Facebook bloque à tort des articles sur le coronavirus

La pandémie due au coronavirus est au cœur de l’actualité depuis plusieurs mois. Avec un bilan qui s’élève à 200 000 contaminations et plus de 8000 morts, cette crise sanitaire engendre une inquiétude sans précédent. Ainsi, nombreux sont ceux qui cherchent à s’informer davantage sur le sujet pour mieux se prémunir contre les risques d’infection. La vitesse à laquelle le Covid-19 se propage partout dans le monde provoque un climat de tension général. Récemment, Facebook a déclaré qu’un problème sur la plateforme engendre un “bug” sur les articles concernant le coronavirus. Un témoignage relayé par Business Insider, The Guardian et CNN.

Face à la pandémie actuelle, Facebook tente de limiter la diffusion de fausses informations et de contrôler les contenus publiés sur la plateforme. En réalité, depuis le début de cette crise sanitaire, de nombreux médias diffusent des “fake news” sur les réseaux sociaux, contraignant les gens à la désinformation. Ainsi, en renforçant la modération des articles sur Facebook, les dirigeants de la société espéraient mettre fin à cette propagande insidieuse. Mais dernièrement, la plateforme a rencontré un problème engendrant la suppression de contenus légitimes.

De nombreux contenus supprimés de manière “inappropriée”

Depuis la pandémie de coronavirus, Facebook contrôle scrupuleusement les articles publiés sur la plateforme. En effet, la lutte contre les fausses informations pousse Facebook à redoubler d’efforts pour obtenir une qualité de service irréprochable.  Cependant, un problème sur le logiciel anti-spam a causé la suppression de nombreux contenus.  “Nous avons restauré tous les messages qui ont été supprimés de manière incorrecte, qui comprenaient des messages sur tous les sujets, pas seulement ceux liés au Covid-19. Il s’agissait d’un problème avec un système automatisé qui supprimait les liens vers des sites web abusifs, mais a également supprimé de manière inappropriée de nombreux autres messages”, explique Guy Rosen, responsable de l’intégrité des contenus de Facebook. Cette semaine, Facebook avait annoncé que certains de ses salariés ne travailleraient pas tant que le Covid-19 menace la planète. En raison de la confidentialité de certains outils informatiques, le télétravail n’était pas envisageable. De ce fait, les logiciels automatisés devaient se substituer aux modérateurs pour trier les contenus sur Facebook. Malheureusement, le système s’est déréglé et a supprimé plusieurs publications sans raison particulière. “Avec moins de personnes disponibles pour l’examen, nous continuerons de prioriser les dommages imminents et à accroître notre recours à la détection proactive dans d’autres domaines pour supprimer le contenu inapproprié”, a convenu Kang-Xing Jin, un des responsables de la plateforme. Malgré ce problème, Guy Rosen a assuré que “c’est un bug dans un système anti-spam, sans rapport avec les changements dans notre effectif de modérateurs de contenu”. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, s’est également exprimé concernant sa décision de réduire son effectif durant cette pandémie. “Je pense qu’il est raisonnable de s’attendre à ce que, pour certaines des autres catégories où la gravité n’est pas aussi imminente ou extrême, nous soyons un peu moins efficaces à court terme pendant que nous nous adaptons à cela”, a-t-il déclaré.

Coronavirus : quand les plateformes font face à la crise

Google, Facebook, Instagram, Youtube ainsi que TikTok et Pinterest sont concernés par une mobilisation contre la désinformation. En effet, la crise sanitaire causée par le coronavirus a donné lieu à la propagation de fausses informations sur internet. Ainsi, les grandes plateformes tentent de repérer puis de supprimer les contenus erronés. “Nous supprimons les informations fausses et les théories du complot identifiées par les principales organisations sanitaires. Nous bloquons aussi les publicités qui tentent de profiter de la crise, par exemple en affirmant que leur produit permet de guérir de la maladie”, a annoncé Mark Zuckerberg. En réalité, une étroite collaboration avec les autorités sanitaires a permis aux grandes plateformes de lutter contre ces messages dangereux diffusés au grand public. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait remercié Facebook pour les efforts déployés pendant cette crise et notamment pour avoir mis en avant des publicités gratuites en faveur de l’ONU. En sus, plusieurs membres de l’OMS ont exprimé leur volonté de travailler sur la lutte contre la fausse information médicale en ligne.

Lire aussi Le vinaigre blanc est-il efficace contre le coronavirus ?

Contenus sponsorisés