Voici pourquoi il faut manger des fruits et légumes « moches »

Voici pourquoi il faut manger des fruits et légumes « moches »


En faisant nos achats alimentaires, nous sommes tous à la recherche de la pomme la plus brillante et la plus lisse, de la laitue sans aucune tache et de la tomate bien ronde et bien calibrée. Pourtant, les légumes imparfaits et non calibrés sont aussi bons et leur consommation est un acte écologique. Explications.

Une campagne publicitaire à contre-courant

Nous nous souvenons tous de la campagne publicitaire réalisée par un supermarché qui préconisait les bienfaits des fruits et légumes « moches ». Cette campagne était lancée pour lutter contre le gaspillage alimentaire. En effet, presque 30% des fruits et légumes cultivés et produits en France sont écartés des circuits de vente et n’arrivent jamais dans l’assiette du consommateur. Pire, 10% d’entre eux sont tout simplement jetés ! Une aberration. La raison ? Ces produits sont tachés, biscornus ou non calibrés. Bref, ils sont « moches ».

Des fruits et légumes « moches », mais qui respectent le développement durable

Cette campagne publicitaire n’a pas fait parler d’elle qu’en France. Son écho a dépassé les frontières pour attirer l’attention d’entrepreneurs américains. Ils ont créé des partenariats avec les grandes surfaces et ont réussi à commercialiser ces produits à des prix 30 à 50% moins chers, exactement comme en France.

Dans le monde, 40% de la production alimentaire est mise à la poubelle (notamment dans les pays industrialisés). Ceci représente en France 20 kg d’aliments par an et par personne, et aux États-Unis, ce chiffre s’élève à 3 milliards de tonnes d’aliments jetés chaque année. En plus du gaspillage, 7% de la production américaine est laissée sur place. En pourrissant, elle dégage du méthane, un gaz sans couleur qui contribue fortement à l’effet de serre et au trou de la couche d’ozone.

La consommation de fruits et légumes « moches », un acte écologique

L’achat des produits non calibrés permet certes de lutter contre le gaspillage, mais il aide aussi à préserver l’eau, élément indispensable pour la survie de la planète. De grandes quantités d’eau sont utilisées pour irriguer les champs en raison de la sécheresse qui touche de plus en plus de régions. Aux États-Unis par exemple, et plus précisément en Californie, 80% de l’eau est consacrée à l’agriculture. 95 litres sont nécessaires pour produire 1 kg de fruits ou de légumes. En jetant 1 kilo de ces produits on agit de la même manière que la personne qui laisse couler l’eau du robinet durant 22 minutes !

Des produits peut-être moches, mais bons

Les fruits et légumes trop petits, tordus ou biscornus sont victimes de leur forme bizarre. Ils ne correspondent pas aux cahiers des charges des centrales d’achat qui ne prennent pas en compte le goût et préfèrent des produits bien calibrés, à l’aspect bien net. Pourtant, ces aliments « moches » sont bons et ressemblent davantage aux fruits et légumes qui poussent dans nos jardins !

Les fruits et légumes biologiques sont souvent moins beaux

À leur tour, les fruits et légumes biologiques ne sont pas standardisés et n’ont pas un calibre bien défini. Comme ils sont cultivés sans produits chimiques, ils se développent de manière naturelle et peuvent donc avoir des tailles différentes et/ou présenter des tâches brunâtres.

Le goût de ces aliments biologiques « moches » est nettement meilleur que celui des aliments calibrés et sans aucune tache. Puisqu’ils contiennent moins d’eau, ils ont plus de saveur et, même cuits, ils gardent leur volume. Il est en plus possible de consommer leur peau car elle ne contient pas de pesticides ou autres produits chimiques de synthèse. C’est dans la peau que se concentrent les antioxydants nécessaires pour lutter contre les radicaux libres responsables de plusieurs maladies et infections.

Les fruits et légumes biologiques sont plus concentrés en vitamine C, E et bêta-carotène (20 à 35% en plus) que ceux issus de la culture conventionnelle, selon une étude effectuée par le Professeur Joyeux.

La lutte contre le gaspillage alimentaire est un acte écologique qui permet de sauvegarder la nature : la consommation de fruits et légumes « moches » entre dans le cadre d’une alimentation éco-citoyenne qui respecte l’environnement.