Un groupe de pédiatres appelle au retour des enfants à l’école malgré le coronavirus

Un groupe de 67 000 pédiatres localisés aux Etats-Unis affirme qu’il est urgent que les élèves retournent aux écoles le plus tôt possible pour plusieurs raisons. Après avoir évalué les avantages et les risques d’un retour à l’école en pleine pandémie, ils ont conclu que les avantages l’emportaient largement sur les inconvénients. 

La pandémie de coronavirus a considérablement bouleversé la vie de tout le monde, empêchant une pléthore de personnes à poursuivre leurs activités habituelles. Parmi les changements les plus profonds que cette crise a apporté, l’on compte la fermeture temporaire des écoles pour empêcher la propagation du virus dans les structures d’apprentissage. Toutefois, selon un groupe de 67 000 pédiatres, la fermeture des écoles ne peut perdurer et il est primordial de les rouvrir aux élèves au plus vite.

Préserver la santé physique et mentale des enfants

Selon un groupe composé de pas moins de 67 000 pédiatres basés aux Etats-Unis, les élèves devraient regagner leurs salles de cours le plus vite possible pour leur propre bien, nous rapporte US News.

“L’importance de l’apprentissage présentiel est bien étayée, et il existe déjà des preuves de l’impact négatif qu’a eu la fermeture des écoles sur les enfants pendant le printemps en 2020”, ont-ils martelé. “Le fait de ne pas aller à l’école pendant une longue période et l’interruption des services qui s’y rapportent entraînent souvent une isolation sociale qui empêche les écoles d’identifier et d’adresser des déficits d’apprentissage importants ainsi que les violences physiques et sexuelles chez l’enfant et l’adolescent, l’usage de drogues, la dépression et les idées suicidaires”.

En effet, il est important de souligner que lorsque des enfants ou adolescents victimes de violences physiques ou sexuelles à la maison ne peuvent plus aller à l’école, ils se retrouvent privés d’échappatoire et coincés avec leurs bourreaux. Les enfants et adolescents souffrant d’addiction ou de troubles psychologiques se retrouvent également parfois livrés à eux-mêmes sans le support pédagogique que l’école leur fournit.

“Ceci expose les enfants et les adolescents à des risques considérables de morbidité, voire même de mortalité”, ont dénoncé les pédiatres. “Bien au-delà de l’impact éducationnel et social de la fermeture des écoles, il y a eu un impact important sur la sécurité alimentaire et l’activité physique des enfants et des familles”.

Chances égales pour tous

L’un des arguments les plus importants soutenus par ces pédiatres est que la réouverture des écoles est essentielle pour les élèves les plus vulnérables, particulièrement les plus pauvres qui dépendent souvent des divers services fournis par les écoles pour leur apprentissage.

“En sus de contribuer au développement pédagogique des enfants et des adolescents, l’école joue un rôle crucial dans la mitigation des inégalités sociales et raciales”, ont souligné les pédiatres. “Dans ce sens, il est primordial de prendre en considération les différents impacts qu’a eu le Covid-19 et la fermeture des écoles qui en a découlé sur les populations de différentes races, ethnies et degrés de vulnérabilité”.

Quelles mesures de protection pour les élèves ?

Les recommandations exprimées par ces pédiatres pour le retour à l’école prennent en compte le fait que les experts de la santé découvrent continuellement de nouvelles choses sur le Covid-19. Dans ce sens, ils reconnaissent que les politiques de réouverture des écoles devraient demeurer flexibles afin de permettre de s’adapter à des scénarios qui changent constamment.

Ces recommandations se basent de manière générale sur celles fournies par le Centre américain pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (CDC) tout en allégeant certaines restrictions, particulièrement pour les plus jeunes.

En ce qui concerne la distanciation sociale, le groupe de pédiatres estime qu’il n’est pas absolument nécessaire de maintenir une distance de deux mètres entre les élèves, d’autant plus que cela n’est pas faisable sans réduire l’effectif des élèves par classe. Selon eux, un mètre de distance suffit du moment que les élèves respectent le port du masque et ne présentent pas de symptômes.

Le groupe de pédiatre conclut à la fin de leur thèse que les avantages académiques, physiques et mentaux liés à la réouverture des écoles l’emportent sur les risques y afférents. Ils soulignent également le fait que certains experts de la santé ont affirmé que les enfants n’étaient peut-être pas aussi contagieux qu’on le dit et qu’ils présentaient des symptômes plus légers lorsqu’ils contractent le coronavirus.

Que prévoit la France pour la rentrée scolaire ?

Selon le site Service.Public.fr, le ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse a diffusé un nouveau protocole sanitaire, précisant les modalités qui doivent être appliquées à la rentrée scolaire. Elle aura lieu ainsi le 1er septembre avec pour consignes, le port du masque pour les enseignants et les élèves à partir de l’âge de 11 ans, et les gestes barrière qui doivent être respectés à la règle et régulièrement.

La ventilation des locaux ainsi que la désinfection des lieux et du matériel sont de rigueur pour diminuer au maximum le risque de propagation du virus. Le but étant d’accueillir tous les élèves et étudiants dans un cadre serein propice à la reprise d’une vie normale.

Lire aussi Botox à la Maïzena : pour rajeunir et addoucir la peau

Contenus sponsorisés