Les chercheurs mettent en garde contre les statines

Pointé du doigt comme en étant la principale cause, le cholestérol ne jouerait pourtant aucun rôle dans les maladies cardiovasculaires. C’est en tout cas la conviction profonde de Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

Dans son ouvrage intitulé « Cholestérol, mensonges et propagande », le Dr Michel de Lorgeril rejette vigoureusement les idées communément admises à ce sujet et souhaite rétablir la vérité en les invalidant. Et il n’y va pas avec le dos de la cuillère !

Corrélation entre cholestérol et maladies cardiovasculaires

En effet, la corrélation usuellement établie entre cholestérol et maladies cardiovasculaires ne serait, selon lui, qu’un mythe, une duperie chimérique qu’il faudrait dénoncer et bannir à tout prix. Une question se pose alors : pourquoi incriminer le cholestérol et en faire un coupable désigné ?

Michel de Lorgeril y répond sans équivoque. La puissance du lobby pharmaceutique, connu de tous, en est l’explication la plus factuelle. Il s’agirait simplement d’une histoire de gros sous, orchestrée par des personnes affairistes parfois peu scrupuleuses et insoucieuses de la priorité que l’éthique exige formellement en matière de santé publique. A cet effet, les médicaments anti cholestérol représentent un marché extrêmement juteux et leur prescription par les médecins est fortement encouragée par les labos, particulièrement, depuis la mise sur le marché des statines, qui figurent parmi les médicaments les plus consommés au monde.

Parallèlement, l’industrie agroalimentaire, elle aussi, profite amplement de cette propagande amorale, avec la commercialisation d’une panoplie grandissante de produits soi-disant anti cholestérol.

Ainsi, utilisée pour optimiser la cholestérolémie, la statine a pourtant été à maintes reprises sur la sellette et a fait l’objet de multiples controverses quant à sa présumée efficacité, qui n’a d’ailleurs été relayée par aucune étude véritablement impartiale.

Indépendamment des incommodités  que provoquent ses multiples effets secondaires, la statine ne permettrait pas, estiment ses détracteurs, d’allonger la durée de vie du malade. Si Michel de Lorgeril tire à boulets rouges sur ce médicament, c’est parce qu’il conteste les dangers imputés au cholestérol et estime illusoire de penser que la théorie qui lui est attribuée repose sur des faits rationnels. En effet, pour lui, il n’y aurait tout simplement aucun lien de cause à effet entre l’infarctus et le cholestérol.

Les vraies causes des maladies cardiovasculaires

Le Dr Michel de Lorgeril, attire notre attention sur notre mode de vie et nous recommande d’agir d’abord dans cette direction en essayant de l’améliorer. Aussi, afin de se prémunir au mieux contre les maladies cardiovasculaires, il est primordial, selon lui, de s’attaquer en priorité aux véritables facteurs de risque que sont, entre autres, le tabagisme, la mauvaise alimentation et la sédentarité.

En clair, une forte corrélation entre notre hygiène de vie et l’état de notre cœur et de nos artères est avérée. La guerre déclarée au cholestérol ne doit pas occulter cette réalité !

Que pensent les professionnels de la thèse prônée par ce cardiologue « rebelle »?

Le monde médical est, en partie, sceptique quant aux méfaits sur la santé attribués au cholestérol d’après, ainsi que sur l’utilité des statines. Bon nombre de médecins ont pleinement conscience que les doutes exprimés par Michel de Lorgeril sont fondés, et certains souscrivent même à sa théorie et en deviennent partisans. Pourtant, peu parmi eux abordent la question ! Dès lors, nous sommes en droit de nous interroger ! Pourquoi la majorité des praticiens affiche-t-elle un tel mutisme, incompréhensible de prime abord ? Pourquoi ne tire-t-on pas la sonnette d’alarme ? Le sujet serait-il sensible à ce point ?

Selon Michel de Lorgeril, hormis le fait que l’accessibilité aux médias est plus compliquée qu’il n’y parait, très peu de cardiologues et même de généralistes se hasarderaient à rompre le silence, les premiers pour éviter de s’attirer les foudres de l’industrie pharmaceutique, les seconds afin de ne pas se mettre à dos les spécialistes, qui ne verraient pas d’un bon œil le probable manque à gagner induit par une telle démarche.

Habitudes à suivre pour se prémunir des maladies cardiovasculaires

Outre le facteur génétique, il est important de souligner qu’un mode de vie sain est déterminant afin de se prémunir des maladies cardiovasculaires, notamment pour les personnes âgées de 40 à 50 ans. A cet effet, certaines habitudes sont à suivre comme :

  • Avoir un poids corporel idéal
  • Eviter la consommation de boissons alcoolisées
  • Réduire la consommation de gras saturés
  • Exercer une activité physique régulière
  • Eviter le tabagisme.

Il n’y a pas de secret : une santé saine dépend de l’adoption d’une bonne hygiène de vie.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close