« S’il te plaît, ne me renvoie pas chez papa » : Les paroles désespérées d’un garçon de 9 ans avant qu’il ne soit torturé et assassiné par son père !

La violence parentale est un phénomène très répandu, ce sont des milliers d’enfants dans le monde entier qui subissent toutes formes d’agressions. Dans certains cas, des innocents en perdent la vie, tout comme ce garçon de 9 ans qui a été torturé et assassiné par son père. Mais le plus alarmant c’est que le petit Bradyn Dillon a demandé secours à sa mère, comme relayé par nos confrères du Daily mail. Découvrez toute l’histoire !

Dans son livre « la domination adulte », Yves Bonnardel explique que le statut mineur de l’enfant le rend vulnérable à toute sorte de maltraitance de la part des adultes notamment ses parents ou ses tuteurs. Il pense également que la maison qui est censée être le cocon familial protecteur pourrait être l’institution sociale la plus criminogène. La lutte des enfants maltraités est souvent silencieuse et l’entourage ne réagit pas non plus !

S’il te plaît, ne me renvoie pas chez papa !

Bradyn Dillon a été assassiné par son père, Graham Stuart Dillon, de Canberra, après que l’enfant eut été victime de nombreuses agressions physiques. Dans la période qui a précédé sa mort, Bradyn a été brûlé avec des cigarettes, frappé à coups de poing et torturé à travers toutes les pièces de la maison quand il était avec son père.

La mère dont l’identité n’a pas été dévoilée a déclaré qu’elle avait essayé d’obtenir la garde de son fils légalement mais en vain. Lors de l’enquête judiciaire sur la mort de Bradyn, la maman a fondu en larmes en décrivant les paroles de son fils quand il lui demandait de ne plus le renvoyer chez son père. Elle a expliqué qu’elle a essayé de secourir son fils et tenter de le sauver mais malheureusement la procédure judiciaire entre les différents États était compliquée. La mère a affirmé avoir fait appel à maintes reprises aux services de protection de l’enfance et de la jeunesse d’ACT mais sans résultat !

Domination Adulte

Le papa, Graham Stuart Dillon, a demandé au petit de se pencher sur une table basse en marbre et a commencé à lui donner des coups de poing et de pieds jusqu’à ce qu’il perde conscience. Malheureusement ces coups ont été fatals et le papa a été condamné à 41 ans de prison.

Torture

Les enfants face à la violence domestique

En France, un enfant sur deux est tué quotidiennement chaque année par ses parents sans compter les blessures corporelles qui avoisinent des dizaines de milliers selon les chiffres de l’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire.

Certaines violences peuvent paraître ordinaires tellement elles sont courantes mais en réalité elles peuvent non seulement entraîner des agressions graves mais en plus impactent négativement le développement de l’enfant. On pense notamment aux pratiques telles que fesser, gifler, déculotter, pincer, tirer par les cheveux, traîner de force par les bras, cogner, étrangler, enfermer, isoler, priver d’accès aux toilettes, de nourriture, de télé, de jeux ou encore forcer l’enfant à manger.

La réalité de ces violences est d’une ampleur inquiétante, elle reflète clairement que l’enfant si petit qu’il soit, n’a aucun droit ni pouvoir sur son corps. Et malheureusement, les experts ne cessent d’alerter que,  la violence parentale a des effets néfastes sur le développement cognitif de l’enfant ainsi que sur son comportement à l’âge adulte.

A la maison comme à l’école, un enfant a besoin d’un environnement positif pour bénéficier d’une bonne santé physique et mentale. Il est important de noter que la discipline et l’établissement des limites peuvent se faire d’une façon positive afin de permettre aux enfants comme aux parents de vivre le plus sereinement possible. Communiquez avec vos enfants, expliquez leurs les règles de vie, permettez leurs d’exprimer leurs émotions et offrez leur un environnement propice à la création et à l’épanouissement.

Encourager, féliciter et protéger doivent être les mots d’or dans une relation parent-enfant.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close