Une étude affirme que le cerveau continue de fonctionner après l’arrêt du cœur, vous êtes donc conscient de votre mort

Une étude affirme que le cerveau continue de fonctionner après l’arrêt du cœur, vous êtes donc conscient de votre mort


A proprement dit, il est clair que nous ignorons totalement ce que la mort nous réserve. Néanmoins, partout dans le monde, des milliers de personnes ayant vécu une expérience de mort imminente rapportent des témoignages incroyablement concordants. Après s’être retrouvés dans une mort clinique et avoir été ramenés à la vie, ces personnes relatent le même récit.

Accusés de charlatanisme pendant longtemps, les témoins de l’EMI sont aujourd’hui pris très au sérieux par certains scientifiques et les recherches se rapprochent de plus en plus de la solution à cette énigme nébuleuse. En effet, selon nos confrères du Daily mail, une étude affirme que pendant quelques secondes, votre cerveau continue de fonctionner même lorsque votre cœur s’arrête de battre. En d’autres termes, cela signifie que lorsque le moment fatidique arrive, vous êtes conscient de votre propre mort ! 

Que se passe-t-il après la mort ?

Qu’est-ce que la mort nous réserve ? C’est l’un des plus grands mystères de l’humanité encore inexpliqué. Entre croyances, convictions et scepticisme, la science n’a encore de véritable réponse à la question. Pourtant, une étude affirme que l’activité cérébrale continue toujours quelques secondes après l’arrêt du cœur. Si l’on considère que la conscience est produite par le cerveau, cela signifierait que lors de sa mort, l’être humain serait pleinement clairvoyant de ce qui lui arrive. 

L’étude se base sur des expériences de mort imminente, qui révèlent que même après leur « mort » clinique, les survivants de crises cardiaques, réanimés puis ramenés à la vie pouvaient décrire très exactement ce qui s’est passé autour d’eux  après que leur cœur eut cessé de battre. Ainsi, les scientifiques suggèrent qu’il est donc probable qu’un défunt puisse entendre prononcer l’annonce de sa propre mort. 

Le Dr Sam Parnia, chercheur à la faculté de médecine de l’Université Stony Brook à New York et son équipe, ont examiné de près l’état de conscience d’un individu après son décès, en étudiant des cas d’arrêt cardiaque en Europe et aux Etats-Unis. 

De la science-fiction à la réalité

le cerveau continue de fonctionner après l’arrêt du cœur

L’idée, à premier abord complétement surréaliste, nous fait penser à l’intrigue du film Flatliners, qui raconte l’histoire d’un groupe d’étudiants en médecine qui a pratiqué des expériences en se ressuscitant après s’être fait arrêter le cœur. Cependant, contrairement au thriller de Niels Arden Oplev, le Dr Parnia nous explique qu’en réalité, la personne ne revient pas à la vie avec des souvenirs et des visions. En effet, dans le film, les « apprentis » médecins sont alors hantés par les visions de leur passé, ce qui n’est pas le cas après une EMI (Expérience de Mort Imminente). Le Dr Parnia déclare ainsi que lorsqu’une personne est réanimée, elle ne revient pas avec un « enrichissement magique » de ses souvenirs. 

Le chercheur a expliqué à Live Science que ces derniers « décriront avoir observé les médecins et les infirmières travailler, ils pourront même donner les détails de choses qui se sont produites ou de certaines conversations, tandis qu’ils étaient déclarés cliniquement morts ». 

Selon Dr Parnia, l’heure de la mort étant techniquement déclarée au moment où le cœur s’arrête de battre, la fonction cérébrale s’arrête presque instantanément. En effet, entre le moment où le cœur s’arrête de battre et le moment où le cerveau cesse de fonctionner, il se passe à peu près une trentaine de secondes. Néanmoins, il affirme que même lorsque le cortex cérébral ralentit de manière significative, les cellules cérébrales continuent d’être actives des heures après l’arrêt du cœur. 

La Réanimation Cardio-Pulmonaire (RCP) également appelée Réanimation Cardio-Respiratoire (RCR) permet d’assurer l’oxygénation des organes même lorsqu’une personne cesse de respirer et se retrouve en état d’inconscience. D’après le Dr Parnia, effectuer une RCP sur un individu dont le cœur s’est arrêté permettra d’envoyer environ 50% du sang dont il a besoin au cerveau, ce qui est suffisant pour relancer ses fonctions. Il ajoute : « Si vous parvenez à faire redémarrer le cœur, vous allez progressivement rétablir le fonctionnement du cerveau ». 

Avec les progrès en réanimation, de plus en plus d’expériences de mort imminente sont recensées à travers le monde. Selon le Dr Parnia et son équipe, les patients l’ayant vécu se voient généralement transformés, ils deviennent ainsi plus altruistes et plus engagés à aider leurs semblables. 

À souligner que l’objectif de cette recherche est avant tout d’améliorer la qualité de la réanimation et de prévenir les lésions cérébrales lors du redémarrage du cœur. En outre, les personnes ayant vécus cette expérience ne sont pas mortes, elles ont été sauvés à un stade très proche de la mort. Ainsi personne ne peut concrètement affirmer ce qui nous attend réellement lorsque survient la fatalité.