Des scientifiques estiment probable qu’une mutation du virus en début de pandémie ait accéléré sa propagation

Ces estimations sont à prendre avec des pincettes et ne font pas l’unanimité. Et pour cause, cette hypothèse laissait les scientifiques sceptiques il y a encore quelques mois. Selon nos confrères du New York Times, de nouvelles recherches suggèrent qu’une mutation connue sous le nom de 614G pourrait être responsable d’une propagation plus rapide de la pandémie. Mais il n’y a aucune preuve que cette dernière tue davantage, aggrave les symptômes ou affecte le développement d’un futur vaccin, précise le quotidien américain. 

Certains scientifiques interrogés par le New York Times semblent pencher vers l’hypothèse qu’une mutation survenue assez tôt après l’apparition du virus Sars-CoV-2 pourrait avoir augmenté sa transmissibilité. Mais à en croire nos confrères de Pourquoi Docteur, une nouvelle étude signale le contraire. Voici les avis des experts relayés par ces deux médias.

unite de soins

Une unité de soins intensifs à Bergame, en Italie, au début de la pandémie – Source : Fabio Bucciarelli pour le New York Times

Une plus grande transmissibilité, selon certains chercheurs

Si l’on estime que les mutations du virus n’auraient entraîné aucune différence dans son comportement, explique le New York Times, une mutation survenue vers le début de la pandémie aurait peut-être eu un impact sur sa transmission. Ce serait, en tout cas, ce que suggèrent de nouvelles recherches, dont une étude publiée par la revue Cell le 18 novembre, citée par le quotidien.

La mutation, connue sous le nom de 614G, aurait été initialement identifiée à l’est de la Chine en janvier, et se serait rapidement répandue en Europe ainsi qu’à New York, se propageant dans le reste du monde en l’espace de quelques mois. Il n’y a, en revanche, aucune preuve qu’elle aurait entraîné des symptômes plus sévères, tué plus de personnes ou compliqué le développement des vaccins, note cette même source, soulignant que ces résultats ne changent en rien la nécessité et l’efficacité de mesures telles que le port du masque et la distanciation sociale.

patient covid

Le personnel médical transportant un patient mort du Covid-19 à Wuhan – Source : CHINATOPIX, via Associated Press

Interrogé à ce sujet, David Engelthaler, généticien au Translational Genomics Research Institute en Arizona estime que les effets de cette mutation sont subtils mais semblent avoir eu “un gros effet d’entraînement”. “En fin de compte, c’est peut-être cette mutation qui serait responsable de la pandémie”, indique-t-il au New York Times. Mais les premières épidémies du virus se seraient propagées dans le monde, même sans cette mutation, estiment plusieurs chercheurs, dont le Dr Engelthaler.

Selon lui, la première variante du virus apparue à Wuhan fin 2019 était déjà très contagieuse. Mais la mutation semble avoir accéléré la propagation de la pandémie, poursuit l’expert. Un point sur lequel les scientifiques appellent à la plus grande prudence. Pour Kristian Andersen, généticien au Scripps Research, les recherches démontrent que cette variante serait plus transmissible, mais à ses yeux, la différence reste subtile.

depistage

Un centre de dépistage au Royaume-Uni – Source : Mary Turner pour le New York Times

Des conclusions contredites par une nouvelle étude

Comme pour de nombreux résultats présentés depuis l’apparition du virus Sars-CoV-2, les avis scientifiques font souvent l’objet de contradictions ou d’opinions divergentes. Dans ce sens, le site Pourquoi Docteur révèle qu’une nouvelle étude publiée le 25 novembre dans Nature Communications contredit une plus forte transmissibilité liée à une mutation. Cette analyse a été menée par des chercheurs du Cirad, de l’université Californie, d’Oxford et de la Réunion et a porté sur les génomes viraux de plus de 46 000 individus atteints du Covid-19. Selon le Dr Lucy van Dorp, auteure principale de l’étude : “aucune de ces mutations ne permet une propagation plus rapide du Covid-19 mais nous devons rester vigilants et continuer à surveiller les nouvelles mutations, en particulier à mesure que les vaccins sont déployés”.

vaccin covid19

Plusieurs vaccins sont en cours de développement – Source : Futura Sciences

Les mutations peuvent-elles affecter le vaccin ?

Selon les chercheurs, cela ne sera pas le cas. François Balloux qui a contribué à l’étude parue dans Nature Communications, explique que “le virus pourrait bien acquérir des mutations de fuite de vaccin à l’avenir, mais nous sommes convaincus que nous serons en mesure de les signaler rapidement, ce qui permettrait de mettre à jour les vaccins en temps si nécessaire”. Un avis rejoint par les virologues, selon Europe 1, qui explique que la fabrication des vaccins prend en compte un spectre de mutations assez vaste.

Lire aussi Le vinaigre blanc est-il efficace contre le coronavirus ?

Contenus sponsorisés