Une mannequin atteinte de trisomie défile à la Fashion Week de New York

Parfois, ce que l’on croit être un handicap devient une véritable force. Depuis quelques années déjà, la Fashion Week est sous le signe de la diversité et de la bienveillance. En 2017, une australienne atteinte de trisomie avait présenté sa ligne de vêtements consacrée à des femmes souffrant d’un cancer du sein. Cette année, c’est au tour de la Sofia Jirau, une portoricaine souffrant trisomie, de fouler le podium à New York, comme le relaye le magazine de mode Harper’s Bazaar.

Sofia Jirau n’a que 22 ans et a vécu un véritable « rêve » cette semaine à New York. Alors que le monde de la mode est souvent jugé comme impitoyable, exigeant aux mannequins de répondre à certaines normes très élevées, la Fashion Week a voulu défier les diktats de la beauté. 

Une portoricaine atteinte de trisomie défile à la Fashion Week

À l’âge de 5 ans, Sofia Jirau souhaitait déjà être mannequin et femme d’affaires. Malgré sa condition, la jeune femme a toujours été courageuse et déterminée à poursuivre ses rêves. En 2019, Sofia a rejoint une agence permettant aux personnes souffrant de handicap d’exploiter leurs talents et de mener à bien leurs projets. 

Une mannequin atteinte de trisomie défilera à la Fashion Week de New York

« Un jour, je me suis regardée dans le miroir et j’ai dit ‘je vais être mannequin et je vais aller à New York’, et regardez, me voici », a révélé le mannequin en herbe. Sofia, soutenue depuis toujours par les membres de sa famille, a su faire face à sa maladie. Adepte de la mode depuis toujours, elle enregistre aujourd’hui 44 000 abonnés sur son compte Instagram. 

Une mannequin atteinte de trisomie défilera à la Fashion Week de New York

Elle y poste régulièrement des photographies dans des tenues sophistiquées. Sa famille a fait le voyage avec elle jusqu’à New York pour la voir réaliser son rêve. 

Une mannequin atteinte de trisomie défilera à la Fashion Week de New York

« Je suis née pour ça et je veux montrer au monde que j’ai tout ce dont un modèle a besoin pour briller », a écrit la jeune femme sur Instagram. De nombreux bénévoles aident la jeune femme à accomplir son rêve de devenir mannequin. 

Une mannequin atteinte de trisomie défilera à la Fashion Week de New York

Après son passage à la Fashion Week, Sofia est convaincue que sa carrière dans la mode va prendre son envol. La jeune femme a déjà sa propre boutique en ligne, où elle commercialise des chemises, des portefeuilles et des étuis de téléphone. Déterminée à aller au bout de ses rêves, Sofia Jirau projette d’aller en Europe, avec le soutien de son équipe. 

La trisomie 21 : quelles causes et quelles conséquences ? 

La trisomie 21 ou syndrome de Down est une anomalie génétique qu’on décèle souvent à la naissance. Initialement, lors de la fécondation, il y’a la formation d’une cellule constituée de 23 chromosomes provenant du spermatozoïde et de 23 chromosomes provenant de l’ovule. Ce qui donne un total de 46 chromosomes dans la cellule. Mais parfois, l’ovule ou le spermatozoïde peut être formé de 24 chromosomes au lieu de 23, causant ainsi une trisomie 21. La trisomie 21 peut donner lieu à des traits physiques singuliers, à un déficit intellectuel et à une perturbation des fonctions psychomotrices de l’enfant. Malheureusement, cette anomalie génétique regroupe son lot de complications. L’enfant est souvent plus petit de taille, a une faiblesse musculaire et connaît divers troubles psychomoteurs. En effet, les enfants atteints de trisomie peuvent avoir plus de difficultés à l’école en raison d’une déficience intellectuelle et de problèmes d’apprentissage. Par ailleurs, certains d’entre eux sont sujets à des anomalies cardiaques, des malformations digestives et des troubles visuels. La trisomie 21 augmente les risques de souffrir de nombreuses maladies telles que l’épilepsie, le strabisme, les otites récurrentes, le reflux gastro-œsophagien et les troubles cardiaques et respiratoires. De ce fait, ces enfants doivent être suivis de près par leur médecin traitant tout au long de leur développement. Néanmoins, les parents se doivent de faire en sorte d’épauler leurs enfants et de leur permettre d’avoir une vie sociale, malgré cette anomalie. « Il faut qu’ils se sentent aimés, qu’ils aient des projets d’avenir, mais aussi qu’ils se sentent utiles et rendent service aux autres », explique le Dr. Raval, pédiatre et chef de service à l’Institut Jérôme Lejeune, spécialisé dans le suivi des personnes trisomiques.

Lire aussi Avoir des cheveux blancs n’est pas irréversible !

Contenus sponsorisés