x

6 astuces efficaces pour se débarrasser des odeurs vaginales

Chargé de mystères, le vagin est un organe à la fois complexe et fascinant. Odeurs, pertes inhabituelles, sécheresse vaginale ou encore lubrification excessive peuvent éveiller les craintes de certaines femmes. L’industrie pornographique affiche généralement un “sexe parfait”, véhiculant souvent des complexes et des fausses croyances. Mais le vagin, autrefois surnommé par Baudelaire “bijou noir et rose”, est en réalité un organe stupéfiant. Dans cet article, découvrez 6 techniques pour prendre soin de votre vagin et vous débarrasser des odeurs désagréables.

Toutes les femmes souhaitent garder une odeur intime propre et fraîche en toutes circonstances, et ça, l’industrie de l’hygiène féminine l’a bien compris. Ainsi, bombes de bain, crèmes, savons et parfums connaissent un vif succès auprès de certaines. Si parfois, l’odeur vaginale révèle des problèmes de santé qui doivent amener à consulter, il existe des règles d’hygiène à respecter pour réduire les mauvaises odeurs.

Est-ce normal d’avoir une odeur vaginale ? 

Les odeurs vaginales peuvent être gênantes, voire même handicapantes dans certains cas. Pourtant, il semblerait qu’un vagin en bonne santé ait une odeur. Comme l’explique à Marie Claire Jean-Marc Bohbot, médecin infectiologue et auteur du livre “Microbiote vaginal : la révolution rose”, chaque femme a une odeur singulière. Cette effluve, qui est propre à chacune et a même incité une sexologue à créer un parfum très particulier, est en réalité due aux sécrétions vaginales. Ainsi, on retrouve une partie de l’odeur qui est physiologique et parfaitement normale, explique le Dr Laurence Simard-Emond, obstétricienne-gynécologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal.  La flore vaginale, les sécrétions de cet organe ainsi que les phénomènes physiologiques jouent un rôle dans la présence de cette odeur singulière. En sus, ce parfum peut évoluer tout au long de la vie d’une femme. “Au lendemain d’une relation sexuelle, même s’il n’y a pas beaucoup de sperme dans le vagin, il peut y avoir un changement d’odeur”, révèle le Dr Simard-Emond avant d’expliquer que “le sperme est alcalin et change le pH du vagin”. En outre, la sueur peut accentuer l’odeur. Toutefois, si l’odeur est particulièrement forte et nauséabonde, il peut s’agir d’une infection, notamment d’une mycose vaginale provoquée généralement par un champignon de type levure, pratiquement toujours le Candida albicans. Cette dernière peut entrainer des démangeaisons et des irritations. Il est alors conseillé de consulter un gynécologue. 

Comment chasser les mauvaises odeurs intimes ? 

Vous l’aurez compris : l’odeur vaginale est naturelle et doit être accueillie avec bienveillance. Le vagin étant auto-nettoyant grâce à son microbiote, vous n’avez pas besoin de lui infliger des produits remplis de produits chimiques. Les douches vaginales sont d’ailleurs vivement déconseillées. En réalité, la flore vaginale se compose de 60% de bonnes bactéries, les lactobacilles, qui veillent à protéger cet organe de la prolifération de bactéries et de champignons, rappelle le Dr Jean-Marc Bohbot. En sécrétant du mucus, les glandes vaginales éliminent les débris et garantissent une propreté du vagin. Toutefois, pour veiller à prendre soin de sa flore bactérienne et limiter le risque d’avoir des odeurs nauséabondes, une bonne hygiène intime est de rigueur. Il est également conseillé de ne pas porter des sous-vêtements et des vêtements trop serrés afin de ne pas irriter vos muqueuses. 

S’essuyer de la bonne manière 

Après le passage aux toilettes, il est conseillé de s’essuyer d’avant vers l’arrière pour limiter le risque de migration de bactéries intestinales vers la vulve et prévenir les infections vaginales 

Changer de tampon 

Certaines femmes ont tendance à garder le même tampon pendant plusieurs heures. Mais cette fâcheuse habitude peut entrainer un risque d’infection vaginale. Plusieurs femmes ont souffert d’un syndrome de choc toxique, une condition potentiellement mortelle. 

Uriner après le sexe

On ne cessera de le dire : mesdames, il faut uriner après un rapport sexuel. Durant la pénétration, des bactéries peuvent émerger et remonter le long de l’urètre, favorisant alors une mycose. Pour éviter ce désagrément, il est recommandé aux femmes sexuellement actives d’uriner puis de se laver le vagin après les rapports sexuels afin d’éliminer les germes pathogènes.

Laver la zone vulvaire

Bien que le vagin soit autonettoyant, vous pouvez rincer votre vulve deux fois par jour en veillant à ne pas aller à l’intérieur du vagin pour ne pas perturber l’équilibre de la flore vaginale. 

Ne pas utiliser de produits sans ordonnance

Pour prendre soin de votre vagin, il est primordial d’éviter l’automédication. En effet, selon votre problématique et vos antécédents de santé, le médecin peut vous proposer un remède spécifique. 

Choisir un savon adapté 

La sueur est susceptible d’entraîner une odeur désagréable. Pour nettoyer la peau à l’extérieur du vagin, vous pouvez utiliser un savon doux à pH neutre vendu en pharmacie. 

Contenus sponsorisés
Loading...