Une maman adopte un bébé et remarque des similitudes frappantes avec son fils

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous » Cette citation de Paul Eluard illustre bien l’histoire de cette maman célibataire. Après avoir adopté un bébé il y’a un an, elle décide d’en chérir un autre. Seulement, cette femme aura la surprise incroyable de réaliser que ses deux enfants sont frères et sœurs biologiques. Ce témoignage émouvant nous est relayé par nos confrères du site américain USA Today.

Katie Page

Récemment divorcée, Katie Page a décidé de tourner la page et de constituer une belle famille. Elle a même emménagé dans une maison avec quatre chambres pour accueillir ses adorables bambins. Après cette décision, elle a reçu rapidement un courrier de son église locale pour fonder un nouveau foyer. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que cette adoption allait changer sa vie.

Une décision de vie

Katie Page1

En voulant changer de vie, Katie Page avait un léger frisson. Elle confie à un blog parental que l’idée d’adopter lui faisait peur mais que cela l’a toujours attiré et qu’elle n’arrêtait pas d’y penser. Elle accueille alors en 2015 après avoir accueilli des enfants qui avaient subi des traumatismes très jeunes. C’est cette initiative qui lui a permis de voir l’adoption comme une évidence. Plus tard, elle sera invitée à recevoir un petit bébé qui souffrait de syndrome de sevrage, un phénomène fréquent lorsque la mère consomme de la drogue pendant la grossesse. Un lien maternel se fera naturellement.

Katie et Grayson

C’est le petit Grayson qui sera finalement l’enfant adoptif de Katie Page. Les débuts étaient particulièrement éprouvants et la nouvelle maman a même demandé de l’aide pour s’occuper de ce bébé aux besoins si particuliers. « J’ai appelé frénétiquement ma mère et je lui ai demandé de venir vivre avec moi au cours des prochains mois » raconte la femme.

Katie Page2

Personne n’est venu chercher l’enfant malgré les annonces alors elle a décidé de l’adopter officiellement le jour de son 11ème mois d’anniversaire. Et elle n’allait pas être au bout de ses joies puisque moins de deux semaines après cet heureux évènement, elle recevra un autre appel décisif dans sa vie.

Katie Page3

Une surprise inattendue

Katie Page4

Deux semaines après l’adoption officielle du petit Grayson, Katie acceptera d’adopter temporairement une petite fille. Ce bébé souffrait du même syndrome que son premier fils adoptif mais ses symptômes n’ont pas semé le doute chez la nouvelle maman. Seulement, en regardant les papiers de sortie de l’hôpital de l’enfant, elle découvrira que ce dernier a la même mère biologique que son premier enfant ! La femme décide alors de rencontrer cette dernière qui était à nouveau enceinte.

La mère biologique a confirmé que ces enfants étaient bien frères et sœurs. Une nouvelle qui a réjoui la jeune femme, fière de cette fratrie heureuse. « Quand l’assistante sociale me l’a appris, j’ai commencé à pleurer dans mon bureau. Je ne pouvais pas croire le miracle qui s’est produit » raconte Katie, pleine d’émotion. Et elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle compte également adopter le benjamin pour créer une famille de quatre, un garçon qui s’appelle Jackson. Un nouvel arrivant tant attendu par la femme aimante.

Katie Page5

Comment élever un enfant issu de l’adoption ?

Si de nombreux parents recourent à l’adoption, l’éducation d’un enfant adopté est différente de celle d’un enfant biologique.

Le pilier d’une bonne éducation est de donner beaucoup d’amour et de faire sentir l’enfant adopté comme partie intégrante de la famille, ce qui demande beaucoup d’investissement pour tous les membres du foyer. Il est important également de lui parler de son passé, son histoire et de la vie de ses parents biologiques.

Il faut être particulièrement attentif à ses questionnements particuliers et de l’encourager, après avoir atteint un âge favorable, à entreprendre ses démarches d’identité. Il est également important de parler du fait qu’il soit adopté sans complexe ou malaise pour le pousser à avoir confiance en lui.

Enfin, il faut garder à l’esprit que le « parent parfait » n’existe pas et qu’il faut toujours faire de son mieux. L’éducation est une expérience qui repose sur la bienveillance et la communication. Veiller à être aimant et bienveillant sont les clés d’une parentalité positive où l’enfant peut s’épanouir avec bonheur et assurance malgré son passé qui peut parfois être douloureux.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close