions d’ordre social ne se limite pas qu’à de l’observation; les natifs de ce signe finissent généralement par tout révéler en essayant d’alimenter leurs conversations avec les autres. Infidélité, ruptures embarrassantes ou problèmes financiers, ils n’ont qu’à piocher dans leur base de données fictive pour trouver un sujet de discussion croustillant.

Gémeaux

Il suffira d’avoir le dos tourné pour que le Gémeaux laisse libre-cours à ses bavardages. En effet, les natifs de ce signe ont le plus grand mal à faire preuve de discrétion. En grand ou en petit comité, ils se laissent aller à raconter ce qui leur a été confié en essayant d’analyser les faits ainsi que leurs propres réactions s’ils avaient été dans cette même situation. Par ailleurs, leur tendance à l’extrapolation prend souvent le dessus car leurs histoires et leurs ragots semblent s’étayer de faits nouveaux à chaque fois qu’ils sont racontés. A l’instar des Bélier, ils sont avides de reconnaissance et voient en leurs échanges un moyen privilégié de se faire apprécier par les autres et d’attirer leur sympathie.

Contenus sponsorisés

Loading...

Plus d'articles

Close
Close